conférence danse Mâcon (12).JPG

Ce festival accueillait ce mardi soir l’auteur et dramaturge David Wahl à la médiathèque pour sa conférence théâtralisée sur la danse.

Il s’agit de la troisième conférence d’une série de « causeries », comme les appelle l’auteur lui-même : « Ce sont des textes que j’écris au fur et à mesure d’une enquête d’un an - un an et demi, au cours de laquelle je pars en immersion documentaire chez les historiens, philosophes, scientifiques, des anatomistes. Je construis un récit en essayant d’interpréter des faits que j’ai mis de côté et qui m’émerveillent. Je les interprète et surtout je les mets en rapport avec d’autres faits qu’on n’a pas l’habitude de mettre ensemble. Par exemple, des faits historiques avec des faits médicaux, physiques, biologiques, théologiques. Et j’essaye de bâtir une sorte de cabinet de curiosités qui racontera une révélation que j’ai eu pendant que je faisais cette enquête. L’histoire spirituelle de la danse est un texte que j’ai écrit en me posant la question pourquoi en Occident la danse et la spiritualité sont souvent séparées. D’abord si c’est vrai. Et je me suis aperçu que c’était beaucoup au 19ème qu’on a parlé de ça parce qu’il y avait de la chorophobie, la peur de la danse chez les prêtres et les médecins aussi. Et à partir de là, j’ai essayé de faire une généalogie de la danse spirituelle dans notre histoire, sur notre continent. Est-ce qu’il y a eu finalement des évènements très étonnants, peu connus qui reliaient la peur à la danse ».

Le mois des Drôles de dames continue à la Scène Nationale de Mâcon avec deux spectacles de danse contemporaine d’inspiration japonaise vendredi 23 mars : « mA » de la compagnie Furinkai et « Go, go, go said the bird » de la compagnie Li.

Cristian Todea


 

conférence danse Mâcon (5).JPG

conférence danse Mâcon (20).JPG

conférence danse Mâcon (1).JPG