IMG_5152.JPG

La fusion imminente des trois structures en charge de l’insertion professionnelle des personnes en difficulté dans le Mâconnais (la MLJM, le CLLAJ et le PLIE) provoque des remous chez les personnels. Les président(e)s des trois structures ont immédiatement apporté des précisions, sur place et par communiqué de presse.

Ce sont les salariés de la Mission Locale Jeunes du Mâconnais qui ont décrété le 14 novembre jour de grève. Christophe Lamote, délégué du personnel dit n’avoir rien contre la fusion, mais accuse « le manque de dialogue de la part de la direction. Cela fait un an et demie que cette fusion est préparée et à plusieurs reprises les délégués du personnel ont demandé aux élus de nous informer sur les différentes étapes, de nous associer à cette fusion, en vain. Aujourd’hui, on manifeste parce que il y a quelques mois, on a remis en cause certains de nos usages qui étaient plus favorables que la convention collective. Il s’agit du retour aux jours de carence par rapport aux arrêts maladie, la perte d’un jour de congé, le fait que deux collègues qui partent ne soient pas remplacés. »

« Il n'y a pas eu un dialogue social, mais plutôt un monologue social. On nous informait des décisions prises par les membres du bureau. On a toujours été mis devant le fait accompli. Ils nous ont dit qu’ils dénonçaient nos usages, nos acquis, sans négociation » explique Thierry Duplessis, suppléant du délégué du personnel de la Mission Locale.

Quant à Virginie de Battista, présidente de la Mission Locale Jeunes du Mâconnais, présente sur le piquet de grève, celle-ci dément les propos des grévistes : « Il y a eu plusieurs réunions qui ont été conduites avec les délégués du personnel. Tout ce qui est imposé par la loi a été respecté. J’ai également fait des réunions avec l’ensemble du personnel. En ce qui concerne les craintes sur les effets de cette fusion sur le personnel, il n’est pas prévu de suppressions d’emplois, on l’a toujours dit. Les gens qui sont là, resteront là. »

Une réunion d’information aura lieu au niveau des salariés des trois structures le 22 novembre prochain. "Trop tard !" pour les grévistes.

La Mission Locale Jeunes du Mâconnais fusionnera avec le Plan local d’insertion dans l'emploi (PLIE) de Mâcon et avec l’association Espace logement jeunes (CLLAJ) de Mâcon à partir de 2018.

Cristian Todea

 

Communiqué des présidents des trois structures en réponse aux grévistes

Contrairement à ce qui a pu être indiqué seule une partie du personnel de la mission locale jeunes du mâconnais a fait grève uniquement l’après-midi du 14 novembre 2017.

Cette grève n’a donc concerné ni le personnel du CLLAJ ni celui du PLIE.

 

S’agissant de la fusion dénoncée il est important de rappeler que les trois structures actuelles exercent des activités complémentaires en matière d’emploi, de logement et de mobilité qui ont une finalité commune : l’aide à l’insertion professionnelle.

La finalité première de la fusion réside dans la volonté de mettre en place une offre de services centralisée au sein d’une même structure, l’AILE SUD BOURGOGNE, ce qui permettra ainsi d’assurer une plus grande visibilité et disponibilité vis-à-vis des publics cibles.

Dans un contexte général de réduction de la dépense publique cette opération témoigne également de notre vigilance particulière quant à la meilleure utilisation des subventions.

 

La réalisation de cette opération, mûrie de longue date, s’est opérée dans les conditions suivantes :

  1. parfaite transparence vis-à-vis du personnel : en témoigne l’organisation de différentes réunions collectives, la prochaine étant prévue le 22 novembre prochain

  2. recherche de l’environnement social le plus favorable pour l’ensemble du personnel de la nouvelle structure : il a notamment été choisi de faire bénéficier de la convention collective des missions locales les salariés du CLLAJ et du PLIE qui n’étaient jusqu’ici couverts par aucune convention.

  3. Renforcement de l’organisation opérationnelle générale : la composition des équipes actuelles est confortée voire renforcée, chaque pôle opérationnel (PLIE, CLLAJ, MILO) conservant en outre son identité et la spécificité de son action dans la nouvelle organisation.

  4. Aucune remise en cause « d’acquis sociaux » n’est envisagée, la convention collective des missions locales sera appliquée. Concernant le personnel MISSION LOCALE on en revient donc après divers compromis, et de manière échelonnée, aux dispositions conventionnelles largement plus favorables que le Code du travail.

 

Enfin il est important de signaler que les trois structures fusionnées présentent à ce jour des situations financières saines.

Compte tenu de l’ensemble de ces éléments, nous ne pouvons qu’espérer que le personnel concerné s’inscrive dans la démarche engagée qui ne sera constructive et profitable qu’avec l’adhésion de tous.

 

Christine ROBIN, Présidente PLIE, Présidente de L’AILE ; Virginie DE BATTISTA, Présidente MISSION LOCALE ; Mansour ZOBERI, Président CLLAJ

 

IMG_5156.JPG

 

IMG_5153.JPG

Christophe Lamote, délégué du personnel

IMG_5154.JPG

Thierry Duplessis, suppléant du délégué du personnel 

IMG_5157.JPG

Virginie de Battista, présidente de la Mission Locale Jeunes du Mâconnais, sur place