samedi 23 février 2019

DSC_0208.JPG

Dans le courant de l’été 2018, l’INRAP (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives), sur prescription de l’État (DRAC Bourgogne-Franche-Comté »), menait une fouille préventive au cœur de la ville de Mâcon, rue Gambetta.

Ces recherches intervenaient dans le cadre de la création d’un réseau enterré de chauffage urbain. Les archéologues ont découvert des aires de buchers funéraires, des urnes cinéraires, des sépultures inhumées en coffrage de bois ainsi qu’un imposant sarcophage en pierre dans le site bien connu de la nécropole antique,dite « des Cordiers ».

Le sarcophage en pierre

 

C’est tout l’objet de cet article. Nombreux sont les Mâconnais à s’être demandé ce qu’il renfermait… Autant le dire tout de suite : pas de trésor !

Les experts de l’INRAP étaient là pour nous présenter les premiers résultats découlant du nettoyage du sarcophage : Carole Fossurier, archéo-anthropologue, Céline Capdeville, responsable d’opération, Daniel Barthélémy, archéologue, président du Groupement Archéologique du Mâconnais.

Daniel Barthélémy indique que le sarcophage provient vraisemblablement des carrières de la Lie, qui sont très connues pour avoir fourni la pierre pour cet usage. C’est un calcaire blanc qu’on appelle pisolithique, tendre à la taille qui durcit à l’air. La cuve est rectangulaire, ce qui nous place dans l’antiquité tardive (4e/5e siècle) ensuite, dans l’époque mérovingienne nous aurons des sarcophages trapézoïdaux.

 

Le couvercle présente des particularités que l’on n’avait jamais observées encore sur Mâcon, avec la forme en bâtière (triangulaire à deux pentes, comme un toit) déjà connue, mais avec des disques taillés à chaque extrémité et la partie renflée au centre ; ce qui renvoie, et c’est une hypothèse de travail, à la tradition du sarcophage d’inspiration romaine.

Chez les Romains, il y avait à chaque extrémité ce que l’on appelle des acrotères, qui peuvent représenter le soleil et la lune par exemple. La partie centrale, pour les plus riches, servait à représenter les défunts. Nous pouvons observer par ailleurs que la taille est très fine par rapport à ce qui a été découvert à Mâcon jusqu’à présent.

 

Ce sarcophage a pu être extrait du site grâce à l’entreprise qui faisait les travaux et emporté dans le dépôt du musée. Les opérations de fouilles proprement dites ont été grandement facilitées par l’aide des services techniques de la ville de Mâcon. La cuve était pleine de terre provenant vraisemblablement de ruissellement, le sarcophage étant brisé. Le nettoyage a permis de constater qu’il avait été ouvert et pillé.

 

Ouvert et pillé

 

Carole Fossurier, anthropologue, au vu de la dépouille, peut en tirer quelques déductions : «…nous savons que, naturellement, les os bougent dans le cercueil du fait de la décomposition des tissus (notons au passage la signification du terme « sarcophage » : du grec sarkophagos, qui mange de la chair!). Sauf qu’il n’y a pas l’ampleur que nous pouvons constater ici. Le crâne a été complètement déplacé sur l’avant, les côtes sont en position anatomique relative, c’est-à-dire qu’elles ne sont plus dans la position initiale (doux euphémisme, personnellement, je pourrai dire : complètement brassées - NDRL).

 

Le rachis a complètement bougé, les vertèbres en tous sens. Le bassin, sur le côté droit a été tiré vers le bas, le fémur en position postérieure, les deux tibias également, les os des pieds dispersés. On peut facilement en déduire que le squelette a été remué pour chercher des objets : coiffe, collier, fibule, ceinture, Etc. Aucune connexion anatomique n’a été conservée...

 

...Après on peut dire qu’il s’agit d’un adulte un peu âgé, à ce stade, on ne peut pas dire si c’est un homme ou une femme. Il faut attendre des analyses en laboratoire pour déterminer avec précision l’âge, le sexe, n’ayant point de mobilier de référence.

Il est communément admis que la cuve du sarcophage était enterrée de telle façon que le couvercle reste apparent ce qui justifie les emplacements pour les décors et également permet l’inhumation, comme cela s’est déjà vu, d’autres personnes. »

 

On peut espérer que, dans un avenir proche, ce sarcophage trouvera sa place au Musée des Ursulines à Mâcon.

Gilles Lalaque

Photo d'accueilde gauche à droite Carole Fossurier, Céline Capdeville, Daniel Barthélemy

 

 

DSC_0212.JPG

DSC_0217.JPG

Photo Groupement Archéologique Maconnais-été 2018.jpg

Sur le chantier pendant l’été 2018 : photo du Groupement Archéologique Mâconnais

 

PRISSÉ : Une tartiflette géante pour Charly !

Charly (9).JPG
L'association Team Charly avait préparé une tartiflette géante ce vendredi pour récolter des fonds au profit du poney d'Octavie.

SAÔNE-ET-LOIRE : Une journée pour comprendre les victimes de la route

journée victimes de la route.jpg
L’Association de Médiation et d’Aide Aux Victimes d’Infraction Pénales (AMAVIP) de Saône-et-Loire a invité ses partenaires et la presse pour rappeler le besoin de soutien aux victimes de la route.

PETANQUE : Les vétérans de la pétanque mâconnaise en pleine forme sur leurs terres et au-delà !

DSC04058 _ groupe boulodrome.jpg
Supers résultats au mois de février pour les vétérans mâconnais !

MACON : L’avenir du quartier de la Chanaye discuté entre élus et habitants

réunion publique Chanaye.jpg
Une réunion publique a eu lieu ce jeudi 21 février, avec les habitants du quartier de la Chanaye-Résidence, des élus locaux et des responsables des services techniques de la Ville, de l’agglomération et de Mâcon Habitat.

CRECHES – Château d’Estours : Le témoignage de la résistante Josette Ilinsky-Molland pérennisé dans un livre

Ouvrage_Resistance_Creches_Chateau_Estours (1).jpg
Roger Dailler, auteur du livre « Soif de vivre », lui a remis ce lundi à Nice le premier exemplaire de l’ouvrage.

SOLIDARITE : La Caf de Saône-et-Loire verse 40 360 € en soutien à des projets jeunesse

photo accueil appel à projet jeunes.jpg
13 projets d'intérêt collectif, portés par des jeunes entre 11 et 25 ans sur le thème des solidarités, vont bénéficier du soutien de la Caf de Saône-et-Loire en 2019 dans le cadre de l'Appel à projets jeunesse, pour un montant global de 40 360 euros.

MACON : A la découverte de Lamartine, homme des Affaires étrangères

conférence Lamartine Guy Fossat.jpg
Guy Fossat, écrivain et membre de l’Académie de Mâcon, a présenté une synthèse de la vision d’Alphonse de Lamartine sur les affaires étrangères de la France, dans le cadre des conférences Agora.

MÂCON : 200 personnes au rassemblement contre l’antisémitisme

MACON RASSEMBLEMENT CONTRE ANTISEMITISME 19FEV - 1.jpg
C’est au pied de la statut de Lamartine que la foule s’est réunie ce soir pour dire « Ça suffit ! » à l’antisémitisme. ACTUALISÉ ce mercredi à 14h15 : le droit de réponse de Bernard Cois.

GRAND DEBAT NATIONAL : Clôture des cahiers citoyens dans les mairies au plus tard le 21 février

Les citoyens-nes peuvent s'exprimer sur internet jusqu'au 18 mars.

Jean-Patrick Courtois appelle au rassemblement contre l'antisémitisme ce mardi soir

ACTUALISÉ MARDI Á 10 HEURES : Le député Benjamin Dirx s’associe à l’appel au rassemblement du maire de Mâcon.

MJC HÉRITAN : Une Université Populaire pour sauver le climat

UnivPop_MjcHeritan_Transition-energetique_140219 (3).jpg
La séance de jeudi soir était consacrée à la transition énergétique.

INSOLITE : Un hélicoptère survole Mâcon au petit matin

Hélicoptère_mâcon_17022019_0002.jpg
ARTICLE MIS A JOUR A 10H20 : Précisions sur les raisons du survol

ST-VALENTIN : 10 confirmations de mariage à St-Amour

StAmour (45).JPG
La mairie de St Amour a célébré la Saint Valentin ce samedi pour 10 couples venus de toute la France.

PHOTOS : C'était carnaval au lycée René Cassin (2)

CARNAVAL LYCEE CASSIN 2019 MACON - 34.jpg
2ème volet de notre album souvenirs.