CAVE_IGE_90_ANS4.jpg 

Il y a 90 ans, les viticulteurs d’Igé créèrent la coopérative « Les Vignerons d’Igé ». Une aventure viticole qui prospère aujourd’hui encore.

 

Au départ, la constitution des coopératives fut d’abord dictée par une réalité économique compliquée. La 1ère Guerre mondiale a laissé le vignoble exsangue et en manque de moyens pour se moderniser. Les viticulteurs, souvent de petites exploitations, se regroupent alors afin de pouvoir investir communément et enrayer la baisse des cours.

Sous l’impulsion de leur premier président, Marius Vatron, alors également maire de la commune, et de 113 autres coopérateurs, l’assemblée constitutive du 26 février 1927 décida de la naissance d’un outil de vinification commun. Il fut décidé de s’installer à la Noierie, un peu à l’écart des habitations, et surtout proche du tacot et de son chemin de fer qui allait de Fleurville à Mâcon et rejoignait la ligne PLM, pouvant acheminer les tonneaux de vins vendus (6 000 hectos étaient produits les 1ers temps).

On équipa les locaux de l’électricité, d’un pressoir Triplex, de deux presses hydrauliques, de deux fouloirs refouloirs et d’une pompe à vin. Le premier caviste, M. Janin, fut embauché au mois d’août pour pouvoir « faire fonctionner la cave dès les vendanges prochaines » qui commencèrent le 19/09/1927. Ainsi furent réalisés les premiers apports à la cave d’Igé.

 

Une modernisation au long court

Plusieurs agrandissements furent décidés ans les années 1930, 1940 et 1960. Entre-temps, le flambeau de la présidence fut repris par Joanny Dailly en 1949, puis par Jean-Marie Thevenet en 1957.

La recherche de valorisation des vins par la qualité est la priorité des investissements. Ainsi on investit dans un pressoir plus qualitatif, dans une étiqueteuse, on interdit les cépages hybrides afin de pouvoir présenter des vins d’une qualité supérieure. En 1962, la cave obtient, d’ailleurs, sa 1ère Coupe Perraton (la seconde en 2008). Elle produisait alors environ 14 000HL pour 180 Ha. L’encépagement était encore à cette époque à majorité rouge.

Les années suivantes furent consacrées en particulier à l’accueil du client, à l’amélioration des services administratifs de la cave. La présidence alterna entre André Fichet et Claudius Desniel. La modernisation de la cave était enclenchée. La réception des vendanges fut alors modifiée avec un nouvel agrandissement. En 1971, le lieu-dit « Château London » apparaissait dans la gamme des vins de la cave et y figure toujours. Les premières portes ouvertes eurent lieu en 1976. Les premières vignes de St Véran entre en cave la même année.

 

22 ans de présidence, puis 3 présidents en 10 ans

Jean-François Da Fre devenait président en 1977, poste qu’il ne quittera qu’en 1999. Sous sa présidence de nouveaux investissements de cuverie inox sont effectués, de nouveaux bâtiments sont construits, les pressoirs deviennent pneumatiques, la chaine d’embouteillage se modernise. Le vignoble comme dans tout le mâconnais se « blanchit ». On passe d’une gestion écrite à une gestion informatisée.

Les années 2000 et 2010 ont vu trois présidents se succéder, tout d’abord Jean-Paul Perousset, puis Didier Sinardet et enfin Stéphane Leonardi, toujours en poste. La cave représente, aujourd’hui 262 ha de vignes avec une majorité de Chardonnay, exploités par une soixantaine de coopérateurs. Elle réalise un chiffre d’affaires supérieur à 5 Millions d’Euros. Elle continue d’investir afin d’améliorer la qualité de ses vins et de permettre aux coopérateurs d’obtenir en retour le fruit de leur travail à la vigne.

90 ans après leur fondation, Les Vignerons d’Igé ont gardé leur indépendance et continue de proposer une gamme typique des vins du Maconnais.

 

CAVE_IGE_90_ANS5.jpg

CAVE_IGE_90_ANS2.jpg

CAVE_IGE_90_ANS3.jpg

CAVE_IGE_90_ANS1.jpg