vendredi 3 avril 2020
  • COVID 19 MBA vous informe MI_Plan de travail 1 (1).jpg

La cinquantaine, blouson court avec un dragon sur le dos et boucle à l'oreille droite, son visage est marqué par la vie. Mercredi, il a dû se présenter devant le tribunal correctionnel pour violence conjugale et menace de mort, et ce n'était pas la première fois.

Effectivement, un an auparavant, il a déjà été condamné pour violences envers sa compagne. En janvier dernier, il va même plus loin, il la menace de mort par SMS.

« C'est mon style d'écriture mais ce n'est pas moi »

« Pute tu es, pute tu resteras » ou encore « tu vas payer pour ta trahison, tu vas mourir bientôt » - tels sont les messages qui ont été envoyés depuis son téléphone à sa conjointe. Une preuve assez convaincante pourrait-on penser. Pourtant, il nie être l'auteur de ces SMS. « C'est vrai, c'est mon téléphone et mon style d'écriture. Mais ce n'est pas moi » explique-t-il. Sa copine aurait gardé son téléphone après leur séparation suite aux violences. C'est elle qui aurait écrit ses messages pour le discréditer.

« C'est pas moi, c'est le lit »

L'affaire commence avec une dispute le 15 janvier 2015. « Il voulait que je m'exhibe en public, que je ne porte pas de culotte et que j'écarte les jambes » témoigne sa compagne. « Déjà, ce n'est pas de l'exhibitionnisme mais du naturalisme » se défend-t-il. Quel que soit le mot employé, c'est une demande que sa compagne décline catégoriquement, ce qui le met en rage. Il devient alors violent et lui donne un coup de poing, « tu l'as cherché » aurait-il dit.

« Je l'ai poussée et elle est tombée sur le lit. C'est de là que vient son coquard sur l'œil » explique-t-il au juge. Celui-ci lui montre la photo de sa compagne, son visage est couvert de rougeurs et de bleus : « Le tribunal va croire que c'était le lit ?! » hausse-t-il la voie. « Mais regardez bien, ce n'est pas un lit qui fait ça. Vous avez le droit de dire ce que vous voulez mais le tribunal a le droit de ne pas le croire ! Vous l'avez frappé et je dis bien FRAPPÉ et non poussé ! »

Une attitude inacceptable

Les affirmations du juge ne semblent pas l'atteindre. « On a du mal à croire que vous avez compris la gravité des choses » lui dit le juge.

Le tribunal note sa tendance à banaliser son comportement. Fait aggravant : ce n'est pas la première mention dans son casier judiciaire : violences conjugales, menaces de mort sur concubines, violences avec armes, dégradations, tout y est. « C'est un danger pour les femmes » affirme le procureur, « son attitude est inacceptable ».

Il sera condamné à 8 mois de prison ferme. Du temps pour réfléchir à tout ça...

Delphine Noelke

TRIBUNAL DE MÂCON : La barbarie d'une mère sur sa fillette de moins de 2 ans...

TGI Mâcon.JPG
On aurait pu s'attendre à un procès aux Assises. Mais non, les juges en ont décidé autrement. Pourquoi ? « Car il y a eu un basculement... » explique maître Dominique Many, avocat du père, joint au téléphone. « La fillette était vue régulièrement par un médecin avant que sa mère ne s'acharne à la violenter à la suite d'un conflit conjugal. »

TRIBUNAL DE MÂCON : De la violence conjugale au proxénétisme...

TGI Mâcon.JPG
L'affaire a été jugée ce lundi par le tribunal correctionnel de Mâcon. Elle mettait en cause deux prévenus, deux hommes de 34 et 60 ans. La victime avait d'abord porté plainte pour violences conjugales.

SAÔNE-ET-LOIRE : Un chasseur de 60 ans tué dans un accident de chasse

Le drame a eu lieu ce samedi à Saint-Léger-sous-Beuvray.

MÂCON : Deux policiers se jettent dans la Saône pour sauver une femme de la noyade

POLICIERS MACON SAUVETAGE SAONE - 1.jpg
Incroyable façon de terminer l'année pour ces deux policiers de Mâcon, Olivier et Virginie...

MÂCON : Des coups de rouleau à pâtisserie sur sa femme, jusqu'à le casser...

VIOLENCES CONJUGALES MACON OCT2019.gif
Accusé par son épouse de faits de violence, avec incapacité supérieure à huit jours, survenus à Mâcon le 13 octobre dernier, un Mâconnais de 33 ans était présenté mercredi après-midi au tribunal en comparution immédiate. Récit.

MÂCON : Deux quartiers privés de chauffage en raison de fuites sur le réseau de chauffage urbain

Fuite_chauffage_urbain_221220190001.jpg
Actualisé à 20h40 : La réaction de Gérard Colon, 2ème adjoint au maire de Mâcon, en charge de la modernisation du chauffage urbain

MÂCON : Embardées dangereuses, insultes racistes, menaces de mort et exhibition sexuelle…

TGI_MACON.jpg
Avec ça, T.G. a fini en prison le 2 novembre dernier. Les faits ont été commis le 1er novembre à Mâcon, après minuit, sur le quai Lamartine, dans un bar et au commissariat.

PERONNE : Elle quitte Intermarché en courant, par la sortie sans achat, chargée de 3 400€ de marchandise

TGI_MACON.jpg
Interpellée le 24 novembre suite à avis de recherche, une Roumaine de 32 ans, mariée, deux enfants, comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel de Mâcon pour vol en réunion commis le 19 septembre à Péronne.

MÂCON : Coups, crachats et injures à l'encontre d'agents SNCF

Mardi soir, vers 21 h, les policiers sont intervenus à la gare de Mâcon Ville. ACTUALISÉ avec le verdict du tribunal.

MÂCON : Au volant sans permis, shooté de la veille, dans une voiture qui ne lui appartenait pas

TGI_MACON.jpg
Un homme de 43 ans, qui se rendait mercredi matin à son stage chez un viticulteur, a été contrôlé par la police. L'affaire a été réglée au tribunal ce jeudi dans le cadre d'une comparution immédiate. Récit.

MÂCON : Un train a percuté une personne, la ligne TER Paris-Marseille fermée dans les 2 sens

TRAIN SANCE 9OCT.jpg
Actualisé à 12:31 - La thèse de l'homicide a été envisagée.