mercredi 1 avril 2020
  • COVID 19 MBA vous informe MI_Plan de travail 1 (1).jpg

ADRIEN_BEAUDET_CHARNAY.jpg

Le jeune conseiller municipal quitte la majorité conduite par le maire Jean-Louis Andrès. Il dit pourquoi dans un communiqué adressé ce matin.

Après deux démissions du Conseil municipal, trois viennent d’entrer en opposition.

A mi-mandat, la majorité de Jean-Louis Andrès a du plomb dans l’aile !

 

Le 3 avril dernier, j'ai informé le Conseil Municipal que je quittais la majorité de Jean-Louis Andrès suivi par Marjorie Couturier et Sylvie Bonnet.
En voici les raisons :
Notre programme 2014 mettait, entre autres, l’accent sur la jeunesse. Je me suis engagé avec passion auprès des scolaires. Le maire m'a proposé de prendre le poste de président du Conseil Communal des Enfants. Je l'ai mis en place et je pense avoir réussi si j'en crois la satisfaction générale des élèves et des familles. Le maire s'était engagé à me nommer Conseiller délégué pour démontrer que les jeunes Conseillers municipaux de notre équipe étaient reconnus et n’étaient pas sur la liste pour faire de la figuration.
Or, malgré les promesses réitérées du maire depuis plus d’un an, je n'ai rien vu venir sinon le leitmotiv "tu es trop jeune, fais tes preuves !"
Pour citer Corneille "Je suis jeune il est vrai, mais aux âmes bien nées la valeur n'atteint pas le nombre des années".

 

En somme,

Je n'étais pas trop jeune pour figurer sur la liste à la demande de Serge GAULIAS 1er adjoint que je remercie de m'avoir toujours fait confiance et de me garder son amitié.
Je n'étais pas trop jeune pour animer le Conseil Communal des Enfants avec toutes les responsabilités qui m'incombaient.
Je n'étais pas trop jeune pour représenter le maire en Italie avec les élèves dont j'avais la responsabilité.
Mais curieusement trop jeune pour devenir Conseiller délégué alors qu'il n'y avait, de plus, aucune incidence financière sur le budget.

 

Jeune oui, mais j'ai le sens des responsabilités depuis toujours et je veux qu'on me respecte. Je quitte la majorité, non pas pour mon ego, mais pour démontrer qu'on ne doit pas se servir des jeunes juste pour cautionner la politique d'un maire qui veut rajeunir sa liste. 
Néanmoins, mon départ ne serait pas totalement justifié sur ce seul positionnement. Il y a malheureusement depuis notre élection, un manque évident de transparence et de communication de la part du maire remarquée par l'ensemble des Conseillers et des citoyens, amplifiée par une gouvernance d'alcôve. Seuls quelques très proches élus et agents adoubés reçoivent la confiance du maire.
Tout le monde a remarqué ou remarquera la demande de mutation de nos meilleurs agents pour fuir une ambiance délétère. Je ne parle pas de la nouvelle DGS qui devrait, pour bien fonctionner, recevoir la confiance totale du maire. Il n'en est rien. Je crains que celle-ci ne soit bientôt contrainte à déclarer forfait, comme le précédent, qui n'a résisté que quelques mois.

 

Jean-Louis Andrès n'a pas compris que le mode de gestion technocratique, sans chaleur humaine, qu'il impose à tous ne convient à personne, ni aux élus, ni aux agents, ni aux charnaysiennes et charnaysiens. De plus, ses colères, son intolérance contre celles et ceux qui ne sont pas d’accord avec lui sont inacceptables. Nous l’avons encore tous constaté au dernier Conseil municipal vis-à-vis de deux conseillers de l’opposition qui jouaient pourtant leur rôle. Le maire dit souvent en Conseil : « je n’accepte que les questions intelligentes ». Personne n’a la science infuse. Le sang-froid, le respect de l’autre qui n’a pas forcément fait d’études, la gentillesse, la proximité, devraient être à l’évidence les principales qualités d’un maire. Après le népotisme de Gérard Voisin, le dédain de Jean-Louis Andrès, notre belle ville de Charnay-lès-Mâcon n’a vraiment pas de chance.

 

Marjorie Couturier, Sylvie Bonnet et moi-même allons constituer bientôt un nouveau groupe d'opposition actif, à l’écoute de nos concitoyens, sous la forme d’une association loi 1901 que vous pourrez rejoindre si vous pensez que vous pouvez être utile à votre Ville.

CORONAVIRUS À L'HÔPITAL DE MÂCON – Alain Boisseau : « La fermeture des frontières est un frein à l'approvisionnement »

HOPITAL MACON MASQUES - 1.jpg
Le directeur par intérim de l'hôpital a fait le point sur la situation pour macon-infos. Les lits de réa vont augmenter dès jeudi. Les entrerpises continuent d'aider. Entretien.

TRIBUNAL DE MÂCON : La barbarie d'une mère sur sa fillette de moins de 2 ans...

TGI Mâcon.JPG
On aurait pu s'attendre à un procès aux Assises. Mais non, les juges en ont décidé autrement. Pourquoi ? « Car il y a eu un basculement... » explique maître Dominique Many, avocat du père, joint au téléphone. « La fillette était vue régulièrement par un médecin avant que sa mère ne s'acharne à la violenter à la suite d'un conflit conjugal. »

CORONAVIRUS : 220 décès en Bourgogne-Franche-Comté, 675 personnes sorties d'hospitalisation

CORONAVIRUS ARS BFC2 - 1.jpg
Actualisé - Ce sont 33 morts de plus en 24h. L'appel aux volontaires a été entendu ! titre l'ARS dans

SAÔNE-ET-LOIRE - Covid-19 : La laboratoire d'analyse départemental Agrivalys capable de sortir des résultats en 4h !

Agrivalys 71 (30).JPG
André Accary, président du Conseil départemental, et Frédéric Brochot, vice-président en charge de l'Agriculture, président du laboratoire départemental, l'ont fait savoir ce jour par courrier à Olivier Veran, ministre de la Santé. Le laboratoire est capable d'effectuer 2000 analyses par jour.

TRIBUNAL DE MÂCON : De la violence conjugale au proxénétisme...

TGI Mâcon.JPG
L'affaire a été jugée ce lundi par le tribunal correctionnel de Mâcon. Elle mettait en cause deux prévenus, deux hommes de 34 et 60 ans. La victime avait d'abord porté plainte pour violences conjugales.

VIOLENCES INTRA-FAMILIALES : Les Femmes solidaires rappellent les gestes barrières

CPViolenceslesgestesbarrieres(1) (1).jpg
Face aux violences, mettons en place ce geste barrière...

SAÔNE-ET-LOIRE : L'UMIH 71 alerte élus et préfet pour « enrayer un désastre économique »

Le président Patrick Revoyre s'est adressé ce jour par mail aux parlementaires, conseillers départementaux, préfet et sous-préfets. En voici l'intégralité.

Coronavirus - Covid-19 : 43 décès en Saône-et-Loire ; 167 personnes sorties d'hospitalisation

7 personnes sont décédées en 24h dans les hôpitaux de Saône-et-Loire

HÔPITAL DE MÂCON - Covid-19 : Comment ça se passe pour les soignants.es ? Ce que rapporte Force Ouvrière

« Ce 27 mars 2020 se tenait une réunion d’étape entre la direction et les organisations syndicales représentatives au Centre Hospitalier de Mâcon », indique le syndicat FO, qui précise que « plus de 50 agents ont été contaminés, avec 2 hospitalisations ».

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ - Covid -19 : Des entreprises artisanales contribuent à la solidarité nationale

La Chambre des métiers et de l'artisnat recense les artisans en capacité de produire du matériel sanitaire

CORONAVIRUS À L'HÔPITAL DE MÂCON - Roland De Varax : « Nous assurons au mieux, avec de la débrouille »

ROLAND DEVARAX HOPITAL MACON - 1.jpg
Praticien hospitalier en réanimation médicale, chef du service de réanimation et président de la Commission Médicale d'Etablissement à l'hôpital de Mâcon, Roland De Varax a répondu à nos questions cet après-midi, au téléphone, sur la gestion de crise covid-19. Il exprime également sa colère vis-à-vis de l'Etat. Interview.

CORONAVIRUS : Une salve de remerciements de la part du comité A.M.i.71

AMI 71 collage.jpg
L'Association de défense des droits des Malades, Invalides et handicapés exprime, dans un communiqué, sa reconnaissance envers les professionnels.les qui travaillent en cette période historique d’épidémie.

MACON : Les Restos du cœur rouvrent leurs portes

restos du coeur Mâcon covid 19 (1).jpg
Rappelons qu'ils ont été cambriolés le 17 mars, au tout début du confinement.

CORONAVIRUS : La vague de l'épidémie progresse en Saône-et-Loire

28 personnes sont décédées en milieu hospitalier des suites du covid-19 ; 42 personnes sont sorties d'hospitalisation. L'hôpital de Mâcon est l'établissement qui accueille le plus de malade du coronavirus.

SAÔNE-ET-LOIRE : Les policiers municipaux peuvent aussi verbaliser

Des dérogations pour les marchés alimentaires sont accordées par le préfet. Azé, Igé, Leynes etc. sont concernés.

TRAVAUX PUBLICS EN BFC - Vincent Martin : « Je persiste à dire que les chantiers doivent rester strictement à l’arrêt »

TRAVAUX PUBLICS BFC.jpg
Le président de la FRTP Bourgogne Franche-Comté s'exprime sur les conditions de la reprise d'activité dans un communiqué.

EXPRESSION CITOYENNE - Sans-abris et coronavirus : « Pour ne pas les oublier, NON ! »

Plusieurs associations mâconnaises s'alarment des conditions de vie des personnes à la rue, Migrants et SDF. Elles lancent un cri d'alerte.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : La Région met en place la gratuité des TER pour les soignants...

et suspend les prélèvements pour tous les abonnés TER annuels.

CORONAVIRUS - Covid-19 : Les attestations de déplacements dérogatoires évoluent

NOUVELLES ATTESTATIONS.jpg
Elles entrent en vigueur dès aujourd'hui. Le document intègre la participation à une mission d'intérêt général et la convocation judiciaire ou administrative.