dimanche 22 juillet 2018
  • WINE TOUR OFFICE TOURISME MACON JUILL2018222.jpg
  • 19EME_MARCHE_DEGUSTATION_VIGNERONS_TERRES_SECRETES.jpg
  • APPLI_VOIE_VERTE71_CD2.jpg
  • ETE FRAPPE 2018 MACON PGM.jpg
  • OFFRES ETE PLANCHAS COLLET FEILLENS MOBILE.jpg
  • MARCHE_ETE_CLUNY_2018__-_1.jpg

PALAIS DE JUSTICE MACON - 1.jpg

Quand la vie ne fait pas de cadeau, s’en sortir relève du combat quotidien. C’est le cas pour ce jeune homme de 25 ans, A.K., qui comparaissait ce vendredi devant le tribunal de Mâcon pour des faits de vols, rébellion, et consommation de cannabis, le tout en récidive.

 

25 ans, un passif qui va le conduire à s’expliquer dans le cadre d’une comparution immédiate pour vols et rébellion commis le 22 mai. « Pas de réelle gravité » défendra son avocat Maître Pierre Dufour, « simplement un enfant de la rue qui a subit de la maltraitance. »

Le passé était alors évoqué : son père meurt alors qu’il a 11 ans. Les ennuis avec la justice ne vont faire que commencer. 25 ans et 25 mentions au casier judiciaire ! Le voilà le passif qui justifie la comparution immédiate ce 24 mai. 80% d’entre elles sont les mauvais fruits de cette enfance traumatisée par le choc de la perte du père. Le 24 mai, A.K. demande un délai pour préparer sa défense. Un mois après, il revient donc dans le box des accusés, escorté par les policiers. 

 

Après le choc traumatique, il y aura la « cassure » insiste tout de suite son avocat : un an et demi de vie en Turquie dans la famille du défunt père, qui lui inflige des mauvais traitements. « Le séjour en Turquie, c’est un cauchemar » précise maître Dufour.

A.K. rentre en France grâce à sa mère. Mais le gamin est mal en point. « Là-bas, je vivais de petits boulots. Ces gens me tapaient et m’attachaient. Quand je suis revenu en France, je ne savais plus ce que j’étais… Français, Turc ?… J’étais devenu un enfant de la rue. La rue était ma thérapie. »

Il sera placé en CEF (centre éducatif fermé) et connaîtra la prison pour escroquerie, violences, délit de fuite, violences sur personne dépositaire de l’autorité publique. Les refuges ? Alcool et stupéfiants (jusqu’à dix cigarettes par jour).

 

Ce 22 mai, à 10h25, il est interpellé à un distributeur automatique de billets pour vol d’une sacoche au gymnase du CFA automobile de Mâcon. Il est entré dans les vestiaires. Il cherchait soi-disant un ami, et repart avec cette sacoche, contenant notamment un téléphone portable et une carte bleue dont il est soupçonné de s'être servi pour effectuer deux achats sur internet, selon le propriétaire. A.K. conteste ces achats.

Au cours de l’interpellation, il tente de fuir, saisit la policière qui essaie de l’attraper en tirant sur son tee-shirt par les bras, et la repousse, à deux reprises. Puis il heurte un poteau de chantier, tombe et se retrouve maintenu au sol par deux policiers.

 

Au début du mois de mai, un vol de portable dans une maison en chantier de rénovation est signalé par un dépôt de plainte de la propriétaire des lieux. Notre homme est l’auteur du vol. Il travaillait pour l'entreprise en charge du chantier de rénovation. Le téléphone contient une application qui permet de le géolocaliser. A.K. est confondu rapidement, d’autant qu’il s’est servi du téléphone avec sa carte sim personnelle.

Ces deux derniers faits et le casier bien chargé le conduiront directement en prison le 24 mai, et maintien en détention le 25 après une première comparution.

 

Son avocat se retrouve avec la procureure sur le principe du sursis mise à l’épreuve pour tenter de mettre fin à l’escalade, provoquer la prise de conscience. A.K. confie participer à un groupe de parole en prison, pour extirper le mal.

 

« C’est une grande immaturité que vous pouvez constater chez cet homme » défend maître Dufour. « Il agit avec les réflexes de l’enfant de la rue. Il y a quelque chose à faire pour cet homme, bien loin d’être un voleur professionnel. J’apprécie et je partage l’idée de la peine de prison révocable de Mme la procédure. En revanche, il me semble qu’une peine 8 mois de prison fermes, c’est trop » (le ministère public requérait quelques minutes avant 12 mois de prison dont 4 avec sursis assortis d’une sursis mise à l’épreuve de 2 ans).

Il sera en partie entendu : la décision du tribunal condamne A.K. à 1 an de prison dont 6 mois avec sursis, assortis de 3 ans de SME, obligation de soins psychologiques et en addictologie. Il également décidé de le maintenir en détention.

 

Sa compagne, qui a deux enfants, l’attendra à sa sortie. Le projet familial est réel : avoir la garde des enfants et vivre tous ensemble. L’espoir d'en finir avec les fantômes du passé est entier.

 

Rodolphe Bretin

 

TRIBUNAL DE MÂCON : Il propose une « grosse sucette » à une fille de huit ans en se masturbant devant elle

TGI_MACON.jpg
Ce lundi après-midi, un trentenaire comparaissait devant le tribunal de grande instance de Mâcon, en comparution immédiate, pour avoir, samedi 30 juin, demandé une fellation à une fille de huit ans.

AUTOROUTE A6 : Deux morts, dont une femme enceinte, ce dimanche matin à hauteur de Charnay

2MORT SUR A6 MACON.jpg
L’accident est survenu ce matin vers 7h dans le sens Paris-Lyon, à hauteur de la ZI Sud de Mâcon, sur la portion située sur la commune de Charnay. A VOIR AUSSI : Les explications du capitaine Millery en vidéo.

TRIBUNAL DE MÂCON : « J’étais un enfant de la rue »

PALAIS DE JUSTICE MACON - 1.jpg
Quand la vie ne fait pas de cadeau, s’en sortir relève du combat quotidien. C’est le cas pour ce jeune homme de 25 ans, A.K., qui comparaissait ce vendredi devant le tribunal de Mâcon pour des faits de vols, rébellion, et consommation de cannabis, le tout en récidive.

TRIBUNAL DE MACON : « Je vais t’enterrer vivante » gueule-t-il à sa femme, « je vais te saigner » à un gendarme

PALAIS DE JUSTICE MACON - 1.jpg
Que de misère sociale et morale en ce bas monde… Christian M., enfance flinguée par un père alcoolique qui l’emmenait dans les bars, abandonné à 13 ans, sombre à son tour dans les affres de l’alcool, à 13 ans !

MÂCON : 42 mains courantes déposées contre elle au commissariat en 13 mois !

L'histoire commence vendredi soir 18 mai quand L.M., femme de 37 ans, SDF de la rue de la Barre, une fille de deux ans placée dans une famille d'accueil, a une altercation en soirée avec un riverain. Elle tient des propos racistes et une rixe éclate. ACTUALISÉ : Le verdict du 11 juin

TRIBUNAL DE MÂCON : Il fracasse la tête d'un jeune homme un soir de fête

TGI_MACON.jpg
K.C., 30 ans, 16 mentions au casier judiciaire. Son avocat le compte en page – 5 en tout ! – retraçant le parcours d'un individu qui, manifestement, a du mal à gérer ses pulsions agressives...

TRIBUNAL DE MÂCON : Un "petit" arsenal trouvé dans une cave aux Saugeraies quelques temps avant les attentats du 13 novembre...

TGI_MACON.jpg
Si aucun lien n'a été établit entre les attentats et cette terrifiante découverte, le contexte de la France fin 2015, était souligné par le minsitère public ce mercredi. Récit de l'audience qui a conduit deux prévenus à une condamnation sans équivoque.

TRIBUNAL DE MACON - Violence conjugale : Il frappe et mord sa compagne devant ses enfants

violences-conjugales.jpeg
Le 18 mai en fin d'après-midi, alors que la famille rentre après quelques achats effectués à Décathlon, le père et la mère commencent à se disputer sur un sujet au demeurant fort banal : les grands travaux routiers en cours à proximité du magasin. Les choses ne font que commencer...

TRIBUNAL DE MACON : 28 secondes pour braquer Le Tabac des quais

TGI_MACON.jpg
Ils étaient cinq prévenus à comparaître ce lundi après-midi devant le tribunal correctionnel de Mâcon. Deux frères pour le braquage du Tabac des quais commis le 22 octobre 2016, trois pour complicité, extorsion et complicité d'extorsion d’un des braqueurs. Le procès a duré plus de 6 heures.