mercredi 14 novembre 2018
  • LAMAISON_DU_POELE_SANCE_-_2.jpg
  • compostelle MJC HERITAN2.jpg
  • SEQUANE MACON HABITAT NOV2018.jpg

 

Il s'exprime ce jour dans une longue déclaration transmise à la presse.

migrants albanais 2018 (1).JPG 

Depuis début septembre, plusieurs personnes étrangères (adultes et mineurs) stationnent successivement sur la place de la Barre à Mâcon.

Entre 20 et 40 personnes (selon le moment), en provenance des Balkans, et en majorité d’Albanie mais également de Macédoine, du Kosovo et de Serbie, occupent la place et y dormiraient.

La plupart des personnes présentes place de la Barre ont déposé une demande d'asile enregistrée à la préfecture. Pour demander l’asile, les personnes doivent d’abord se rendre à la plateforme des demandeurs d’asile (PADA), gérée par l’association Le Pont située à Mâcon, tout près de la place de la Barre, pour un premier accueil et prendre rendez-vous au Guichet Unique des Demandeurs d’Asile (GUDA) de la préfecture où ils sont presque immédiatement reçus par un agent de la préfecture qui enregistre la demande. Actuellement, le délai d’accueil au GUDA est de deux jours.

Une fois la demande enregistrée, l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration (OFII) instruit un dossier d'allocation et recherche un hébergement pour les demandeurs d’asile en fonction des places disponibles soit en centre d’accueil de demandeurs d’asile (Cada), soit en accueil temporaire service de l’asile (AT-SA), soit en hébergement d’urgence pour demandeurs d’asile (Huda) soit en centre d’accueil et d’orientation (Cao). Il consulte pour ce faire le fichier national de gestion des places en Cada.

L'OFII semble rencontrer des difficultés pour trouver dans un délai rapproché les hébergements nécessaires. Néanmoins, à ce jour, il a permis l'hébergement de 4 adultes et 3 enfants en provenance de la place de la Barre.

Le préfet n'a pas manqué de demander à l'OFII à plusieurs reprises de mettre à l'abri en priorité les familles avec enfants. Par ailleurs, chaque demande d’asile fait l’objet d’un examen approfondi des situations individuelles par les services de la préfecture et par l’Office français de protection des réfugiés et des apatrides (OFPRA) à Paris en fonction des données rassemblées par le GUDA. L'OFPRA n'est actuellement pas en mesure d'instruire dans le délai prévu par la loi les demandes de statut de réfugié.

La loi promulguée le 10 septembre 2018 pour une immigration maîtrisée, un droit d'asile effectif et une intégration réussie, réduisant sensiblement les délais d'instruction de la demande d'asile par l'OFPRA est de nature à limiter à moyen terme la reproduction de ce type de situation difficilement admissible.

D'une manière plus générale, la procédure d’asile est destinée à des personnes qui sont ou qui risquent d’être persécutées dans leur pays. Or, ces demandeurs d’asile proviennent tous d’un pays d’origine sûr pour lequel la situation politique intérieure ne tend pas à prouver qu’un risque existe (pays en guerre, régime totalitaire...), qui veille au respect des principes de la liberté, de la démocratie et de l’état de droit ainsi qu’au respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Les demandeurs d’asile en provenance d’un "pays d’origine sûr" ont en moyenne entre 0 et 10 % de chance d’obtenir l’asile politique.

Si, après épuisement des recours possibles auprès de la Cour nationale du Droit d'Asile, la demande d’asile est refusée, le demandeur devient en situation irrégulière et fait l’objet d’une Obligation de quitter le territoire français (OQTF). Pour les personnes qui ne rempliraient pas les critères d’une demande d’asile, l’Office français de l'immigration et de l'intégration (OFII) propose des aides au retour volontaire qui sont susceptibles d’être demandées à tout stade de la procédure.

Le préfet suit avec attention cette situation et réunit l’ensemble des acteurs concernés très régulièrement (ville de Mâcon, direction départementale de la cohésion sociale, direction départementale de la sécurité publique, bureau des migrations et de l’intégration, office français de l’immigration et de l’intégration) afin de faire le point sur la situation des personnes, s’assurer que les mesures les plus adaptées soient bien prises et éviter toute installation d’abri sur la place de la Barre.

Il est rappelé qu’en application de l’article L 322-4-1 du code pénal, l’installation sur la place de la Barre, espace public communal, d’abri pouvant être assimilé à une habitation temporaire, est susceptible d’être puni de six mois d’emprisonnement et de 3 750 euros d’amende.

Le préfet a demandé aux services de police de veiller, en liaison avec la municipalité, à ce qu'aucune tente ni bâche ne soit installée sur la place de la Barre.

Il a également demandé à ses services de mettre à disposition de la justice toutes les informations utiles susceptibles de servir à identifier d'éventuelles filières criminelles qui tireraient directement profit d'une population fragilisée pour détourner la procédure de demande d'asile et les éléments matériels qui s'y attachent.

Le préfet a reçu vendredi 12 octobre plusieurs représentants d'associations qui s'inquiètent de cette situation afin de les écouter et de leur faire part du travail des services et offices de l'Etat.

CENT POUR UN TOIT : De l’urgence du combat pour aider les sans-abri à Mâcon

Collage cent pour un toit.jpg
Une réunion d’information de l’association « Cent pour un toit » se déroulait mercredi soir à la MJC Héritan pour dévoiler au public les dessous de la prise en charge des migrants par les autorités et les problèmes qu'elle pose.

MÂCON : Embardées sur la route, sous l'emprise de la drogue et de l'alcool, et plus encore...

C'est au volant, peu après 21h, et pourtant interdit de séjour en Saône-et-Loire (sauf pour travailler) que Frédéric, 47 ans, commet cet acte délictueux ce dimanche soir place Gardon. ACTUALISÉ : La juge a décidé de son incarcération.

MÂCON - Collège Pasteur : Les élèves de 6ème sensibilisés au handicap

collage handisport collège.jpg
Les professeurs d’EPS du collège Pasteur de Mâcon ont organisé, pour la deuxième année, une journée de sensibilisation des élèves aux handicaps et à l'acceptation des différences.

LA VINEUSE SUR FREGANDE : Soulever un menhir et découvrir le passé

MENHIR LAVINEUSE - 21.jpg
Du 5 au 9 novembre 2018, l’Inrap a réalisé une fouille pour le moins inhabituelle et spectaculaire. En cause, un menhir, véritable témoin du passé néolithique de La Vineuse-sur-Frégande qui nécessite d’être déplacé.

TRIBUNAL DE MÂCON : Ivre au volant, il avait percuté la voiture des gendarmes

TGI_MACON.jpg
Les faits se sont déroulés samedi à 00h40 à Tournus.

PHOTOS : La foule des grands jours pour la cérémonie de l’armistice de 1918, à Mâcon (1/2)

cérémonie armistice Mâcon_montage0001.jpg
La Ville de Mâcon et différentes associations, ainsi que des élèves de trois écoles primaires, des gendarmes, soldats et pompiers ont contribué à la réussite de la cérémonie.

MÂCON : Un atelier de programmation de jeux vidéos destiné aux scolaires à la MJC de l'Héritan

Jeu Vidéo.jpg
Lucie Escoffier, passionnée de programmation informatique anime le samedi matin à la MJC de l'Héritan un atelier de programmation de jeux vidéos spécialement conçu pour un jeune public.

CHARNAY-LES-MÂCON : Des conférences et des ateliers pour vivre avec son diabète aujourd’hui à l’espace La Verchère

JournéeVivreAvecSonDiabète_10112018_0016.jpg
En avant-première de la Journée Mondiale du Diabète qui a lieu tous les 14 novembre depuis 1991, l’Association Française des Diabétiques de Saône-et-Loire organise ce samedi jusque 17h30, la journée « Vivre avec son diabète ».

Rudy Reichstadt à la MJC de l'Héritan : "Les jeunes sont largement touchés par les théories complotistes"

UnivPop_Complot_091118 (1).JPG
C’est un des enseignements de l’Université Populaire de jeudi soir, lors de laquelle Rudy Reichstadt, spécialiste de ces théories, est intervenu devant un large auditoire.

MÂCON : Le programme de la cérémonie du 11 Novembre

1418 MACON 100ANS.jpg
Une exposition se tiendra au square de la Paix dès 9h30

MÂCON : Les enfants des PEL vont réaliser une fresque sur les postes de gaz

Convention (4)Av des Saugeraies.jpg
Une 1ere en Bourgogne ! Ceci grâce à un partenariat entre la Ville et GrDF

ARCHEOLOGIE : Pas de trésor dans le sarcophage découvert à Mâcon, mais la connaissance avance

DSC_0208.JPG
Dans le courant de l’été 2018, l’INRAP (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives), sur prescription de l’État (DRAC Bourgogne-Franche-Comté »), menait une fouille préventive au cœur de la ville de Mâcon, rue Gambetta.

MÂCON : Les 25emes Symphonies d’automne sont ouvertes !

Collage apéritif concerts symphonies automne.jpg
Ouverte par Jacqueline Falconnet, présidente des Symphonies d'automne, cette 25e édition a été présentée par Eric Geneste, directeur du Conservatoire communautaire Edgar Varèse.

SOCIÉTÉ : La laïcité en questions et en célébrations à la MJC de l'Héritan

Agir laïcité 1.JPG
Le collectif mâconnais « Agir pour la laïcité » participe tous les ans au mois de la laïcité qui a lieu en décembre. Il recevait Gérard Bouchet pour une présentation de son nouveau livre : La laïvité en questions. A lire aussi, le programme des célébrations en décembre.

CLIN D'OEIL : Le secrétariat du père Noël est ouvert !

60 lutins sont mobilisés pour répondre aux lettres des enfants.

MÂCON – Conseil municipal : Le cadre de vie de tous les Mâconnais au cœur de l’action municipale

Après la séance extraordinaire consacrée à la convention « Cœur de Ville, Cœur de Vie », l’ordre du jour de la séance de ce lundi soir était consacré aux liens associatifs et à la vie quotidienne.

SOLIDARITÉ INTERNATIONALE : Mâcon-Galati, une association qui se bouge pour les enfants roumains

Collage bourse jouets.jpg
Elle organise ce samedi sa bourse aux jouets annuelle à l’espace de conférences du théâtre.

TELETHON 2018 À MÂCON : Une fête très riche en perpective

conférence presse téléthon 2018 Mâcon (2).JPG
Les nouveautés seront nombreuses cette année...

MÂCON : Ils veulent des coquelicots, et vous ?

Rassemblement_Coquelicots_Macon_021118 (3).JPG
Le Collectif Mâconnais Pesticides et Santé (CMPS) s'est rassemblé pour le second mois consécutif devant l’Hôtel de Ville, pour dire « non » aux pesticides de synthèse.