MACON greve ehpad 5.JPG

Ce mercredi, à l’appel de la CGT et de la CFDT, les infirmières et les aides-soignantes de l’EHPAD Pfitzenmeyer à Mâcon ont voulu faire entendre leur voix et montrer leur colère et leur souffrance.

Elles aiment leur métier, mais trop c’est trop ! Les infirmières et les aides-soignantes n’en peuvent plus. Le manque de personnel est flagrant et alarmant, les journées de travail s’allongent sans cesse, les absents ne sont pas remplacés, les CDD s’enchaînent et l’épuisement se fait ressentir chaque jour un peu plus…

« Les collègues des EHPAD (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) sont sollicités de la même façon qu’aux urgences, c’est la même souffrance. Ce qui manque aux urgences manquent aux EHPAD, souligne Eve Comtet-Sorabella de la CGT du CH Mâcon. Il y a une pénurie de personnel, les équipes aujourd’hui ne permettent même pas de pallier l’absentéisme naturel et c’est la même chose dans tous les EHPAD de Mâcon. »

Deux infirmières pour 70 résidents, des journées de 12 heures

« Il y a deux infirmières pour 70 résidents, si une s’absente on fait comment ? L’infirmière enchaîne sept jours sur sept ? Elles tournent déjà avec des journées de 12 h au lieu de 7 h 30. Pour les aides-soignantes, on est sur des journées de 8 à 12 heures. On est sans cesse obligés de revenir sur les repos, les plannings sont sans arrêt modifiés, les arrêts de travail pour épuisement s’accumulent. Le soir, ce sont les aides-soignantes qui font office d’infirmières et distribuent les médicaments. Et c’est comme ça depuis le début de l’année. L’accueil de jour est même fermé depuis cet été faute de personnel. », soulignent les équipes présentes devant l’établissement.

Soutenu par les familles des résidents qui voient bien leur souffrance et le manque de bras, le personnel déplore également la précarisation des emplois. « On est sur près de 25 % de personnes contractuelles, avec des CDD qui sont renouvelés ou pas. Au déjà de ce statut précaire, c’est tout le volet humain qui est mis à mal : les personnes âgées et leurs familles manquent de repères, de personnes référentes. »

Un préavis de grève illimité

 

"Ce mouvement de débrayage va s’inscrire dans la durée, prévient Eve Comtet-Sorabella de la CGT du CH Mâcon. On va déposer un préavis de grève illimité et d’autres actions vont se mettre en place en espérant que tous les EHPAD suivent le mouvement. La souffrance est la même pour les collègues des EHPAD que ceux des urgences. On manque de moyen. Depuis 2016, on lutte pour plus de personnel, or la situation ne s’est pas améliorée elle s’est même aggravée. C’est le reflet des politiques sous financées dans le domaine de la santé et du médico social. L’ARS et le Conseil départemental n’ont pas augmenté leur budget, difficile dans ces conditions de créer des emplois supplémentaires d’infirmiers et d’aides soignants. Il faut qu’ils s’engagent. Il faut commencer par renforcer nos équipes qui ne pourront pas continuer à pallier l’absentéisme indéfiniment. »

Aujourd’hui, les revendications des personnels des EHPAD sont simples et multiples :

-       Arrêt des postes en 12 h au milieu des postes en 8 h,

-       Titularisation des contractuels ou passage en CDI des contrats à durée déterminée,

-       Respect des jours de repos des aides-soignants (AS) et faisant fonction aides-soignants,

-       Embauche de personnels pour le remplacement de l’absentéisme IDE et AS,

-       Prime EHPAD et prime chaussures pour tout le personnel,

-       Réouverture de l’accueil de jour,

-       Embauche d’un médecin coordinateur et d’une secrétaire,

-       Embauche de personnel pour être plus nombreux pour prendre soins des résidents,

-       Embauche d’une IDE pour la nuit,

-       Pas de poste en jour pour les agents travaillant normalement en nuit.

 

D. C.

 

 

MACON greve ehpad 1.JPG

MACON greve ehpad 2.JPG

MACON greve ehpad 6.JPG

 MACON greve ehpad 7.JPG

MACON greve ehpad 8.JPG

MACON greve ehpad 9.JPG