dimanche 5 avril 2020
  • COVID 19 MBA vous informe MI_Plan de travail 1 (1).jpg

TGI_MACON.jpg

Y. est le genre de client qui n'aide pas son avocat : 35 ans, la silhouette élancée mais nerveuse, sapé genre classieux, tout de noir dans des tissus très légèrement satinés, du genre prétendument à l'aise dans les prétoires, trop à l'aise.

 

Maître Guérin l'assiste et veille sur sa tenue à la barre. Discrètement elle lui demande de ne pas s'y appuyer des deux mains, discrètement, elle lui fait sortir une main de la poche de son pantalon. Plus tard elle lui lancera à voix forte des « taisez-vous ! » à répétition, alors que Y. prend la parole et la garde, sans y être invité. Elle passe sa main pas loin de sa bouche : baillon symbolique inutile, il faudra que le président lui enjoigne de se calmer.

C'est pourtant pas faute de connaître les règles des audiences : 14 mentions au casier, ça informe.

 

« Le bâtard, la pédale, la pute »

 

Y. se dit très calme alors que tout en lui trahit la nervosité et la colère : « Je veux voir mon fils, c'est tout. Elle, elle fait ce qu'elle veut, je m'en fiche puissance dix. »

Elle : son ancienne compagne, la mère de son fils (10 ans), elle fut victime en 2009 de la violence de Y. Séparation, juge aux affaires familiales, droit de visite organisé.

Mais voilà qu'Y. perd ce droit de visite. Voilà que son ex forme un nouveau couple. Et Y. n'en peut plus.« Le bâtard, la pédale, la pute » : voilà le compagnon habillé lui aussi, mais pas classieux du tout.

 

« Menace de crime contre les personnes avec ordre de remplir une condition »

 

Y. est poursuivi pour « menace de mort réitérée », « menace de crime contre les personnes avec ordre de remplir une condition », « appels téléphoniques malveillants réitérés ».

Le couple victime est présent, et ils vont s'exprimer à tour de rôle. Autant le prévenu fait mine de porter beau, autant madame a les traits tirés. Son compagnon vient dire à quel point il prend sur lui, il se contient : « Je n'ai pas peur de lui, mais ma femme, si, et le petit aussi, depuis qu'il a débarqué un soir et l'a réveillé. Il a presque réussi à nous séparer, c'est sans doute ce qu'il veut. »

 

Et Y. donne à fond, dans le harcèlement, celui qui mène à l'épuisement, fait perdre le sommeil, la quiétude : « Si ce soir je ne mange pas avec mon fils, je vous crâme tous. », « Je te prendrai tout, mari, père et mère, comme tu as pris mon enfant. », « Je vais vous exploser », « Ecoute-moi sale pute », « Les yeux de mon fils, vous allez tous brûler. ». Les 15 et 16 avril 2016, il envoie plus de 50 sms de cet acabit. Sur messenger il s'adresse directement au mari et signe « le père du gamin ».

 

« Je suis le père »

 

Il fut alcoolique mais assure ne plus l'être. Il prétend aussi ne plus être en colère. Personne n'y croit, les juges le rappellent à l'ordre une paire de fois.

« Vous savez ce que vous risquez, avec votre casier ?
-Oui.
-Vous ne feriez pas une fixation sur le nouveau conjoint ?
-Non. Je voulais le rencontrer, il n'a pas voulu.
-Il en a le droit, monsieur, il n'a aucune obligation de vous rencontrer.
-Mais c'est lui qui s'occupe de mon fils, je suis le père, je veux savoir qui s'occupe de lui. »

Face à une opposition de droit, avec la rage déchaînée d'une forme d'impuissance, il remit le couvert : « Tu es mort. » , « Je suis là, tu es mort. », « Je te trouverai même si tu retournes dans le ventre de ta mère. »

 

Alors que le président engage les victimes à « ne pas hésiter à saisir le commissariat », Y. se marre, et la juge-assesseur monte le ton :
« Monsieur, ça vous fait rire ? S'il y a ce procès, c'est pour mettre un terme. Alors quand vous rigolez on se demande si ça va finir.

-Oh ça s'est arrêté, il y a très longtemps, il y a …3 mois. »

 

« Séducteur, manipulateur, violent »

 

Maître Fravre-Taylaz intervient pour les victimes et synthétise ce qu'il a perçu de ce jeune père « bien légitime dans sa demande de voir son fils », mais « séducteur, manipulateur, violent », et qui est déjà allé très loin, trop loin. L'avocat demande « a minima » un sursis mise à l'épreuve avec interdiction de contact avec les victimes, et des soins.
Le parquet va le réquérir, ainsi que 8 mois de prison avec sursis.
La défense fera son office devant un tribunal échaudé par le comportement de Y. qui semble démentir toutes ses déclarations d'intention.

 

« Attention à vous, monsieur ! »

 

Y. est condamné à 6 mois de prison avec sursis, assortis d'une mise à l'épreuve de deux ans, obligation de soins et de travailler, interdiction de contact avec les victimes, obligation de les indemniser à hauteur de 800 euros pour elle, 500 euros pour lui.

« Attention à vous, monsieur ! Plus aucun contact pour qu'il n'y ait pas d'incident à la mise à l'épreuve. » Un nouvel SMS enverrait Y. en prison : les 6 mois de sursis sont là pour ça.

Florence Saint-Arroman

TRIBUNAL DE MÂCON : La barbarie d'une mère sur sa fillette de moins de 2 ans...

TGI Mâcon.JPG
On aurait pu s'attendre à un procès aux Assises. Mais non, les juges en ont décidé autrement. Pourquoi ? « Car il y a eu un basculement... » explique maître Dominique Many, avocat du père, joint au téléphone. « La fillette était vue régulièrement par un médecin avant que sa mère ne s'acharne à la violenter à la suite d'un conflit conjugal. »

TRIBUNAL DE MÂCON : De la violence conjugale au proxénétisme...

TGI Mâcon.JPG
L'affaire a été jugée ce lundi par le tribunal correctionnel de Mâcon. Elle mettait en cause deux prévenus, deux hommes de 34 et 60 ans. La victime avait d'abord porté plainte pour violences conjugales.

SAÔNE-ET-LOIRE : Un chasseur de 60 ans tué dans un accident de chasse

Le drame a eu lieu ce samedi à Saint-Léger-sous-Beuvray.

MÂCON : Deux policiers se jettent dans la Saône pour sauver une femme de la noyade

POLICIERS MACON SAUVETAGE SAONE - 1.jpg
Incroyable façon de terminer l'année pour ces deux policiers de Mâcon, Olivier et Virginie...

MÂCON : Des coups de rouleau à pâtisserie sur sa femme, jusqu'à le casser...

VIOLENCES CONJUGALES MACON OCT2019.gif
Accusé par son épouse de faits de violence, avec incapacité supérieure à huit jours, survenus à Mâcon le 13 octobre dernier, un Mâconnais de 33 ans était présenté mercredi après-midi au tribunal en comparution immédiate. Récit.

MÂCON : Deux quartiers privés de chauffage en raison de fuites sur le réseau de chauffage urbain

Fuite_chauffage_urbain_221220190001.jpg
Actualisé à 20h40 : La réaction de Gérard Colon, 2ème adjoint au maire de Mâcon, en charge de la modernisation du chauffage urbain

MÂCON : Embardées dangereuses, insultes racistes, menaces de mort et exhibition sexuelle…

TGI_MACON.jpg
Avec ça, T.G. a fini en prison le 2 novembre dernier. Les faits ont été commis le 1er novembre à Mâcon, après minuit, sur le quai Lamartine, dans un bar et au commissariat.

PERONNE : Elle quitte Intermarché en courant, par la sortie sans achat, chargée de 3 400€ de marchandise

TGI_MACON.jpg
Interpellée le 24 novembre suite à avis de recherche, une Roumaine de 32 ans, mariée, deux enfants, comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel de Mâcon pour vol en réunion commis le 19 septembre à Péronne.

MÂCON : Coups, crachats et injures à l'encontre d'agents SNCF

Mardi soir, vers 21 h, les policiers sont intervenus à la gare de Mâcon Ville. ACTUALISÉ avec le verdict du tribunal.

MÂCON : Au volant sans permis, shooté de la veille, dans une voiture qui ne lui appartenait pas

TGI_MACON.jpg
Un homme de 43 ans, qui se rendait mercredi matin à son stage chez un viticulteur, a été contrôlé par la police. L'affaire a été réglée au tribunal ce jeudi dans le cadre d'une comparution immédiate. Récit.

MÂCON : Un train a percuté une personne, la ligne TER Paris-Marseille fermée dans les 2 sens

TRAIN SANCE 9OCT.jpg
Actualisé à 12:31 - La thèse de l'homicide a été envisagée.