dimanche 19 janvier 2020
  • MACON HABITAT LOCAUX COMMERCIAUX 20NOV2019.jpg
  • COLLECTE SAPINS 2020 MBA 225 - 1.jpg
  • MJC HERITAN 2020 - 1.jpg
  • DECATHLON MACON TROCATHLON 2019223 - 1.jpg

maconnais-souvient-attentat-nice1.jpg

« On voyait des foules de gens qui se déplaçaient comme des vagues dans le chaos total. L'ambiance était apocalyptique », se souvient un an après ce Mâconnais, âgé de 54 ans, qui était dans la vieille ville de Nice le 14 juillet 2016. "Même ici, une peur irrationnelle persiste"...

Ils voulaient passer des vacances en famille paisibles. A Nice pour une semaine, cet habitant de Mâcon, qui a souhaité rester anonyme, décide le 14 juillet 2016, avec sa femme et son fils, de se rendre sur la Promenade des Anglais pour admirer le feu d'artifice depuis la plage. « Il y avait beaucoup de gens, tout le monde était dans la joie et la bonne humeur. Je me souviens encore qu'il faisait très chaud et qu'il pleuvait légèrement. »

Avant la fin du feu d'artifice, la famille cherche à s'éloigner de la foule en se dirigeant vers la place Masséna. Puis, à mi-chemin, un vent de panique se lève. « On n'avait plus vue sur la promenade mais on a vu d'un coup une foule monter vers nous. Les gens étaient des milliers et ils criaient "Poussez-vous ! Il y a un attentat !' »

Comme des « moutons apeurés », la famille suit le mouvement et se retrouve alors sur la place Masséna, hébétée. Le temps s'allonge, ce qui ne durait probablement que quelques dizaines de minutes leur semble durer des heures. « On ne savait pas ce qui se passait, mon fils cherchait des informations avec son téléphone », se souvient-il.

Et d'un coup, des milliers de personnes sortent de la vieille ville s'exclamant : « Ils tirent avec des Kalachnikovs depuis un camion ! », information qui se révélera fausse par la suite, mais qui déclenche, sur le coup, une panique sans nom : « Les gens se réfugiaient dans les bus qui ne pouvaient plus circuler, des voitures faisaient demi-tour au milieu de la foule. » Réfugiés dans une pizzeria, ils se retrouvent entassés avec d'autres dans la cuisine du restaurant, d'autres se cachent sous les tables. « On était là sans savoir quoi faire, tout le monde était sur son téléphone pour essayer de savoir ce qui se passait ». L'image qui lui reste présente aujourd'hui est celle d'une foule en panique, devenue incontrôlable.

Après un certain temps, ils décident de sortir pour se réfugier chez eux. « Nous étions complètement apeurés, on essayait tout simplement de ne pas se séparer. » A ce moment, ils pensent encore que des fous qui tirent avec des Kalachnikovs dans la foule circulent dans la ville. De temps à autre, ils croisent des personnes paniquées qui s'exclament « Attention, ils arrivent ! », puis tout le monde cherche à se mettre à l'abri dans les entrées d'immeubles. « On a peut-être mis 20 minutes pour rentrer à l'appartement, mais on eu l'impression que ça avait duré des heures », confie-t-il. Une fois chez eux, ils se barricadent et attendent le lendemain.

Ces quelques heures de sa vie ont laissé leurs traces, surtout chez son fils, alors âgé de 14 ans. « C'est difficile à décrire ce qu'on a vécu. Ça a laissé une marque chez nous et je n'imagine même pas ce que doivent ressentir les personnes qui étaient à ce moment sur la promenade. »

Ce 14 juillet, un an s'est écoulé depuis ce cauchemar, et ce père de famille avoue qu'il devra « se faire violence » pour se rendre au feu d'artifice, même si celui-ci aura cette année lieu dans une petite commune. « Mon fils ne veut pas y aller. En tant que parents, on essaie d'assumer, mais dès qu'on se retrouve dans la foule, une peur irrationnelle persiste. »

Photo d'accueil : Des policiers sur les lieux de l'attentat de Nice, dans la nuit du 14 au 15 juillet 2016. — LIONEL URMAN/SIPA

SAÔNE-ET-LOIRE : Un chasseur de 60 ans tué dans un accident de chasse

Le drame a eu lieu ce samedi à Saint-Léger-sous-Beuvray.

MÂCON : Deux policiers se jettent dans la Saône pour sauver une femme de la noyade

POLICIERS MACON SAUVETAGE SAONE - 1.jpg
Incroyable façon de terminer l'année pour ces deux policiers de Mâcon, Olivier et Virginie...

MÂCON : Des coups de rouleau à pâtisserie sur sa femme, jusqu'à le casser...

VIOLENCES CONJUGALES MACON OCT2019.gif
Accusé par son épouse de faits de violence, avec incapacité supérieure à huit jours, survenus à Mâcon le 13 octobre dernier, un Mâconnais de 33 ans était présenté mercredi après-midi au tribunal en comparution immédiate. Récit.

MÂCON : Deux quartiers privés de chauffage en raison de fuites sur le réseau de chauffage urbain

Fuite_chauffage_urbain_221220190001.jpg
Actualisé à 20h40 : La réaction de Gérard Colon, 2ème adjoint au maire de Mâcon, en charge de la modernisation du chauffage urbain

MÂCON : Embardées dangereuses, insultes racistes, menaces de mort et exhibition sexuelle…

TGI_MACON.jpg
Avec ça, T.G. a fini en prison le 2 novembre dernier. Les faits ont été commis le 1er novembre à Mâcon, après minuit, sur le quai Lamartine, dans un bar et au commissariat.

PERONNE : Elle quitte Intermarché en courant, par la sortie sans achat, chargée de 3 400€ de marchandise

TGI_MACON.jpg
Interpellée le 24 novembre suite à avis de recherche, une Roumaine de 32 ans, mariée, deux enfants, comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel de Mâcon pour vol en réunion commis le 19 septembre à Péronne.

MÂCON : Coups, crachats et injures à l'encontre d'agents SNCF

Mardi soir, vers 21 h, les policiers sont intervenus à la gare de Mâcon Ville. ACTUALISÉ avec le verdict du tribunal.

MÂCON : Au volant sans permis, shooté de la veille, dans une voiture qui ne lui appartenait pas

TGI_MACON.jpg
Un homme de 43 ans, qui se rendait mercredi matin à son stage chez un viticulteur, a été contrôlé par la police. L'affaire a été réglée au tribunal ce jeudi dans le cadre d'une comparution immédiate. Récit.

MÂCON : Un train a percuté une personne, la ligne TER Paris-Marseille fermée dans les 2 sens

TRAIN SANCE 9OCT.jpg
Actualisé à 12:31 - La thèse de l'homicide a été envisagée.

MÂCON : Deux mineurs revendaient des iPhone XS achetés "une bouchée de pain" sur internet

Deux affaires de vente de produits contrefaits ont été mises à jour en deux jours par les policiers de la brigade anti-criminalité de Mâcon. La seconde a concerné un individu majeur revendant des contrefaçons de chaussures et de sacs de marque.