VALLON RIGOLETTES MACON MIGRANTS MAI - 1.jpg

Les campements de fortune perdurent dans cet espace depuis le 22 février. Jusqu’à ce matin 9 heures, le Vallon comptait 11 tentes soit une trentaine de personnes.

Selon le Collectif Monnier, élargi aux citoyens du Vallon qui s’occupent du camp quotidiennement, « la Police a confisqué deux des onze tentes ce matin à 9 heures car elles étaient momentanément vides. L’une du fait du logement provisoire en foyer pour une famille, l’autre car la Police ne tolère pas de nouvelles installations… » soupirent les membres du collectif.

La famille nouvellement arrivante, composée d’un homme handicapé, d’une femme mère d’un bébé d’un an présent au Vallon, allait passer la nuit à la... « belle étoile ».

« Nous tenions à alerter l’opinion publique de cette nouvelle aggravation de la situation alors que ces migrants sont un exemple de solidarité et de propreté. Nous pensions même que la Préfecture considérait le Vallon comme hébergement secondaire officieux en attendant mieux » concluent ces citoyens bien décidés à poursuivre leur aide à ces ressortissants d’Albanie.


E.B.

 

 

VALLON RIGOLETTES MACON MIGRANTS MAI - 3.jpg

VALLON RIGOLETTES MACON MIGRANTS MAI - 2.jpg