TRIATHLON_MACON_WE_PENTECOTE_2017_0001.jpg

Ce week-end de Pentecôte, les triathlètes Mâconnais avaient le choix entre deux épreuves phares du paysage triathlètique national : Doussard du côté d'Annecy et le « Ventouxman » dans le Vaucluse.

Quatre membres du TMC avaient choisi Doussard, Triathlon longue distance, qui proposait 1900m de natation dans les eaux cristallines du lac d'Annecy, 90km de vélo sur les routes escarpées contournant le lac et, pour finir, 18km de course à pied, là aussi vallonnés, à l'intérieur des terres. Épreuve réputée pour la beauté de ses paysages autant que pour la difficulté des parcours.

Malgré une météo capricieuse, la pluie s’invitant pendant la partie vélo, c’est Davy BERTOY qui arrivera en tête des Mâconnais, à la 150ème place, sur 400 participants, en 5h08' devant Lionel DELCLAUX 155ème en 5h09', Vincent BERNARD 312ème en 5h53' et Marcella BERNARD 369ème en 6h29'. A noter que le vainqueur à mis tout juste 4h00 pour boucler ce triptyque.

Un peu plus au Sud ce sont trois membres du TMC, parmi les 1200 participants, qui s'étaient engagés sur l'épreuve du « Ventouxman » dont la difficulté principale est la montée du Mont Ventoux.

Après 2000m de natation, dans le plan d'eau « Li Piboulos » de Piolenc, nos triathlètes parcouraient 95km à vélo, sur des routes balayées par un fort mistral, pour atteindre Bédouin et commencer la montée mythique du géant de Provence qui culmine à 1900m, la même que celle empruntée par les coureurs du Tour de France !

A l'issue de cette longue montée, aux pourcentages oscillants entre 7,5 et 12%, il restait à nos triathlètes à parcourir une descente de 6 petits kilomètres jusqu'à la station de ski du Mont Serein où les attendaient 20km de Trail dans un cadre, certes magnifique, mais oh combien difficile, tant du point de vue du dénivelé que de la nature pierreuse des chemins.

Nos trois « mousquetaires » Mâconnais savaient à quoi s'en tenir et s'étaient préparés en conséquence pour cette épreuve réputée très difficile. Mais l'entraînement, même bien mené, n'est pas gage de réussite sur ce genre d'épreuve où la moindre erreur de gestion ou d'alimentation peut mener à l’abandon, si le corps et la tête ne sont plus en harmonie.

Pour Stéphane DUSSABLY cette course avait un goût tout particulier. Déjà inscrit sur l’édition 2016, il n'avait pu y participer car de forts orages, la veille de l'épreuve, avaient contraints les organisateurs à annuler au dernier moment. Cette année, malheureusement pour lui n’a pas été plus heureuse puisqu’après une très bonne partie natation il a chuté à vélo, 500m avant la fin du parcours  et a dû renoncer, à son grand regret, à s’élancer sur la course à pied. Pas d’inquiétude cependant, après quelques examens médicaux, ses blessures seront vite soignées.

Le deuxième Mâconnais engagé, Philippe BONNETAIN, est, quant à lui, allé au bout de son défi en 8h20', fatigué mais heureux, car il restait sur une saison 2016 « blanche » à cause d'une clavicule cassée lors d'un entraînement vélo.

Le troisième n'est autre que le vétéran Eric FERRARI, grand amateur des parcours vélo à gros dénivelés. Il avait très à cœur de participer à ce triathlon, dans un cadre qu'il affectionne tout particulièrement, et surtout cela lui permet d’afficher 300 Triathlons à son palmarès, depuis ses débuts en ...1986 !!

Il lui faudra 7h54' pour franchir la ligne d'arrivée, se plaçant  à la 585ème place. Pas si mal pour un vétéran de 55 ans !Son bonheur faisait plaisir à voir, car ce genre d'épreuve n’est jamais gagnée d’avance, et beaucoup franchissent la ligne d’arrivée dans la souffrance et les larmes de joie d’avoir surmonté tous les obstacles.

Il leur faudra un peu de temps pour récupérer de tant d'efforts mais d'autres membres du TMC seront sur le pont dès le week-end prochain avec le Triathlon de Chalain, dans le Jura.

 

Photo d'accueil : Stéphane DUSSABLY – Philippe BONNETAIN – Eric FERRARI