lundi 6 avril 2020
  • COVID 19 MBA vous informe MI_Plan de travail 1 (1).jpg

« Flics de merde », « Bande de chiens », « fils de pute d'enculé, vous nous contrôlerez pas ! » Ce ne sont pas les noms d'oiseaux qui ont manqués à deux jeunes hommes lorsqu'ils se voient contrôlés par deux policiers le 15 septembre 2016 à Mâcon.

Aujourd’hui, ils ont dû se présenter devant le tribunal correctionnel pour outrage de policiers et rébellion.

 

7 policiers pour immobiliser les deux rebelles

 

Ce 15 septembre donc, ces deux jeunes hommes rentrent chez eux à 1 heure du matin après une soirée arrosée quand ils sont repérés à hauteur de la rue Sigorgne par deux agents de la BAC qui veulent procéder à un contrôle d'identité. Au lieu de se soumettre à la demande, les deux accusés refusent violemment, insultant non seulement les agents mais en les attaquant également physiquement, à coups de pied.

Un groupe de personnes se joint aux deux jeunes agresseur, les policiers se voient attaqués de tous les côtés ! C'est donc avec un renfort de cinq policiers de la brigade canine, l'utilisation du taser et d'une bombe lacrymogène qu'ils parviennent à immobiliser les deux rebelles, qui sont alors « dans un état de grand excitation ». Pas exactement ce qu'on imagine pour une soirée réussie.

 

Le Vodka Red Bull, une potion diabolique

 

La source de ce comportement violent serait vraisemblablement la consommation d'alcool. Les jeunes avaient commencé la soirée chez eux avec une bouteille de Vodka Red Bull, potion diabolique selon le juge — « ça rend les gens fous, ça devrait être interdit »  qui note que la moitié des affaires de violences en état alcoolisé aurait lieu après la consommation de ce breuvage. Pourtant, le taux d’alcoolémie dans le sang des deux excités était faible selon les analyses, mais ceci ne donne effectivement pas d'indice sur l'effet que cela fait sur la personne, comme le remarque un avocat de la défense.

Les jeunes sortent ensuite en ville, direction les quais, où ils vont dans un bar et commencent une dispute – raison pour laquelle ces deux étaient particulièrement sous tension au moment de l'interpellation. « Mais ce n'est pas parce que vous avez passé une mauvaise soirée que vous devez vous en prendre à la police ! » les réprimande le juge.

 

"Inadmissible !" - Le juge frappe fort 

 

« L'alcool ne justifie rien, ce n'est pas le métier des policiers que de se faire insulter et frapper ! » clame le procureur. « Leur comportement est parfaitement inadmissible ! » On se demande quand-même où ces deux jeunes chétifs ont trouvé la force de s'opposer à 7 agents, car, comme le remarque l'avocate des policiers, « ces deux petits bonhommes » ne collent pas vraiment à l'histoire. Le Wodka Red Bull les aurait « désinhibés », « ils ont pété les plombs » plaide la défense. Les deux garçons de 21 et 19 ans sont très « honteux » de devoir se présenter devant le juge pour ces faits.

Le juge ne fera pas plus dans la dentelle que ces messieurs. Il les condamne à 6 mois de prison avec sursis avec obligation de travail d'intérêt général à raison de 210 heures en 18 mois, l'obligation de verser 1 200€ à trois policiers, se soigner de l'alcool et de travailler de manière régulière. S'ajoute à cela pour l'un une indemnité de 600 € à payer à trois agents, pour l'autre, le règlement de 200€ à un agent. Les frais de justice de 600 € qu'ont engagés les policiers sont également à leur charge.

Delphine Nölke

TRIBUNAL DE MÂCON : La barbarie d'une mère sur sa fillette de moins de 2 ans...

TGI Mâcon.JPG
On aurait pu s'attendre à un procès aux Assises. Mais non, les juges en ont décidé autrement. Pourquoi ? « Car il y a eu un basculement... » explique maître Dominique Many, avocat du père, joint au téléphone. « La fillette était vue régulièrement par un médecin avant que sa mère ne s'acharne à la violenter à la suite d'un conflit conjugal. »

TRIBUNAL DE MÂCON : De la violence conjugale au proxénétisme...

TGI Mâcon.JPG
L'affaire a été jugée ce lundi par le tribunal correctionnel de Mâcon. Elle mettait en cause deux prévenus, deux hommes de 34 et 60 ans. La victime avait d'abord porté plainte pour violences conjugales.

SAÔNE-ET-LOIRE : Un chasseur de 60 ans tué dans un accident de chasse

Le drame a eu lieu ce samedi à Saint-Léger-sous-Beuvray.

MÂCON : Deux policiers se jettent dans la Saône pour sauver une femme de la noyade

POLICIERS MACON SAUVETAGE SAONE - 1.jpg
Incroyable façon de terminer l'année pour ces deux policiers de Mâcon, Olivier et Virginie...

MÂCON : Des coups de rouleau à pâtisserie sur sa femme, jusqu'à le casser...

VIOLENCES CONJUGALES MACON OCT2019.gif
Accusé par son épouse de faits de violence, avec incapacité supérieure à huit jours, survenus à Mâcon le 13 octobre dernier, un Mâconnais de 33 ans était présenté mercredi après-midi au tribunal en comparution immédiate. Récit.

MÂCON : Deux quartiers privés de chauffage en raison de fuites sur le réseau de chauffage urbain

Fuite_chauffage_urbain_221220190001.jpg
Actualisé à 20h40 : La réaction de Gérard Colon, 2ème adjoint au maire de Mâcon, en charge de la modernisation du chauffage urbain

MÂCON : Embardées dangereuses, insultes racistes, menaces de mort et exhibition sexuelle…

TGI_MACON.jpg
Avec ça, T.G. a fini en prison le 2 novembre dernier. Les faits ont été commis le 1er novembre à Mâcon, après minuit, sur le quai Lamartine, dans un bar et au commissariat.

PERONNE : Elle quitte Intermarché en courant, par la sortie sans achat, chargée de 3 400€ de marchandise

TGI_MACON.jpg
Interpellée le 24 novembre suite à avis de recherche, une Roumaine de 32 ans, mariée, deux enfants, comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel de Mâcon pour vol en réunion commis le 19 septembre à Péronne.

MÂCON : Coups, crachats et injures à l'encontre d'agents SNCF

Mardi soir, vers 21 h, les policiers sont intervenus à la gare de Mâcon Ville. ACTUALISÉ avec le verdict du tribunal.

MÂCON : Au volant sans permis, shooté de la veille, dans une voiture qui ne lui appartenait pas

TGI_MACON.jpg
Un homme de 43 ans, qui se rendait mercredi matin à son stage chez un viticulteur, a été contrôlé par la police. L'affaire a été réglée au tribunal ce jeudi dans le cadre d'une comparution immédiate. Récit.

MÂCON : Un train a percuté une personne, la ligne TER Paris-Marseille fermée dans les 2 sens

TRAIN SANCE 9OCT.jpg
Actualisé à 12:31 - La thèse de l'homicide a été envisagée.