lundi 6 avril 2020
  • COVID 19 MBA vous informe MI_Plan de travail 1 (1).jpg

PALAIS DE JUSTICE MACON - 1.jpg

Il ne s’agissait pas d’une histoire de drogue mais d’un banal règlement de compte ce 20 août sur le bord de Saône, à hauteur de Varennes-les-Mâcon.

Si tant est qu’un règlement de compte puisse être banal. En l’occurence, il s’agissait visiblement de réclamer un remboursement de… 30€ !

 

S. est un jeune homme sans histoire qui a plaisir à retrouver une veille connaissance, une très jeune femme de 17 ans, qu’il n’a pas vu depuis longtemps. Ces « retrouvailles » vont s’avérer être un guet apens. En effet, la jeune femme a prévenu un de ses copains, Mustapha, dit Mus, 20 ans, qui en pince pour elle. Elle lui monte la tête contre S. pour ces fameux 30€. « Il faut lui mettre la pression » aurait-elle dit (mineure, elle n’est pas jugée dans le cadre de cette comparution immédiate. Elle sera présentée prochainement au juge pour enfant). Mus obtempère, « pour lui faire plaisir » dira-t-il pour se défendre.

 

Arrive ce 20 août 2018 lors duquel ils passent une soirée ensemble, avec deux autres copains. Ils montent alors en voiture et se dirigent vers le bord de Saône. Jordan, le conducteur, arrête la voiture et tout le monde sort. S se retrouve encadré par deux des quatre agresseurs. L’un d’eux le plaque contre le coffre et lui pointe une arme sous la gorge (arme factice certes, mais la victime ne le sait évidemment pas). Puis il pointe son pistolet sur son thorax et appuie. S. est ensuite mis à genoux et trainé au sol après s’être fait attacher les mains avec une laisse de chien.

Juste avant cela, Mustapha a tiré deux coups de feux avec un fusil de airsoft, pour « lui mettre la pression ».

 

La scène de violence et le calvaire de S., digne d'un film policier, continuent donc avec l’adolescente, qui s’en prend directement à son soi-disant copain. C’est elle qui le traine, jusqu’à un arbre. Elle l’y attache. L’humiliation est totale. S., qui témoigne à la barre, est terrorisé à tel point qu’il a peur d’y rester. Elle lui donne des coups et lui pince les parties génitales.

 

Tout ce petit monde est bien jeune. 20 ans ! 17 pour la jeune femme, nous l’avons dit. Et tout ce petit monde va se confondre en regrets. Du box des accusés, Mustapha présente même des excuses à S. Aucun ne s’est soi-disant vraiment rendu compte de ce qu’il faisait, aucun n’a dit stop aux autres. C’est bien ce qui trouble Madame la juge. « Vous vous prenez pour un justicier ?! » lui lance-t-elle.

Les trois prévenus sont interpellés le 2 octobre. Deux (Mustapha et Pierre-Olivier) seront placés immédiatement en détention provisoire, le troisième (Jordan) est placé sous contrôle judiciaire. Il comparaît à la barre.

 

La procureure requiert une peine de prison pour les trois hommes, deux mandats de dépôt pour Mustapha et Pierre-Olivier, détenteurs d’arme, quand bien même factices.

Pour Mustapha, considéré comme instigateur de cette expédition punitive et déjà condamné par le passé pour vol en réunion et fabrication d’engin explosif (il était mineur), elle demande 4 ans de prison dont un avec sursis ;

Pour Pierre-Oliver, casier vierge, la réquisition est de 30 mois dont 12 avec sursis sachant que S. a bénéficié d’une ITT de trois jours (pas suffisante estime la procureure) pour des hématomes et deux lésions au niveau du coup et du thorax. Il portait par ailleurs son arme dans le pantalon, bien visible.   

Pour le troisième homme, Jordan, casier vierge également, elle requiert seulement 12 mois dont 6 avec sursis. Jordan n’a pas porté de coups à S. et s’est écarté de la scène de violence pour en épargner la vision à son chien, qui était dans le coffre de la voiture. Son avocate, maître Vieudrin, expliquera que, témoin des violences de sa mère vis-à-vis de ses conjoints, a été placé en famille d’accueil à 6 ans. « Il s’en est très bien sorti puisqu’il travaille, n’a pas de casier, et est Installé avec sa compagne. Son chien, c’est le prolongement de lui-même. Il reste fragile, vous le savez maintenant compte tenu de sa participation à cette expédition. Mais la peine ferme n’est absolument pas justifiée. »

 

Le tribunal, en rendant son verdict après plus d’une heure de délibération, confirme l’esprit des réquisitions, tout en réduisant quelque peu les durées des peines, excepté pour Jordan, qui est déclaré coupable et est condamné à 12 mois de prison dont 6 avec sursis assorti d’un sursis mise à l’épreuve de 2 ans, obligation de travail, interdiction de contact avec la victime. Un aménagement de peine devrait lui épargner la prison. Son avocate avait défendu le seul sursis mise à l’épreuve pour son client.   

Pierre-Olivier est condamné à 2 ans dont un avec sursis et mandat de dépôt. Il sera inscrit au fichier Finiada, mentionnant les personnes interdites de port et détention d’armes. Son avocate avait plaidé l’injustice d’un mandat de dépôt pour son client, pour lui donner sa chance. « Oui, il aurait dû dire non, c’est une erreur de parcours. »

Mustapha prend 3 ans dont 18 mois avec sursis assortis d’un sursis mise à l’épreuve de 2 ans. Il est interdit de port d’arme pendant 5 ans et inscrit au fichier Finiada. La juge ordonne un mandat de dépôt.

La victime s’étant constituée partie civile, ils devront s’acquitter de 2 500€ de dommages et intérêts pour préjudice moral.

Rodolphe Bretin

 

 

TRIBUNAL DE MÂCON : La barbarie d'une mère sur sa fillette de moins de 2 ans...

TGI Mâcon.JPG
On aurait pu s'attendre à un procès aux Assises. Mais non, les juges en ont décidé autrement. Pourquoi ? « Car il y a eu un basculement... » explique maître Dominique Many, avocat du père, joint au téléphone. « La fillette était vue régulièrement par un médecin avant que sa mère ne s'acharne à la violenter à la suite d'un conflit conjugal. »

TRIBUNAL DE MÂCON : De la violence conjugale au proxénétisme...

TGI Mâcon.JPG
L'affaire a été jugée ce lundi par le tribunal correctionnel de Mâcon. Elle mettait en cause deux prévenus, deux hommes de 34 et 60 ans. La victime avait d'abord porté plainte pour violences conjugales.

SAÔNE-ET-LOIRE : Un chasseur de 60 ans tué dans un accident de chasse

Le drame a eu lieu ce samedi à Saint-Léger-sous-Beuvray.

MÂCON : Deux policiers se jettent dans la Saône pour sauver une femme de la noyade

POLICIERS MACON SAUVETAGE SAONE - 1.jpg
Incroyable façon de terminer l'année pour ces deux policiers de Mâcon, Olivier et Virginie...

MÂCON : Des coups de rouleau à pâtisserie sur sa femme, jusqu'à le casser...

VIOLENCES CONJUGALES MACON OCT2019.gif
Accusé par son épouse de faits de violence, avec incapacité supérieure à huit jours, survenus à Mâcon le 13 octobre dernier, un Mâconnais de 33 ans était présenté mercredi après-midi au tribunal en comparution immédiate. Récit.

MÂCON : Deux quartiers privés de chauffage en raison de fuites sur le réseau de chauffage urbain

Fuite_chauffage_urbain_221220190001.jpg
Actualisé à 20h40 : La réaction de Gérard Colon, 2ème adjoint au maire de Mâcon, en charge de la modernisation du chauffage urbain

MÂCON : Embardées dangereuses, insultes racistes, menaces de mort et exhibition sexuelle…

TGI_MACON.jpg
Avec ça, T.G. a fini en prison le 2 novembre dernier. Les faits ont été commis le 1er novembre à Mâcon, après minuit, sur le quai Lamartine, dans un bar et au commissariat.

PERONNE : Elle quitte Intermarché en courant, par la sortie sans achat, chargée de 3 400€ de marchandise

TGI_MACON.jpg
Interpellée le 24 novembre suite à avis de recherche, une Roumaine de 32 ans, mariée, deux enfants, comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel de Mâcon pour vol en réunion commis le 19 septembre à Péronne.

MÂCON : Coups, crachats et injures à l'encontre d'agents SNCF

Mardi soir, vers 21 h, les policiers sont intervenus à la gare de Mâcon Ville. ACTUALISÉ avec le verdict du tribunal.

MÂCON : Au volant sans permis, shooté de la veille, dans une voiture qui ne lui appartenait pas

TGI_MACON.jpg
Un homme de 43 ans, qui se rendait mercredi matin à son stage chez un viticulteur, a été contrôlé par la police. L'affaire a été réglée au tribunal ce jeudi dans le cadre d'une comparution immédiate. Récit.

MÂCON : Un train a percuté une personne, la ligne TER Paris-Marseille fermée dans les 2 sens

TRAIN SANCE 9OCT.jpg
Actualisé à 12:31 - La thèse de l'homicide a été envisagée.