mercredi 20 juin 2018
  • BANQUE_POP_MACON_ENOVAGENCE_JUIN2.jpg
  • CUO_MACON_AFFICHE_2018.jpg
  • SEQUANE_SENIOR_MACON_JUIN.jpg
  • INAUG AGRIEZMANN MACON.jpg

TGI_MACON.jpg

Les prévenus étaient deux à se présenter sous escorte dans le box des accusés ce mercredi soir au tribunal de Mâcon, avec la mine du regret. Deux hommes de 24 et 36 ans ayant braqué un bureau de tabac au petit matin le 22 août dernier à Tournus. ACTUALISÉ : Les messieurs sont en prison.

Les deux individus, cagoulés, étaient entrés dans le bureau de tabac à un moment où il n’y avait pas de client. Le plus jeune était porteur d’une arme. Par chance, pour lui comme pour la buraliste, la menace avec arme n’a pas été retenue dans la qualification des faits, leur évitant à tous les deux la cour d’Assise. Il s’agissait en effet d’une vieille « arme rouillée » comme l’expliqua le prévenu détenteur, « achetée 10€ dans une brocante à un vieil homme ». Par ailleurs, l’arme n’était pas chargée, et est restée à hauteur du bassin du porteur, canon vers le bas.

 

Procès aux Assises évité donc pour ces deux toxicomanes, en quête de repentance pour l’un, le plus vieux, en CDI, qui commençait à se sortir de l’addiction à la drogue grâce à la prise de méthadone ; paniqué pour l’autre, accablé et menacé par un dealer pour une dette de 9 500€. « Oui, c’est moi qui ait eu l’idée du braquage » avoue-t-il au juge. Forcément, avec une épée de Damoclès pareille sur le tête et une addiction à la coke à 24 ans (et déjà trois condamnations), il fallait trouver une… « solution »… et mettre un de ses potes de shoot dans le coup par dessus le marché, pote qui ne devait au départ que conduire la voiture qui le mènerait à proximité du bureau de tabac et se tirer à Mâcon. Le Pote entrera finalement aussi dans le bureau de tabac.

Ces messieurs étaient visiblement pleins de regrets devant la victime, présente à l’audience.

 

Quoi qu’il en soit, Assises évitées, mais pas la Correctionnelle. Le vol est caractérisé et la gérante, effrayée et traumatisée, a bénéficié de 10 jours d’ITT (interruption totale de travail). « J’ai déjà été braquée, c’est très difficile à vivre. » 

Cette fois-ci, elle a déclenché un fumigène dans son bureau de tabac pour tenter de faire fuir les malfaiteurs, qui sont finalement partis avec une dizaine de cartouches de cigarettes, du tabac et un peu d’argent, 40€. Maigre butin pour faire face à la dette du fils de son amie.

 

Bien sûr, la grande question qui s’est posée est celle-ci : la buraliste a-t-elle reconnu le plus jeune des braqueurs, fils de son amie ? « Non, il m’a fait pensé à lui pendant quelques secondes, mais je ne l’ai pas reconnu. Tout cela me désole, je ne comprends pas comment il a pu faire une chose pareil, sachant que j’ai dîné récemment avec sa mère. »

« Il n’était pas question de lui faire du mal » se défendront-ils tous les deux. Encore heureux !… Pour autant, le mal a été fait.

 

Quelque peu incrédule, comme tout le monde, le juge les provoquera avec une ironie interrogative : « Mais alors vous êtes quoi ? Les pieds nickelés ou de vrais malfaiteurs ? Oui, non, on le fait, on le fait pas ?… Mais on achète quand même une arme. Tout cela était prémédité, mais en seulement en 48h… Ce que vous avez fait est grave messieurs. En avez-vous pleinement conscience ? »

Le plus âgé, perquisitionné et interpellé chez lui par les gendarmes, reconnaîtra immédiatement les faits. Le plus jeune, pris de panique, la peur de la prison au ventre, ne reconnaîtra les faits qu’à la 3ème audition des gendarmes, quand il comprendra que son acolyte a tout avoué.

 

Tous les deux ont souhaité être jugés ce mercredi. Ils étaient présentés au tribunal en comparution immédiate et n'ont pas demandé de renvoi. Le plus jeune, Nicolas, a pris 5 ans de prison dont 2 ans de sursis mise à l'épreuve ; le second, Alexandre, a pris 3 ans dont 2 ans de sursis mise à l'épreuve. Un mandat de dépôt a été délivré pour ces deux messieurs. 

Le parquet a fait appel de la décision du tribunal pour Alexandre.   

 

Rodolphe BRETIN

 

TRIBUNAL DE MACON : « Je vais t’enterrer vivante » gueule-t-il à sa femme, « je vais te saigner » à un gendarme

PALAIS DE JUSTICE MACON - 1.jpg
Que de misère sociale et morale en ce bas monde… Christian M., enfance flinguée par un père alcoolique qui l’emmenait dans les bars, abandonné à 13 ans, sombre à son tour dans les affres de l’alcool, à 13 ans !

MÂCON : 42 mains courantes déposées contre elle au commissariat en 13 mois !

L'histoire commence vendredi soir 18 mai quand L.M., femme de 37 ans, SDF de la rue de la Barre, une fille de deux ans placée dans une famille d'accueil, a une altercation en soirée avec un riverain. Elle tient des propos racistes et une rixe éclate. ACTUALISÉ : Le verdict du 11 juin

TRIBUNAL DE MÂCON : Il fracasse la tête d'un jeune homme un soir de fête

TGI_MACON.jpg
K.C., 30 ans, 16 mentions au casier judiciaire. Son avocat le compte en page – 5 en tout ! – retraçant le parcours d'un individu qui, manifestement, a du mal à gérer ses pulsions agressives...

TRIBUNAL DE MÂCON : Un "petit" arsenal trouvé dans une cave aux Saugeraies quelques temps avant les attentats du 13 novembre...

TGI_MACON.jpg
Si aucun lien n'a été établit entre les attentats et cette terrifiante découverte, le contexte de la France fin 2015, était souligné par le minsitère public ce mercredi. Récit de l'audience qui a conduit deux prévenus à une condamnation sans équivoque.

TRIBUNAL DE MACON - Violence conjugale : Il frappe et mord sa compagne devant ses enfants

violences-conjugales.jpeg
Le 18 mai en fin d'après-midi, alors que la famille rentre après quelques achats effectués à Décathlon, le père et la mère commencent à se disputer sur un sujet au demeurant fort banal : les grands travaux routiers en cours à proximité du magasin. Les choses ne font que commencer...

TRIBUNAL DE MACON : 28 secondes pour braquer Le Tabac des quais

TGI_MACON.jpg
Ils étaient cinq prévenus à comparaître ce lundi après-midi devant le tribunal correctionnel de Mâcon. Deux frères pour le braquage du Tabac des quais commis le 22 octobre 2016, trois pour complicité, extorsion et complicité d'extorsion d’un des braqueurs. Le procès a duré plus de 6 heures.

MÂCON : Rébellion, outrage et violences contre les policiers à quelques pas du commissariat…

C’est devant le 74 de la rue de Lyon (le commissariat est au 36) qu’un individu de 26 ans s’est rebellé et a outragé les policiers avant de les bousculer et de frapper l’un d’entre eux d’un coup de poing.

TRIBUNAL DE MÂCON : Il lui plante un couteau dans le thorax et plaide la légitime défense

TGI_MACON.jpg
Ce qui avait commencé par une petite engueulade entre plusieurs individus, a fini avec un coup de couteau dans le thorax. Ce n'est pas ainsi que le prévenu, un père de famille d'une cinquantaine d'année, avait imaginé sa soirée du 17 octobre 2015.

SAONE-ET-LOIRE : Une grosse saisie de 800.000€ d'herbe de cannabis par les douanes

DOUANES CANNA CHALON.jpg
Elle était cachée dans un camion frigorifique espagnol au milieu de légumes...

BOURG-EN-BRESSE : La police signale la disparition inquiétante de Freddy Morel

DISPARITION AIN.jpg
ACTUALISÉ : Il a été retrouvé à Lyon cette nuit, sain et sauf.