lundi 19 novembre 2018
  • MARCHE PLAISIRS GOURMANDS MACON 20183 - 1.jpg
  • encart-maconinfos-270x410.jpg
  • BURN OUT PARENTS CD.jpg

Communiqué de la direction régionale de l'Insee Bourgogne-Franche-Comté

 

Dans une conjoncture nationale où l'activité économique a ralenti, la Bourgogne-Franche-Comté ne fait pas exception au premier trimestre 2018 : l'emploi salarié total ne progresse plus, l'emploi privé compensant tout juste la baisse de l'emploi public, et le taux de chômage remonte légèrement. Cependant, de nombreux indicateurs restent bien orientés : les mises en chantier de logements continuent d'augmenter, la fréquentation hôtelière est en hausse, les créations d’entreprises sont plus nombreuses et les liquidations judiciaires sont en recul.

 

 

Stabilité de l'emploi salarié : l'emploi privé compense la baisse dans le public


Au 1er trimestre 2018, la Bourgogne-Franche-Comté compte 975 900 salariés. Après l’embellie de fin d’année 2017, l’emploi salarié total se stabilise dans la région alors qu’il augmente de 0,2 % au niveau national. En Bourgogne-Franche-Comté, les deux composantes de l’emploi salarié agissent en sens contraire. Dans la fonction publique, l’emploi salarié se replie par rapport au trimestre précédent : 880 emplois sont supprimés, soit une baisse de 0,4 %. Dans le privé, il progresse de 0,1 %. Pour comparaison, au niveau national, l’emploi salarié reste stable dans la fonction publique, et sa progression est plus prononcée dans le secteur privé : + 0,2 %.

 

Sur un an, l’emploi salarié est en hausse, dans la région comme au niveau national. Toutefois, la progression est moindre en Bourgogne-Franche-Comté (+ 0,5 %) qu’en France (+ 1,2 %). Cet écart de croissance est dû tant à la baisse plus prononcée de l’emploi salarié public dans la région (- 0,9 % contre - 0,2 % en France) qu’à la moindre hausse de l’emploi salarié privé (+ 1 % contre + 1,6 % en France).

 

Au premier trimestre 2018, 34 100 personnes résident en Bourgogne-Franche-Comté tout en occupant un emploi en Suisse, soit 0,4 % de moins que le trimestre précédent. Cette baisse rompt avec trois trimestres de hausse.

 

 

L’emploi augmente en Saône-et-Loire, se stabilise en Côte-d’Or et baisse dans les autres départements


Au premier trimestre 2018, la Saône-et-Loire est le seul département de la région dans lequel l’emploi salarié est en hausse, de 0,6 %. Il augmente dans tous les secteurs à l’exception de l’industrie et des services non marchands. En Côte-d’Or, l’emploi salarié est stable ce trimestre, les services marchands, intérim compris, compensant les suppressions d’emplois dans les autres secteurs.
Dans tous les autres départements, l’emploi salarié se replie. Cette baisse est plus importante dans le Doubs et le Territoire de Belfort.
Dans le Doubs, elle provient essentiellement du moindre recours à l’intérim (- 8,3 %). Dans le Territoire de Belfort, à la baisse de l’intérim s’ajoute le repli de l’emploi salarié dans le commerce.
D’un département à l’autre, les évolutions par secteur sont hétérogènes. Ainsi, alors que l’emploi salarié dans l’industrie diminue fortement, de 0,6 %, en Haute-Saône et en Saône-et-Loire, il progresse dans le Territoire de Belfort et dans la Nièvre (+ 0,6 %).
De la même façon, dans la construction, l’emploi baisse fortement dans l’Yonne (- 2,1 %), alors qu’il augmente en Saône-et-Loire notamment.

 

 

Recul dans l'intérim

 


Le recours au travail intérimaire se tasse partout en France. Il diminue même de 0,5 % sur un trimestre dans la région après une hausse continue depuis deux ans. Sur un an toutefois, l’intérim porte la majorité des créations nettes d’emplois dans la région, et sa progression, de 16 %, est bien supérieure à celle du niveau national : + 12 %.

 

 

Le chômage remonte légèrement


Dans un contexte de ralentissement de l'activité économique début 2018, le taux de chômage remonte légèrement au premier trimestre : + 0,2 point dans la région. Il demeure nettement plus bas qu’en France, 7,8 % contre 9,2 %. La Bourgogne-Franche-Comté est au troisième rang des régions les moins touchées par le chômage.
Le Jura est le département de Bourgogne-Franche-Comté où le taux de chômage est le plus faible, 6,5 %. À l'inverse, c'est dans le Territoire de Belfort qu'il est le plus élevé, 8,9 %.
Sur une année, le chômage baisse dans tous les départements de la région, en particulier dans le Territoire de Belfort, le Doubs et la Nièvre.

 

 

Moins de permis de construire, mais toujours plus de mises en chantier

 


Les permis accordés sont moins nombreux que l’année précédente. En un an, 12 500 logements ont été autorisés à la construction en Bourgogne-Franche-Comté, soit 9 % de moins qu’un an auparavant.
Cette baisse est la plus forte des régions de France métropolitaine pour lesquelles les permis accordés sont en moins grand nombre. Au niveau national, ils progressent de 3 %.
Sur un an, le nombre de permis accordés diminue particulièrement dans la Nièvre et le Doubs. Dans la région, seuls les départements de Saône-et-Loire, du Jura et de l’Yonne enregistrent une hausse.
La baisse du nombre de permis de construire ne se répercute pas encore sur les mises en chantier. Après un quatrième trimestre 2017 en baisse, celles-ci s'inscrivent à nouveau dans la tendance haussière entamée mi 2016. Sur un an, le nombre de logements commencés progresse en effet de 20 %, plus qu’en moyenne nationale, 10 %. La Bourgogne-Franche-Comté est la région métropolitaine où la progression est la plus forte.
Le nombre de logements commencés augmente par rapport à l’année précédente dans tous les départements de la région, à l’exception du Jura où il est stable. La croissance est particulièrement prononcée en Haute-Saône, dans l’Yonne et le Doubs.

Forte augmentation des créations de micro-entreprises


Au 1er trimestre 2018, 4 700 entreprises ont été créées en Bourgogne-Franche-Comté, soit 12 % de plus qu’au trimestre précédent. Cette hausse est plus marquée qu’en moyenne nationale (+ 5 %).
Les créations d’entreprises individuelles au régime du micro-entrepreneur sont en nette hausse dans la région (+ 23 %). Les créations d’entreprises « classiques » augmentent également, mais plus modérément : + 5 %.
Les créations sont plus nombreuses qu’au trimestre précédent dans tous les grands secteurs d’activité. La hausse est particulièrement marquée dans la construction et les services.

 

 

Diminution du nombre de défaillances d'entreprises


Les défaillances d’entreprises repartent à la baisse ce trimestre. Sur un an, elles reculent de 1 %. Au niveau national, la baisse est plus marquée : 7 %.
Dans la région, les défaillances diminuent dans la construction, restent stables dans l’hébergement-restauration et les services, mais augmentent dans le secteur regroupant le commerce et la réparation automobile.

SNCF : La tour de contrôle ferroviaire en déploiement ce week end à Mâcon

SNCF MACON MODERNISATION22.jpg
Ce week-end du 17 et 18 novembre, la tour de contrôle ferroviaire de Dijon, appelée Commande centralisée du Réseau, connaît une nouvelle phase de déploiement sur le secteur de Mâcon.

CLIN D'OEIL : Le secrétariat du père Noël est ouvert !

60 lutins sont mobilisés pour répondre aux lettres des enfants.

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE : Un concours vidéo pour les associations sur le thème Sport et Laïcité

LAICITE ASSO BFC.jpg
Les associations sportives de la région affiliées à une fédération ou un groupement agréé ont jusqu’au 15 novembre pour déposer leur candidature à la Direction régionale et départementale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRDJSCS).

CONGRÈS COBATY À MÂCON : Les grands enjeux de l’économie circulaire en Bourgogne-Franche Comté dévoilés

Collage cobaty région.jpg
Le congrès international de l’Association des Décideurs de l’Acte de Bâtir a accueilli une présentation de la stratégie en matière d’économie circulaire dans le bâtiment en région Bourgogne Franche-Comté.

BIÈRE : Un brasseur de Bourgogne parmi les 20 meilleurs de France

Un brasseur chez nos voisins de l'Ain a également été récompensé.