dimanche 12 juillet 2020
  • Route_71_290x400 (2).jpg
  • EDENWALL STAGES ETE2020 - 1 (2).jpg
  • JVEUXDULOCAL MACON2105 (2).jpg
  • EGC BOURG CHALON - 1.jpg

armoiries-bourgogne-Région---Vincent-Arbelet(1).jpg

Communiqué

Marie-Guite Dufay, présidente de région, a dévoilé, mardi 12 juillet 2017 à Saint-Jean-de-Losne, les nouvelles armoiries de la Bourgogne-Franche-Comté, en présence de Marie-Line Duparc, maire de Saint-Jean-de-Losne, et aux côtés de Rémi Mathis, conservateur à la Bibliothèque nationale de France, et d’Edouard Bouyé, directeur des archives départementales de la Côte-d’Or.

Dès son élection, Marie-Guite Dufay a en effet voulu que la Bourgogne-Franche-Comté se dote d’un nouveau blason porteur de l’identité commune de la nouvelle région. Elle a pour cela fait appel à un collectif d’archivistes et d’historiens francs-comtois et bourguignons, membres des sociétés savantes.

 

Comment est né ce blason ? Pourquoi à Saint-Jean-de-Losne et sur la Saône ?

Retour sur la genèse et la présentation de ces nouvelles armoiries.

 

La région Bourgogne-Franche-Comté a été créée par la loi du 16 janvier 2015. Elue à la tête de cette nouvelle région, la présidente Marie-Guite Dufay a très tôt souhaité que la Bourgogne-Franche-Comté dispose d’armoiries propres, car l’enjeu n’est pas tant celui de gérer un nouveau territoire administratif que de construire et de faire vivre, avec les habitants, une nouvelle identité commune.

Cette mission a été confiée à un collectif d’historiens et d’archivistes réunis autour du professeur Jean-Claude Duverget, afin qu’il propose un nouveau blason pour la région Bourgogne-Franche-Comté, dans le strict respect des règles de l’héraldique.

Les membres du groupe sont principalement des archivistes et historiens francs-comtois et bourguignons, membres des sociétés savantes : Edouard Bouyé, directeur des archives départementales de la Côte-d’Or ; Jean-Claude Duverget, ancien professeur d’histoire et élu régional de Franche-Comté de 1986 à 2010 ; Pierre Gresser, professeur honoraire d’histoire à l’université de Franche-Comté ; Rémi Mathis, franc-comtois, conservateur du patrimoine à la Bibliothèque nationale de France ; Gérard Moyse, ancien directeur des archives départementales de la Haute-Saône.

 

Leur proposition a été réalisée par Rémi Mathis : un blason composé, qui fait le choix d’associer les deux ex-régions, avec leur histoire spécifique, réunies en une seule, forte de deux héritages qui se complètent.

Ces armoiries suivent en tout point les règles et critères de l’héraldique : l’exactitude (la pertinence de ce qui est signifié dans les armoiries), la rigueur (les règles de composition du blason) et l’esthétique (autrement dit l’équilibre, la clarté). Le projet a d’ailleurs été soumis à la Commission nationale d’héraldique, l’instance officielle placée auprès du ministre de la Culture, qui a rendu un avis favorable le 6 avril dernier.

 

Deux provinces déjà associées aux XIVe et XVe siècles

 

Le groupe de travail a estimé que, pour évoquer la seule période de l’histoire où les deux provinces se sont déjà trouvées étroitement et durablement associées sous une domination qui leur fût propre, les XIVe et XVe siècles, un blason conjuguant les armes du Duché et celles de la Comté pouvait jouer le rôle symbolique adéquat.

 

En effet, ces deux provinces ont déjà été unies en 1330, à l’époque du duc capétien de Bourgogne Eudes IV, et ce jusqu’en 1361. Cette période est figurée aux quartiers 2 et 3, avec le lion couronné du comte Othon IV (Franche-Comté), et au 4, avec les armes dites « Bourgogne ancien ». Rattachée ensuite par héritage à l’Artois et à la Flandre, la Comté fut de nouveau réunie au duché de Bourgogne en 1384. La dynastie capétienne y avait laissé la place à la dynastie des ducs Valois, d’où le 1 d’azur semé de lis hérité de Philippe le Hardi (armes dites « Bourgogne moderne »). Après la mort de Charles le Téméraire, en 1477, la Comté et le Duché furent un temps maintenus sous la domination du roi de France, avant de voir leur sort diverger pour longtemps en 1493 (traité de Senlis).

 

Pourquoi à Saint-Jean-de-Losne et sur la Saône ?

 

Longtemps poste-frontière, pont âprement défendu, lieu de rencontres et de négociations entre la France et l’Empire, lieu de batailles, Saint-Jean-de-Losne est maintenant situé au cœur de la Bourgogne-Franche-Comté, comme au XVe siècle. La Saône, à la fois frontière (entre deux provinces, puis deux régions françaises) et voie de communication, cesse depuis 2016 d’être une limite, sinon entre deux départements d’une même région. Elle est désormais un paisible trait d’union.

 

Lieu chargé d’histoire, Saint-Jean-de-Losne est ainsi apparu comme un site idéal pour inaugurer le blason de la Bourgogne-Franche-Comté, afin d’écrire une page nouvelle d’une histoire à nouveau commune.

 blasons-bourgogne1.jpg

 

Représentation graphique du blason

 

Blasonnement : « Ecartelé, au 1 : d’azur semé de lis d’or à la bordure componée d’argent et de gueules (Bourgogne moderne) ; aux 2 et 3 : d’azur semé de billettes d’or à un lion d’or, armé et lampassé de gueules (Franche-Comté) ; au 4 : bandé d’or et d’azur de six pièces à la bordure de gueules (Bourgogne ancien). »

 

BOURGOGNE : Les vignes n’attendent plus que leurs vendangeurs !

Il est temps de postuler. Pôle emploi vous dit comment.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : Seulement un quart des rivières sont en bon état écologique

A l'inverse, 86% des nappes phréatiques sont en bon été chimique.

Moustique-tigre : Sous surveillance en Bourgogne-Franche-Comté

MOUSTIQUE TIGRE BFC.jpg
L'ARS indiquent les gestes à adopter pour éviter son implatation

VINS DE BOURGOGNE - Millésime 2020 : bien parti pour être (très) précoce

Après la fleur, le millésime 2020 reste très en avance. Ce sera peut-être l’un des plus précoces de Bourgogne.

DIJON : Plus d’un millier de personnes rassemblées « contre le racisme et les violences policières »

8446_1_full.jpg
La manifestation de ce mardi 9 juin 2020 à Dijon s’est déroulée en deux temps peut-on dire, le temps du rassemblement et des messages forts contre le racisme sur la place de la Libération, puis un temps davantage tourné contre les forces de l’ordre.

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ : 100% des sièges des TER et des TGV seront disponibles à compter du 5 juin

Mi-juin, le service des TER atteindra son niveau normal d'été avec 480 trains en circulation. Pour les TGV, le trafic régional sera à 60% de la normale jusqu'au 3 juillet.

COVID EN BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE : Rester prudents dans la durée pour éviter la reprise de l’épidémie

Capture d’écran 2019-11-10 à 15.11.56.png
2 638 tests ont été réalisés cette semaine en Saône-et-Loire. 26 se sont révélés positifs.

DÉCONFINEMENT : Un 1er grand ouf !

CARTE DECONF.jpg
La Saône-et-Loire est en vert ! Plus de limitation de circulation de 100 kilomètres à partir du 2 juin. Les plages, les musées, les salles de spectacles, seront rouverts, ainsi que les piscines et les salles de sport. Les cinémas rouvriront fin juin. Toutes les mesures annoncées par le Premier ministre.

La Bourgogne-Franche-Comté repasse en vert : « Une décision majeure pour l’économie régionale »

Le Premier ministre a annoncé que la région Bourgogne-Franche-Comté sera classée parmi les zones “vertes” à partir du 2 juin.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ - Covid-19 : L'ARS accompagne la reprise d'activité dans les piscines

Capture d’écran 2019-05-17 à 22.59.02.png
1.001 décès sont à déplorer en milieu hospitalier depuis le début de l'épidémie de Covid-19. Le dépistage a permis de détecter 18 nouveaux cas en une journée.

EXPRESSION CITOYENNE : « Vraiment, on en est là ??? » (suite)

Actualisé - Une adhérente handicapée de l'A.M.i habitant à Mâcon mais confinée à Dijon s'était vue refusée l'octroi d'un masque par la Ville de Dijon. La municipalité s'est excusée après de l'A.M.i