CYCLISME femmes solidaires 25.jpg

Donnons des elles au vélo J-1 s’est arrêtée à Davayé une journée avant le passage du tour à Mâcon. Cette opération, qui emmène chaque jour treize cyclistes françaises, hollandaise et anglaise, sur les routes du Tour de France, est soutenue par l’association Femmes Solidaires.

On ne parle pas d’elles ou très peu pourtant chaque jour elles aussi sont sur les routes et parcourent la France à vélo. Une journée avant leurs homologues masculins, dans l’anonymat et avec beaucoup de moins de monde sur les routes. Ces femmes, ce sont treize cyclistes de trois nationalités différentes, qui du 5 au 27 juillet, participent à la 5ème édition de l’opération Donnons des ailes au vélo J-1.

Cette grande fête du cyclisme au féminin se déroule sur tout le territoire avec près de 3 500 km en trois semaines sur les routes de France. Vendredi, elles étaient à Davayé. Le départ de la 12ème étape a été donné depuis le parking de l’Auberge de la Patte d’oie en présence du maire de Mâcon, Jean-Patrick Courtois, de l’adjoint aux Sports, Jean Payebien, et de membres de l’association Femmes Solidaires Mâcon, parmi lesquels Marie-Hélène Dubost, sa présidente. Des cyclistes amateurs les accompagnent tous les jours. Les locaux, parmi lesquels l'Étoiel cycliste flacéenne, se sont également prêtés au jeu en les accompagnant sur cette étape ou au moins pendant quelques kilomètres.

Promouvoir le cyclisme au féminin

Depuis 1989 en France, il n'y a plus de course par étapes féminine coexistant avec une épreuve masculine. Celle-ci avait alors lieu sur trois semaines au mois de juillet, en lever de rideau du peloton masculin et les coureuses bénéficiaient ainsi des infrastructures et de la médiatisation mises à disposition de leurs homologues masculins. En 2015, l’opération Donnons des elles au vélo J-1 a vu le jour avec pour objectif la renaissance de ce type d’épreuve féminine dans un souci de visibilité et d’égalité sportive entre les femmes et les hommes. Cette course vise à promouvoir le cyclisme au féminin à travers une médiatisation mondiale et à fédérer des cyclistes et autres sportifs autour du peloton en popularisant l’accès à ce défi à toutes et tous, de la débutante au plus haut niveau.

Si cette année, la course peut compter sur quelques nouveautés comme l’internationalisation de la communication, la présence de motos sécurité sur chaque étape et la participation de nombreux sportifs de Haut Niveau, issus des différentes disciplines sportives, il n’en reste pas moins que beaucoup de progrès sont encore à faire. Côté sécurité, il faut en effet savoir que les routes ne sont pas ouvertes aux filles. Elles doivent respecter les règles de sécurité routière (feux, stop, rond-point…) et faire attention aux autres dangers de la route en plein effort sportif.

 Une pétition pour la médiatisation lancée par Femmes solidaires

L’association Femmes Solidaires est donc partenaire de cette opération. À Davayé, sur les routes du sud de la Saône-et-Loire, son antenne mâconnaise a donc pris le relais et s’est faite porte-parole du sport féminin et du droit des femmes.

Femmes solidaires est un mouvement féministe qui a pour ambition de changer la société en déconstruisant les stéréotypes sexistes qui perdurent et qui sont sources de discriminations et donc de violences. La pratique sportive pour les femmes est un enjeu féministe. Plus de visibilité du sport féminin permet de donner envie et rend possible la pratique sportive. Le sport relève du droit des femmes à disposer de leur corps. À travers notre campagne « Femmes et sport », nous voulons faire avancer l’égalité et la mixité dans le sport.

Marie-Hélène Dubost, présidente de Femmes Solidaires Mâcon

Femmes solidaires est d’ailleurs également à l’initiative d’une pétition « Du Sport à la télé » pour demander au ministre de la Culture de modifier le décret du 22 décembre 2004 qui régit la retransmission des événements sportifs. « Le sport au féminin a actuellement le vent en poupe avec la coupe du monde de football, nous souhaitons que tous les sports que pratiquent les femmes soient aussi médiatisés », conclut Marie-Hélène Dubost.

D. C.

 

CYCLISME femmes solidaires 1.jpg

Pas de mécaniciens on se débrouille seules

CYCLISME femmes solidaires 2.jpg

CYCLISME femmes solidaires 3.jpg

L'association Femmes Solidaires Mâcon était au départ de l'étape

CYCLISME femmes solidaires 4.jpg

CYCLISME femmes solidaires 5.jpg

CYCLISME femmes solidaires 6.jpg

CYCLISME femmes solidaires 7.jpg

Marie-Hélène Dubost, présidente de Femmes Solidaires Mâcon, en discussion avec une des cyclistes

CYCLISME femmes solidaires 8.jpg

La joie et la bonne humeur au départ et sur les routes

CYCLISME femmes solidaires 9.jpg

On se prépare en chanson

CYCLISME femmes solidaires 10.jpg

CYCLISME femmes solidaires 11.jpg

La grande photo de famille avant le départ

CYCLISME femmes solidaires 12.jpg

CYCLISME femmes solidaires 13.jpg

CYCLISME femmes solidaires 14.jpg

CYCLISME femmes solidaires 15.jpg

CYCLISME femmes solidaires 16.jpg

CYCLISME femmes solidaires 17.jpg

Les dernières recommandations avant de prendre la route

CYCLISME femmes solidaires 18.jpg

CYCLISME femmes solidaires 19.jpg

CYCLISME femmes solidaires 20.jpg

CYCLISME femmes solidaires 21.jpg

CYCLISME femmes solidaires 22.jpg

CYCLISME femmes solidaires 23.jpg

CYCLISME femmes solidaires 24.jpg