mardi 19 juin 2018
  • BANQUE_POP_MACON_ENOVAGENCE_JUIN2.jpg
  • CUO_MACON_AFFICHE_2018.jpg
  • SEQUANE_SENIOR_MACON_JUIN.jpg
  • INAUG AGRIEZMANN MACON.jpg

maconnais-souvient-attentat-nice1.jpg

« On voyait des foules de gens qui se déplaçaient comme des vagues dans le chaos total. L'ambiance était apocalyptique », se souvient un an après ce Mâconnais, âgé de 54 ans, qui était dans la vieille ville de Nice le 14 juillet 2016. "Même ici, une peur irrationnelle persiste"...

Ils voulaient passer des vacances en famille paisibles. A Nice pour une semaine, cet habitant de Mâcon, qui a souhaité rester anonyme, décide le 14 juillet 2016, avec sa femme et son fils, de se rendre sur la Promenade des Anglais pour admirer le feu d'artifice depuis la plage. « Il y avait beaucoup de gens, tout le monde était dans la joie et la bonne humeur. Je me souviens encore qu'il faisait très chaud et qu'il pleuvait légèrement. »

Avant la fin du feu d'artifice, la famille cherche à s'éloigner de la foule en se dirigeant vers la place Masséna. Puis, à mi-chemin, un vent de panique se lève. « On n'avait plus vue sur la promenade mais on a vu d'un coup une foule monter vers nous. Les gens étaient des milliers et ils criaient "Poussez-vous ! Il y a un attentat !' »

Comme des « moutons apeurés », la famille suit le mouvement et se retrouve alors sur la place Masséna, hébétée. Le temps s'allonge, ce qui ne durait probablement que quelques dizaines de minutes leur semble durer des heures. « On ne savait pas ce qui se passait, mon fils cherchait des informations avec son téléphone », se souvient-il.

Et d'un coup, des milliers de personnes sortent de la vieille ville s'exclamant : « Ils tirent avec des Kalachnikovs depuis un camion ! », information qui se révélera fausse par la suite, mais qui déclenche, sur le coup, une panique sans nom : « Les gens se réfugiaient dans les bus qui ne pouvaient plus circuler, des voitures faisaient demi-tour au milieu de la foule. » Réfugiés dans une pizzeria, ils se retrouvent entassés avec d'autres dans la cuisine du restaurant, d'autres se cachent sous les tables. « On était là sans savoir quoi faire, tout le monde était sur son téléphone pour essayer de savoir ce qui se passait ». L'image qui lui reste présente aujourd'hui est celle d'une foule en panique, devenue incontrôlable.

Après un certain temps, ils décident de sortir pour se réfugier chez eux. « Nous étions complètement apeurés, on essayait tout simplement de ne pas se séparer. » A ce moment, ils pensent encore que des fous qui tirent avec des Kalachnikovs dans la foule circulent dans la ville. De temps à autre, ils croisent des personnes paniquées qui s'exclament « Attention, ils arrivent ! », puis tout le monde cherche à se mettre à l'abri dans les entrées d'immeubles. « On a peut-être mis 20 minutes pour rentrer à l'appartement, mais on eu l'impression que ça avait duré des heures », confie-t-il. Une fois chez eux, ils se barricadent et attendent le lendemain.

Ces quelques heures de sa vie ont laissé leurs traces, surtout chez son fils, alors âgé de 14 ans. « C'est difficile à décrire ce qu'on a vécu. Ça a laissé une marque chez nous et je n'imagine même pas ce que doivent ressentir les personnes qui étaient à ce moment sur la promenade. »

Ce 14 juillet, un an s'est écoulé depuis ce cauchemar, et ce père de famille avoue qu'il devra « se faire violence » pour se rendre au feu d'artifice, même si celui-ci aura cette année lieu dans une petite commune. « Mon fils ne veut pas y aller. En tant que parents, on essaie d'assumer, mais dès qu'on se retrouve dans la foule, une peur irrationnelle persiste. »

Photo d'accueil : Des policiers sur les lieux de l'attentat de Nice, dans la nuit du 14 au 15 juillet 2016. — LIONEL URMAN/SIPA

TRIBUNAL DE MACON : « Je vais t’enterrer vivante » gueule-t-il à sa femme, « je vais te saigner » à un gendarme

PALAIS DE JUSTICE MACON - 1.jpg
Que de misère sociale et morale en ce bas monde… Christian M., enfance flinguée par un père alcoolique qui l’emmenait dans les bars, abandonné à 13 ans, sombre à son tour dans les affres de l’alcool, à 13 ans !

MÂCON : 42 mains courantes déposées contre elle au commissariat en 13 mois !

L'histoire commence vendredi soir 18 mai quand L.M., femme de 37 ans, SDF de la rue de la Barre, une fille de deux ans placée dans une famille d'accueil, a une altercation en soirée avec un riverain. Elle tient des propos racistes et une rixe éclate. ACTUALISÉ : Le verdict du 11 juin

TRIBUNAL DE MÂCON : Il fracasse la tête d'un jeune homme un soir de fête

TGI_MACON.jpg
K.C., 30 ans, 16 mentions au casier judiciaire. Son avocat le compte en page – 5 en tout ! – retraçant le parcours d'un individu qui, manifestement, a du mal à gérer ses pulsions agressives...

TRIBUNAL DE MÂCON : Un "petit" arsenal trouvé dans une cave aux Saugeraies quelques temps avant les attentats du 13 novembre...

TGI_MACON.jpg
Si aucun lien n'a été établit entre les attentats et cette terrifiante découverte, le contexte de la France fin 2015, était souligné par le minsitère public ce mercredi. Récit de l'audience qui a conduit deux prévenus à une condamnation sans équivoque.

TRIBUNAL DE MACON - Violence conjugale : Il frappe et mord sa compagne devant ses enfants

violences-conjugales.jpeg
Le 18 mai en fin d'après-midi, alors que la famille rentre après quelques achats effectués à Décathlon, le père et la mère commencent à se disputer sur un sujet au demeurant fort banal : les grands travaux routiers en cours à proximité du magasin. Les choses ne font que commencer...

TRIBUNAL DE MACON : 28 secondes pour braquer Le Tabac des quais

TGI_MACON.jpg
Ils étaient cinq prévenus à comparaître ce lundi après-midi devant le tribunal correctionnel de Mâcon. Deux frères pour le braquage du Tabac des quais commis le 22 octobre 2016, trois pour complicité, extorsion et complicité d'extorsion d’un des braqueurs. Le procès a duré plus de 6 heures.

MÂCON : Rébellion, outrage et violences contre les policiers à quelques pas du commissariat…

C’est devant le 74 de la rue de Lyon (le commissariat est au 36) qu’un individu de 26 ans s’est rebellé et a outragé les policiers avant de les bousculer et de frapper l’un d’entre eux d’un coup de poing.

TRIBUNAL DE MÂCON : Il lui plante un couteau dans le thorax et plaide la légitime défense

TGI_MACON.jpg
Ce qui avait commencé par une petite engueulade entre plusieurs individus, a fini avec un coup de couteau dans le thorax. Ce n'est pas ainsi que le prévenu, un père de famille d'une cinquantaine d'année, avait imaginé sa soirée du 17 octobre 2015.

SAONE-ET-LOIRE : Une grosse saisie de 800.000€ d'herbe de cannabis par les douanes

DOUANES CANNA CHALON.jpg
Elle était cachée dans un camion frigorifique espagnol au milieu de légumes...

BOURG-EN-BRESSE : La police signale la disparition inquiétante de Freddy Morel

DISPARITION AIN.jpg
ACTUALISÉ : Il a été retrouvé à Lyon cette nuit, sain et sauf.