vendredi 15 décembre 2017

TGI_MACON.jpg

C’est ce qu’a ressenti L.M., 47 ans, à partir de 2012, année à laquelle il eu ce geste regretté sur cette jeune femme de 18 ans, nièce de sa femme, qui vivait chez eux (lui et sa tante), à Cormatin.

A l’époque, la situation au sein du foyer est difficile à vivre. Lara est accueillie chez sa tante après le décès de sa mère. La toute jeune femme porte en elle l’héritage psychologique d’un papa au comportement inadapté, « impudique » précisera le tribunal. Sur le plan sexuel, elle se cherche et n’a aucune retenue. Impudique elle aussi, « aguicheuse » dira L.M.. Au point qu’elle se balade régulièrement chez eux, à demi nue, en culotte et soutien-gorge.

Cette impudeur lui a été reprochée à maintes reprises par sa tante et son mari. Mais voilà, Lara n’en a que faire, « elle a un problème avec l’autorité » complète le prévenu. Un jour de 2012, les choses dérapent : L.M. rentre du travail. Il est transporteur et peu chez lui. Ce jour-là, Lara est encore en culotte et soutien-gorge. « Elle est venue se coller à moi de manière instante, elle demandait des câlins » se défend-il. Il glisse alors sa main dans son soutien-gorge et lui caresse les seins. Puis il réagit et la repousse.

 

Plus de deux ans après, en janvier 2015, Lara dépose plainte. Entre temps, elle a quitté le domicile en 2014. « Je ne pouvais plus supporter ses gestes, ses attouchements » dira-t-elle lors de son audition. Un texto envoyé à sa tante est évoqué  : « Si tu ne le quittes pas, je porte plainte. »…

Plus qu’une main dans le soutien-gorge, elle accusera L.M. d’agressions sexuelles entre septembre 2011 et décembre 2013. Main entre les cuisses, caresses sur les fesses, et cette fameuse main dans le soutien-gorge pour lui caresser les seins.

 

Pour L.M., le ciel lui tombe sur la tête. Il réfute en bloc ces accusations, sauf la main dans le soutien-gorge. « En effet, j’ai fait ça. Je ne sais pas pourquoi, je n’ai pas d’explication. » L’expertise psychiatrique demandée conclura dans le sens d’un homme introverti et altruiste. Rien à signaler en matière de perversion sexuelle. L.M. n’a jamais été condamné. Tout plaide en sa faveur.

Pourtant, dévoré par la honte, assommé par le regret et rongé par la culpabilité, sa morale le pousse à rompre avec sa femme, tante de Lara. Son affaire, un bureau de tabac, se porte mal. Il est placé en redressement judiciaire. Voilà qui ajoute à la honte et la culpabilité. « Je me suis senti lâche, je l’ai quittée à un moment difficile. »

 

L.M. entame une psychothérapie pour supporter cette procédure qui s’ouvre. Il l’interrompra pour des raisons financières. Bref, la vie n’est pas facile pour cet homme que son avocat dépeint comme « un homme au sens moral profond ». Maître Dury plaide le moment de faiblesse, moment d’égarement face à une jeune femme provocatrice. « Oui, il a cédé à la provocation un instant. Sur le plan moral, ce fut très difficile à vivre pour lui, destructeur même. Sur le plan juridique, M. Le président, la surprise n’est pas constituée pour la jeune femme. Si surprise a été vécue, c’est bien plus par mon client. Il n’y a pas de base légale pour une condamnation. »

 

Quelques minutes avant, Mme la substitut du procureur, Christine Savarzeix, requérait la relaxe. « Nous avons à faire à une jeune femme qui n’a pas eu de règles en matière de comportement, son père étant lui-même très impudique. C’est la trajectoire d’une fille en détresse, qui souffre de troubles de la personnalité. L’infraction n’est pas constituée. »

Le juge suivait la procureure et l’avocat et prononçait la relaxe. Un vrai soulagement pour L.M. 

 

Rodolphe BRETIN

NDLR : le prénom de la jeune femme a été volontairement changé.   

REGION DE MÂCON : Commerçants, attention à la circulation des faux billets

FAUX BILLETS MACON.jpg
Un homme a été interpellé à Mâcon ce mercredi après deux tentatives de paiement avec faux billets.

TRIBUNAL DE MÂCON - Violences conjugales : Nez cassé, dent cassée, hématomes sur tous les corps ! et 18 mois de calvaire

VIOLENCES CONJUGALES MACON DEC2017.jpg
C’est une affaire assez terrifiante et troublante de violences conjugales qui était jugée mercredi après-midi au tribunal de grande instance de Mâcon.

MÂCON : Deux commerces de centre-ville cambriolés le soir du 21 novembre

CAMBRIOLAGE MACON.jpg
Les faits ont été perpétrés vers 21h dans une boucherie et une pâtisserie rue Lamartine et place aux Herbes. Les deux auteurs présumés, pris en flagrant délit, ont été placés en détention provisoire dès jeudi.

TRIBUNAL DE MÂCON : Un maçon meurt après une chute de 3,30m, son employeur est inculpé pour non-respect des dispositions de sécurité

TGI_MACON.jpg
Le 2 juin 2015, un maçon chute de 3,30m lors de la construction d'une maison individuelle à Mâcon. Après 6 jours dans le coma, il succombe à un traumatisme crano-facial. Il laisse derrière lui une femme et trois enfants qui se demandent : ce drame aurait-il pu être évité si les conditions de sécurités avaient été respectées ?

CHARNAY : 29g d'héroïne trouvés chez un dealer

cailloux_heroine Macon.jpg
Les policiers ont commencé par contrôler un consommateur dans sa voiture dans le quartier des Gautriats à Mâcon le 9 novembre.

RCEA : Deux blessés dans une collision entre 2 poids-lourds à hauteur de Prissé et Davayé

RCEA ACCIDENT CAMION 13NOV - 2.jpg
La circulation est annoncée difficile jusqu'à la fin de la matinée.

CLUNY : 3 blessés dans une spectaculaire collision sur la RD 980

Accident_RD980_Cluny_11_11_2017_0005.jpg
Il était environ midi lorsque deux véhicules légers sont entrés en collision dans des circonstances encore inconnues, au lieu-dit Le Loup entre Cluny et Lournand.

TRIBUNAL DE MÂCON : Il avait braqué, avec un complice, le bureau de tabac tenu par une amie de sa mère

TGI_MACON.jpg
Les prévenus étaient deux à se présenter sous escorte dans le box des accusés ce mercredi soir au tribunal de Mâcon, avec la mine du regret. Deux hommes de 24 et 36 ans ayant braqué un bureau de tabac au petit matin le 22 août dernier à Tournus. ACTUALISÉ : Les messieurs sont en prison.

RCEA : Une toute jeune conductrice à 161 km/h un peu avant Mâcon

RCEA MILLY CHARNAY CONTROLES GENDARMES.jpg
La jeune femme a commis ce délit de grande de vitesse le jour de l’opération de contrôle des gendarmes ciblée sur la vitesse. « Nous accentuons la répression » a lancé la sous-préfète présente sur le lieu du contrôle.