TRIATHLON MACON MAI VELO - 1.jpg

Bien que les triathlètes Mâconnais n’aient pas attendu le soleil pour commencer leur saison, le triathlon de Bourg-en-Bresse lance définitivement les hostilités triathlètiques et c’est au rythme de 1 à 2 épreuves par week-end que les triathlons vont maintenant s’enchaîner jusqu’au mois de septembre.

Ce dimanche 28 mai, jour de la Fête des Mères, c’est au plan d’eau de Bouvent qu’avait lieu le 32ème triathlon de Bourg-en-Bresse, et une fois n’est pas coutume, le soleil et la chaleur étaient de la partie. Sur l’épreuve sprint du matin les 500 participants ont pu endosser leur combinaison néoprène pour parcourir les 500 m de natation, mais à 0,3 degrés près ce n’était plus possible. En effet, la réglementation interdit le port de la combinaison si la température de l’eau est égale ou supérieure à 24°, les arbitres l’ont mesurée à..23,7° !

Hormis les bons nageurs, tous les triathlètes plébiscitent le port de la combinaison qui facilite grandement la glisse et les performances pour les nageurs moyens, mais également sécurise la partie natation car elle assure la flottaison en cas de défaillance physique. 

Sur les 500 participants, 11 mâconnais avaient pris le départ de cette course. C’est le jeune Anthony VANDROUX , qui, une nouvelle fois, finit en tête des Mâconnais, à la 21ème place en 1h09’, devant Julien CORGET 32ème en 1h12’, Davy BERTHOY 84ème en 1h17’, Pascal FOURNIER 85ème en 1h18’, Guillaume MADELIN 101ème  en 1h20’,  Pierre Yves RHETY 127ème  en 1h22’, Alexandre MOISSONNIER 151ème en 1h24’, Julie BERRY 197ème en 1h27’, Julien DELHAYE 281ème  en 1h32’, Franck BACON 294ème  en 1h35 et Loïc PERROUDON 363ème  en 1h40.

L’après-midi 450 triathlètes, dont 8 mâconnais, étaient inscrits sur la distance M. Moins chanceux que nos triathlètes du matin, c’est sans combinaison qu’ils ont dû parcourir  les 1500m de natation, la température de l’eau ayant atteint plus de 24°.

Il faudra moins de 20 minutes au premier nageur pour sortir de l’eau et s’élancer sur les 40km du parcours vélo, avant d’enchaîner  à pied les 4 tours du plan d’eau, soit 10km.

Les premières chaleurs ont mis à mal certains organismes et il a fallu beaucoup de courage à tous ces triathlètes pour venir à bout de cette course qui, pour certains finira en chemin de croix… 

Heureusement, nos Mâconnais étaient bien préparés et 1 seul abandon est à déplorer, sur blessure après la partie vélo. En effet, Solenne CHARLOT,  jeune nouvelle triathlète Mâconnaise, sortie dans les premières féminines de l’eau, sa discipline de prédilection, a dû abandonner sur la partie vélo pour blessure. Nul doute que nous la retrouverons bientôt sur une prochaine course.

Quant à Stéphane DUSSABLY, l’un des meilleurs athlètes du club de Mâcon, il réussit la meilleure performance du club en prenant la 31ème place en 2h21’ devant Clément SANLAVILLE 158ème en 2h39’, Olivier LAROCHETTE 248ème  en 2h49’, Caroline GRAIZELY 298ème en 2h56’, Philippe CHARMOND 380ème en 3h12’, Gérard DESRAYAUD 395ème en 3h16’ et Michèle GRANDVOINNET 409ème  en 3h23’.

A noter que le vainqueur de l’épreuve, dans le temps de 1h59’, n’est autre que le triathlète professionnel Cyril VIENNOT, ex Champion du Monde de Half Ironman et surtout 5ème des Championnats du Monde Ironman à Hawaï en 2015…..

Félicitations pour tous ces triathlètes, professionnels ou amateurs, qui ont bravé des conditions de courses éprouvantes.

Du côté de la Normandie, à Pont Audemer, l’équipe du TMC , qui s’était brillamment qualifiée pour les demi-finales DN3, à tout donné pour tenter de s’approcher au plus près du podium, mais c’était sans compter sur la malchance … et le très haut niveau des coureurs présents.

D’abord, une chute à vélo pour Christopher BUYS, heureusement sans gravité mais le contraignant tout de même à l’abandon, ensuite Damien PETITBON n’a pu courir souffrant d’une blessure au mollet. Les autres Mâconnais ont malgré tout tenté le défi. L’équipe, réduite à trois. Stéphane BROYER, le vétéran de l’équipe, prendra la 48ème place, devançant son fils Maxence BROYER 58ème  et Jean DULAURENT finira 61ème.

Face à l’armada des jeunes triathlètes Dijonnais et du Val de Gray, habitués à ce genre de course autorisant le drafting à vélo - c’est-à-dire que l’on peut rouler en peloton en s’abritant derrière d’autres concurrents   ce qui minimise les écarts à vélo, pratique interdite habituellement en course  chacun ne pouvant compter que sur ses propres capacités – nos mâconnais n’ont rien pu faire ! 

Le week-end prochain nous les retrouverons sur des épreuves de longue distance à Doussard (près d’Annecy) et  au Mont Ventoux. Souhaitons leur de bonnes conditions météo et bonne course !