dimanche 17 février 2019

ENGRAIS BIO 71.jpg

En essai sur un ha, le domaine expérimental à Rully a réussi -70 % de phytosanitaires malgré la pression maladie de l’année. En parallèle, Bio Bourgogne a présenté un OAD pour réduire les doses de cuivre.

 

 

Au Domaine Briday à Rully, il était d’abord question de fertilité des sols. Si les agronomes débattent autour de cette notion, pour Mathieu Oudot, il s’agit de la « capacité d’un sol à répondre aux besoins de la plante pour produire correctement ». Cela repose sur trois paramètres « piliers » : physique (résistance du sol, porosité…), chimique (éléments nutritifs…) et biologique(microorganismes, faune…). « Un sol n’est pas qu’un substrat.

 

Ce qui compte vraiment, c’est sa partie vivante », rappelait le technicien de la chambre d’agriculture de Saône-et-Loire. Composé en moyenne de moitié d’éléments minéraux, d’un quart d’air et d’un quart de réserve d’eau, les experts avouent « ne pas encore tout connaître de la matière organique » et de son fonctionnement. Cette dernière fournit le « casse croute » aux habitants des sols (vers de terre, bactéries, champignons…). Surtout la fraction « fraiche ». La matière organique « humifiée », le fameux humus, est elle intéressante pour la résistance à la compaction, la porosité… la capacité physique donc du sol.

 

Le sol, une assurance écologique

 

Se voulant volontairement provocateur, Mathieu Oudot annonçait qu'en vigne aussi « l’herbe est un atout pour la fertilité ». Ce qui aurait fait bondir les viticulteurs par le passé est finalement rentré dans les pratiques courantes : l’enherbement, en plus de lutter contre l’érosion et améliorer la portance, contribue aussi avec "sa" photosynthèse à apporter du carbone au sol réutilisable par les micro-organismes, côté racines, qui elles décompactent le sol. Mais alors, combien faut-il de matière organique pour qu’un sol fonctionne bien ?

Le ratio matière organique sur pourcentage d’argile doit être au dessus de 17, en dessous de 12 %, c’est « mauvais ». « Reste que ce pourcentage est limité, il faut remettre le stock en face. Si vous avez un sol profond ou un tas de cailloux, ce n’est pas la même chose ». Une approche plus qualitative est le bilan humique, soit le pourcentage de sol qui se dégrade chaque année et qui doit être « compensé » par des apports. Le terme « compensé » est important ici car les engrais « n’apportent pas d’humus mais favorisent la vie du sol », expliquait Mathieu Oudot. Son collègue, Guillaume Paire conseillait de demander les coefficients ISMO des produits, qui désignent la quantité d’humus stable formée par kilogramme de matière sèche (M.S.) apportée au sol.

Reste qu’il est possible d’avoir un taux important de matière organique dans un sol « bloqué ». Au delà de l’équilibre NPK, il faut littéralement « creuser » les causes : sol compacté, excès d’eau, mauvais pH, carence, pratiques néfastes… voir excès de cuivre.

 

Fumier, lisier ou engrais ?

 

La chambre d’agriculture a donc analysé la fertilisé des sols de sept parcelles (Rully, Mercurey, Montagny, Davayé, Prissé, Vergisson, Chapelle-de-Guinchay) via, entre autre, le rapport C/N (carbone/azote) pour connaître la « dynamique » de la matière organique, plus ou moins jeune donc libre d’être utilisée. Les pratiques culturales – labour, couverture hivernale…- « joue à la fin » sur le niveau de biomasse mais « plus on va travailler le sol, plus on va perturber la vie du sol, surtout sa partie chimique ». Là encore, une « bonne » fertilisation – différent selon que c’est du fumier, du lisier de porcs ou du fumier de volailles – peut « compenser » l’effet négatif du travail du sol mécanique.

Le vice-président de la chambre d’Agriculture, Robert Martin, témoignait apporter du fumier de bovin tous les deux ans pour un coût livré de « 680 €/ha pour 20 tonnes » compostés, épandus au printemps. Un témoignage qui faisait réfléchir les vignerons présents, qui avouaient le « coté pratique » des big bags d’engrais à stocker et n’ayant pas forcément un réseau d’éleveur ou le matériel adéquat pour l’épandre. Les techniciens chambre se tiennent prêt en tout cas pour convertir les tonnes/ha en doses d’engrais bouchon et inversement.

 

Engrais vert à surdoser

 

L’après-midi, au frais dans le cuvage du Domaine de la Monette à Mercurey, Diane Guilhem de Bio Bourgogne présentait les engrais « verts ». Ce sont des plantes cultivées dans les parcelles de vigne pour augmenter la fertilité d’un sol « et non pas, pour être récoltées », précisait-elle d’emblée. Un peu comme en grandes cultures ou en maraichage donc. Les objectifs et bénéfices visés peuvent être nombreux : amélioration de la structure du sol, apport de matière organique, maitrise des adventices, limiter l’érosion… « C’est différent de l’enherbement », assurait-elle, pour ne pas tirer de conclusion hâtive en terme de concurrence possible dans nos vignes étroites de Bourgogne, même si cela peut permettre de « réduire la vigueur » d’une vigne si on le souhaite.

 

Les engrais verts sont une sélection d’espèces composés généralement d’une association de légumineuses, crucifères et graminées. Les premiers fertilisent en fixant l’azote atmosphérique, les seconds restructurent le sol et fixent la potasse et les derniers ont un effet décompaction en surface. La liste d’espèces est donc longue : féverole, pois fourrager, vesce, trèfles d’Alexandrie, trèfle incarnat, trèfle de Perse, lentille fourragère, radis chinois, moutarde blanche ou brune, avoine rude, seigle forestier, lin, tournesol…

 

Un exemple pourrait être 25% de féverole, 25% de pois, 15% de radis, 15% de moutarde, 10% d’avoine et 10% de lin. Pour un mélange avec un objectif de fertilisation, les proportions idéales théoriques seraient d’avoir 50 % de légumineuses (avec différentes espèces) et moitié restant pour les deux autres types.

La dose de semis conseillée est de 100 kg/ha mais il ne faut pas hésiter à « surdoser », comme en témoignent des essais dans le Jura (300 kg/ha) pour bien implanter le couvert. Ce dernier est ensuite à détruire par roulage, broyage ou enfouissement. Le retournement peut être nécessaire dans les deux derniers cas. « L’objectif est d’avoir une restitution à la vigne avant floraison, période ou la vigne puise l’azote dans le sol de façon importante », conseillait Diane Guilhem. L’implantation se fait avant une période pluvieuse, soit de mi-juillet à mi-août, soit de mi-septembre à mi-octobre, en semis direct pour éviter la minéralisation et les phénomènes de pourriture. Des travaux supplémentaires mais pouvant procurer de nombreux avantages...

 

Cédric Michelin

Notre partenaire L'Exploitant agricole

MJC HÉRITAN : Une Université Populaire pour sauver le climat

UnivPop_MjcHeritan_Transition-energetique_140219 (3).jpg
La séance de jeudi soir était consacrée à la transition énergétique.

INSOLITE : Un hélicoptère survole Mâcon au petit matin

Hélicoptère_mâcon_17022019_0002.jpg
ARTICLE MIS A JOUR A 10H20 : Précisions sur les raisons du survol

ST-VALENTIN : 10 confirmations de mariage à St-Amour

StAmour (45).JPG
La mairie de St Amour a célébré la Saint Valentin ce samedi pour 10 couples venus de toute la France.

PHOTOS : C'était carnaval au lycée René Cassin (2)

CARNAVAL LYCEE CASSIN 2019 MACON - 34.jpg
2ème volet de notre album souvenirs.

PHOTOS : C'était carnaval au lycée René Cassin

CARNAVAL LYCEE CASSIN 2019 MACON - 8.jpg
Les lycéens ont sacrifié à la tradition du carnaval cet après-midi, jour de vacances. Ils étaient plusieurs dizaines à investir le gymnase pour ce qui s'est apparenté à un bal costumé. "Une fête organisée à 100% par les élèves du CVL et la MDL" a souligné le proviseur Claude Roger. Souvenirs.

LA CHAPELLE DE GUINCHAY - Grand débat : Injustice fiscale et transition écologique au coeur des échanges

GRAND DEBAT LACHAPELLEDEGUAY 15FEV89.jpg
Une soixantaine de personnes a participé à la réunion publique, ce mercredi 15 février, dès 11 heures, au Château des Broyers, organisée et co-animée par Jean-François Guéritaine, maire de la commune et Thierry Faillebin, directeur général des services, en présence du député LREM de Saône-et-Loire, Benjamin Dirx.

LA CHAPELLE DE GUINCHAY : Le député Dirx en tournée chez les commerçants et artisans avant de débattre !

BenjaminDirx_tournee_commercants_150219 (10) (Copier).JPG
Le député du Mâconnais-Clunisois a pris le pouls des forces vives de la commune ce vendredi matin, en compagnie du maire Jean-François Guéritaine et de son adjoint Carlos Esteves.

CHARNAY : Une oeuvre en hommage au colonel Arnaud Beltrame

HOMMAGE BELTRAME CHARNAY2.jpg
Le 23 mars 2018, la France, et plus particulièrement le département de l’Aude, était à nouveau frappée par un acte de terrorisme brutal. Les photos de la cérémonie et le discours intégral du maire Jean-Louis Andrès.

BISON FUTE : Samedi rouge pour la circulation sur les grands axes

carte_previsions_16_fevrier-2.jpg
Le début des vacances d'hiver pour la zone A augure d'un nouveau samedi rouge pour la circulation dans le sens des départs et des retours

GRAND DEBAT A DIJON : 138 propositions citoyennes issues des réunions publiques sont en ligne

Suite à deux réunions publiques organisées à Dijon au Cellier de Clairvaux, en présence des députés de la Côte d'or, Didier Martin et Fadila Khattabi, ce sont 138 propositions qui ont été mises en ligne sur leur site web.

PHOTOS : C'était carnaval au lycée Lamartine (2)

CARNAVAL LYCEE LAMARTINE 2019 MACON - 50.jpg
2ème volet de notre album photos.

PHOTOS : C'était carnaval au lycée Lamartine

CARNAVAL LYCEE LAMARTINE 2019 MACON - 26.jpg
Pas de concours cette année, mais quelques représentations quand même, au cours desquelles les lycéens-nes ont encore donné la mesure de leur talent et de leur créativité. 1er volet de notre album souvenirs.

MACON - Ecole Marcel Pagnol : Les élèves ont collecté 8,2 kg de pièces jaunes !

collecte pièces jaunes.jpg
Deux classes de l’école élémentaire ont participé à la collecte de fonds au bénéfice des enfants hospitalisés.

MÂCON : Les retraités CGT ont prévu une année 2019 mouvementée

AG_retraites_CGT_Macon_120219 (1) (Copier).JPG
Rencontrés ce mardi matin à l’issue de leur assemblée générale, les syndicalistes ont de nombreux motifs de contestations. Revue de leurs revendications.

MÂCON - Ecole Marcel Pagnol : Quand la cuisine réunit des générations très éloignées

projet école Marcel Pagnol.jpg
Des élèves de l’école élémentaire participent à des activités en compagnie des résidents de l'EHPAD de Mâcon.

SAÔNE-ET-LOIRE : 2 médailles d'or pour le CFA Auto de Mâcon en finale nationale des Olympiades des métiers

CFA AUTO MACON MEDAILLES.jpg
Roman Bizouard et Arnaud Marandet ont remporté deux médailles d'or pour le CFA Automobile de la CCI de Saône-et Loire sur les 4 obtenues par la Région Bourgogne-Franche-Comté.

MÂCON : Les auto-écoles en colère ont donné du klaxon

AUTO ECOLES EN COLERE A MACON - 8.jpg
Une vingtaine de gérants d'auto-écoles ont fait une opération escargot ce lundi après-midi au départ du rond point de Auchan. A voir aussi, notre vidéo.

MJC DE L'HÉRITAN : Ambiance conviviale & chaleureuse pour la 13ème édition du vide - grenier !

Brocante.jpg
Le vide - grenier de la MJC de l'Héritan bat son plein depuis 7 heures ce matin.

GILETS JAUNES À MÂCON - Acte XIII : Une levée des barrières de péage en début d'après-midi

GILETS JAUNES PEAGE MACON SUD 9FEV221.jpg
Ils ont été priés de quitter les lieux par les gendarmes. Notre reportage photos et vidéo sur place.

GILETS JAUNES À MACON - Acte XIII : A l’hôpital pour porter le message de la solidarité avec les personnels soignants

GILETS JAUNES MACON HOPITAL 9FEV - 5.jpg
Lieu éminent représentatif du service public, l’hôpital de Mâcon était ce matin, à 10h00, le point de rendez-vous des Gilets jaunes soucieux de dénoncer des suppressions de postes.