lundi 24 juillet 2017
  • MARCHE_ETE_CLUNY_20172_-_1.jpg
  • MARCHE DEGUSTATION TERRES SECRETES 20172 - 1.jpg
  • MOINARD_FAUDA_ANNONCES_IMMOBILIERES.jpg
  • MALETTE_INFO_ENERGIE_PAYS_SUD_BOURGOGNE9_-_1.jpg
  • ETE_FRAPPE_MACON_201721.jpg
  • CUOMACON.jpg
  • APPRENTISSAGE BFC.gif

maconnais-souvient-attentat-nice1.jpg

« On voyait des foules de gens qui se déplaçaient comme des vagues dans le chaos total. L'ambiance était apocalyptique », se souvient un an après ce Mâconnais, âgé de 54 ans, qui était dans la vieille ville de Nice le 14 juillet 2016. "Même ici, une peur irrationnelle persiste"...

Ils voulaient passer des vacances en famille paisibles. A Nice pour une semaine, cet habitant de Mâcon, qui a souhaité rester anonyme, décide le 14 juillet 2016, avec sa femme et son fils, de se rendre sur la Promenade des Anglais pour admirer le feu d'artifice depuis la plage. « Il y avait beaucoup de gens, tout le monde était dans la joie et la bonne humeur. Je me souviens encore qu'il faisait très chaud et qu'il pleuvait légèrement. »

Avant la fin du feu d'artifice, la famille cherche à s'éloigner de la foule en se dirigeant vers la place Masséna. Puis, à mi-chemin, un vent de panique se lève. « On n'avait plus vue sur la promenade mais on a vu d'un coup une foule monter vers nous. Les gens étaient des milliers et ils criaient "Poussez-vous ! Il y a un attentat !' »

Comme des « moutons apeurés », la famille suit le mouvement et se retrouve alors sur la place Masséna, hébétée. Le temps s'allonge, ce qui ne durait probablement que quelques dizaines de minutes leur semble durer des heures. « On ne savait pas ce qui se passait, mon fils cherchait des informations avec son téléphone », se souvient-il.

Et d'un coup, des milliers de personnes sortent de la vieille ville s'exclamant : « Ils tirent avec des Kalachnikovs depuis un camion ! », information qui se révélera fausse par la suite, mais qui déclenche, sur le coup, une panique sans nom : « Les gens se réfugiaient dans les bus qui ne pouvaient plus circuler, des voitures faisaient demi-tour au milieu de la foule. » Réfugiés dans une pizzeria, ils se retrouvent entassés avec d'autres dans la cuisine du restaurant, d'autres se cachent sous les tables. « On était là sans savoir quoi faire, tout le monde était sur son téléphone pour essayer de savoir ce qui se passait ». L'image qui lui reste présente aujourd'hui est celle d'une foule en panique, devenue incontrôlable.

Après un certain temps, ils décident de sortir pour se réfugier chez eux. « Nous étions complètement apeurés, on essayait tout simplement de ne pas se séparer. » A ce moment, ils pensent encore que des fous qui tirent avec des Kalachnikovs dans la foule circulent dans la ville. De temps à autre, ils croisent des personnes paniquées qui s'exclament « Attention, ils arrivent ! », puis tout le monde cherche à se mettre à l'abri dans les entrées d'immeubles. « On a peut-être mis 20 minutes pour rentrer à l'appartement, mais on eu l'impression que ça avait duré des heures », confie-t-il. Une fois chez eux, ils se barricadent et attendent le lendemain.

Ces quelques heures de sa vie ont laissé leurs traces, surtout chez son fils, alors âgé de 14 ans. « C'est difficile à décrire ce qu'on a vécu. Ça a laissé une marque chez nous et je n'imagine même pas ce que doivent ressentir les personnes qui étaient à ce moment sur la promenade. »

Ce 14 juillet, un an s'est écoulé depuis ce cauchemar, et ce père de famille avoue qu'il devra « se faire violence » pour se rendre au feu d'artifice, même si celui-ci aura cette année lieu dans une petite commune. « Mon fils ne veut pas y aller. En tant que parents, on essaie d'assumer, mais dès qu'on se retrouve dans la foule, une peur irrationnelle persiste. »

Photo d'accueil : Des policiers sur les lieux de l'attentat de Nice, dans la nuit du 14 au 15 juillet 2016. — LIONEL URMAN/SIPA

MÂCON : Les 7 platanes de la place aux Herbes vont être abattus

PLATANES MACON.jpg
Une branche est tombée sur des clients installés en terrasse samedi dernier

TRIBUNAL DE MÂCON - Une vie incarcérée, menaces de mort et outrages : « Je ne veux pas qu'on le déshumanise »

TGI_MACON.jpg
« Cet homme est devenu un produit de la prison », dit Maître Sauvayre avant l'audience. Il reprendra devant le tribunal :

ATTENTAT DE NICE : Un Mâconnais, à proximité de la promenade au moment de l'acte terroriste, raconte son vécu

maconnais-souvient-attentat-nice1.jpg
« On voyait des foules de gens qui se déplaçaient comme des vagues dans le chaos total. L'ambiance était apocalyptique », se souvient un an après ce Mâconnais, âgé de 54 ans, qui était dans la vieille ville de Nice le 14 juillet 2016. "Même ici, une peur irrationnelle persiste"...

CRECHES-SUR-SAÔNE : Les gendarmes cherchaient l'évadé du commissariat de Mâcon

EVADE COMMISSARIAT MACON2 - 1.jpg
De nombreux habitants de Crêches ont vu cet hélicoptère de la gendarmerie tourner au dessus de leurs têtes ce mardi matin. Il avait été repéré par un témoin sur le parking de la salle Joug Dieu. ACTUALISÉ : Il a arrêté à Villefranche

MÂCON : À qui le chien ?

CHIEN TROUVE MACON - 1.jpg
ACTUALISÉ : Il a retrouvé sa famille !

MÂCON : Un motard de la police blessé dans une collision avec une voiture

COLLISION POLICIER DS3 MACON8.jpg
ACTUALISÉ : On sait un peu plus sur les circonstances de cet accident...

SANCÉ : Un champ d'orge a pris feu pendant la moisson

feu-broussailles-sance.jpg
Vers 14h30, un feu de chaumes de 4 hectares s'est déclaré Chemin du Beau Soleil.

MÂCON : Des incendies en représailles à une opération anti-drogue ?

FEUX SAUGERAIES JUIN 2017.jpg
Nous l'avons dit dès mardi soir lors des incendies du centre de formation Ste-Marguerite, de voitures et de tronçonneuse : il faisait peu de doute que l'origine était volontaire. La police a confirmé un coup de filet ce même jour aux Saugeraies et à La Chanaye.

TRIBUNAL DE MÂCON : Audience d'homologation des comparutions sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC)

TGI_MACON.jpg
« Les CRPC peuvent monter en salle d'audience ». Dans la salle, pas de procureur, mais un juge : celui-ci ne statue pas, il va se contenter d'homologuer des sanctions déjà fixées par le procureur de la République, et acceptées par le justiciable qui a reconnu sa culpabilité.

LONDRES : L’incendie d’une tour d’habitation a fait au moins six morts

Londres-ce-que-l-sait-de-l-enorme-incendie-de-la-tour-de-27-etages.jpg
Le gigantesque incendie qui a ravagé dans la nuit de mardi à mercredi un immeuble HLM à Londres a fait au moins six morts et au moins 50 blessés, alors qu’un nombre indéterminé de personnes pourraient toujours se trouver à l’intérieur. Le bilan risque encore de s'alourdir.

MÂCON : L'ancien centre de formation Sainte Marguerite en partie détruit par un incendie

FEU SAINTE MARGUERITE MACON22.jpg
Le bâtiment est situé dans le quartier des Saugeraies, juste à côté du magasin E.Leclerc.

TRIBUNAL DE MÂCON : 18 ans de réclusion criminelle, réinsertion impossible ?

TGI_MACON.jpg
En cette époque au narcissisme écervelé, où bon nombre d'entre nous se donnent du mal pour ne pas être « comme tout le monde », il pourrait être reposant d'en croiser un qui n'aspire qu'à l'inverse : « Je veux être Monsieur tout le monde. » Mais 18 ans de réclusion criminelle à la centrale de Clairvaux, ça vous distingue jusqu'à la fin des temps,…