CBBS TOULOUSE3 - 1.jpg

ACTUALISÉ : Le match vu par le speaker, l'excellent Rémy Mathuriau. 

La rencontre se déroulait hier soir au COSEC de Charnay. Les Pinkies ont une fois de plus dominé leur sujet en battant les Toulousaines 77 à 57, devant un public clairsemé, ce qui les propulsent en tête du classement général après cette 3ème journée de championnat.

Panthères roses contre Ville rose

Ce n’est jamais simple de rendre hommage à quelqu’un de disparu. Et c’est encore plus compliqué dans mon rôle de speaker, de rendre hommage à quelqu’un que l’on connait. Michèle Mauguin, ancienne joueuse du Cbbs, et fidèle supportrice de l’équipe première, nous a quittés cette semaine à l’âge de 63 ans. C’est par une minute d’applaudissements que le public, debout, lui a dédié ce match. Salut la Miche.

Le sport reprenait ses droits, et le coup d’envoi fictif de cette rencontre, fut donné par Jean-Luc Ragnard, adjoint aux sports à Charnay. Et c’est avec une équipe charnaysienne privée de Johanna Cortinovis et de Chloé Mantelin, qui vont faire entorse au jeu, que cette rencontre débute.

Ce match tenait vraiment à cœur à Matthieu Chauvet qui, malgré son titre de meilleur coach de Ligue en 2013, fut tout bonnement licencié par le club occitan qu’il venait de faire monter. Sacré remerciement pour bons résultats.

Nothing to lose ou Nothing Toulouse : Rien à perdre ou rien à Toulouse ?

Rayez la mention inutile

Début de partie brouillonne, avec de nombreuses balles perdues du côté du Cbbs qui, heureusement, n’étaient pas concrétisées par des toulousaines maladroites. On sentait la pression des deux côtés (ce qui faisait 2 demi-pressions) devant un public fidèle mais aussi frileux qu’un vaccin au freezer. Décidément, cette équipe toulousaine, soi-disant faite pour remonter en Ligue, ne m’impressionnait pas. Par contre, du côté Cbbs, les fautes tombaient comme les feuilles d’impôts fonciers en septembre, et Laure Belleville s’en retrouvait vite avec 3 à son compteur.

Pendant ce temps-là, l’américaine de Toulouse y allait de son concert, comme Nougaro à New-York, et faisait parler la poudre. C’est au bout de 20 tours de la trotteuse de ma montre Festina, que les 2 équipes partaient se désaltérer au vestiaire, avec 12 points d’avance pour les Pinkies. Pas mal !!

La reprise voit une équipe de la Ville Rose et mangeuse de saucisses revigorée. De mon côté, je pense que c’est trop beau pour que ça dure, et que Toulouse va se réveiller, se révolter, se battre, regimber, ruer dans les brancards, et ne pas se dire "je Capitole". Euh pardon, "je capitule" (Bof !!). Alors que jepensais trop fort, Toulouse pansait ses plaies et repartait d’un bon pied. Allo, ici les bons pieds, ne quittez pas.

A Toulouse, ça ne sent pas la violette

Mais Mélanie et Claire effaçaient mes doutes et mes craintes en balançant à 3 points, et Kady restait intraitable sous les paniers de la ménagère de moins de 50 ans, devant un public désormais chaud comme une friteuse de cantine. L’écart frôlait même les 30 points.  C’était confirmé hier soir, que dans Toulouse, il y avait "lose". Perdre en anglais. Le public, tout acquis à la cause des Pinkies, passait la dernière minute du match debout à applaudir et à remercier celles qui nous ont fait vibrer une fois de plus. Et c’est sur le score de 77 à 57 que chrono bipait. Calais ayant perdu contre Chartres, le Cbbs se retrouve seul en tête de Ligue 2 féminine. Incroyable !!

"N’empêche que moi, ça ne m’a pas, dans tous les cas, saoulé, Toulouse, hein !!" Merci Papy

Cette dernière phrase est évidemment réservée à mon fan-club d’amateurs de jeux de mots tordus, et ceux qui n’auront pas compris pourront se rapprocher de Mâcon-Infos.

Duel des scoreuses : Pour le Cbbs : Mélanie Devaux 27 points. Pour Toulouse : Mikaela Ruef 21 points

Prochain match à domicile : le 21 octobre contre Angers

Rémy MATHURIAU