samedi 18 septembre 2021

AESH (1).JPG

 

Les personnels précaires AESH (accompagnant d'élèves en situation de handicap) soutenus par l'intersyndicale CGT/ Sud Éducation Bourgogne se sont rassemblés devant la DSDEN (Direction des Services de l'Éducation Nationale) de Saône et Loire, à Mâcon, ce lundi. Ils étaient en grève toute la journée.

Une délégation d'AESH et de syndicalistes devait être reçue par les services de l'éducation nationale en fin d'après-midi.

Selon un porte-parole des AESH, « depuis la rentrée de septembre, l'Éducation nationale en Saône et Loire nous oblige à travailler deux heures de plus non-rémunérées par rapport au contrat légal. Nous essayons pour l'instant de faire respecter ce dernier. Le directeur académique veut nous faire rattraper des heures qui servent à d'autres choses comme les accompagner en conseil de classe, sur des sorties scolaires ou sur des événements exceptionnels. »

« Notre situation est précaire », poursuit une accompagnante, avec un petit salaire. Entre ce qui est écrit et ce que l'on nous demande de faire, ce n'est pas la même chose ! La circulaire ministérielle du 05 juin 2019 stipule que le temps de service hebdomadaire d'accompagnement d'un élève sert de référence pour la détermination du temps de service. »

« Notre métier consiste à accompagner en classes les élèves en situation de handicap afin de faciliter leurs scolarité », explique Claudine. « Avec l'enseignant, nous mettons en place des adaptations en fonction du handicap de l'élève pour l'aider à s'insérer au mieux dans le groupe classe et à suivre les apprentissages comme les autres. 

Jusqu'à l'année dernière, sur les 36 semaines d'accompagnement d'élèves, notre salaire était annualisé sur 39 semaines. Les syndicats ont longtemps réclamé que l'ensemble du travail réalisé en amont (travail invisible) soit pris en compte et donc annualisé sur 41 semaines. Pour 23 h 30, on gagne 700 euros. Mais depuis septembre, la Dasen nous oblige à travailler deux heures de plus gratuitement, soit 25h30. Depuis cette rentrée, nous avons droit à des contrats de 3 ans renouvelables une fois. Et peut-être à la clé un CDI, mais nous n'avons aucun plan de carrière. »

M.A.

 

 

AESH (2).JPG

 

PEUGEOT NOMBLOT MÂCON fête la rentrée avec des offres inédites pour ses portes ouvertes du 17 au 19 septembre

Publi-info - L’ensemble de l’équipe commerciale est prête pour vous accueillir

RALLYE AÏCHA DES GAZELLES : Gaspar et les Graines de dune sur la ligne de départ

C’est (enfin) l’heure de la grande aventure pour l’équipage 186 ! Samedi, après trois reports, Claire et Barbara partiront de Nice, direction le Maroc, le désert et les dunes africaines pour neuf jours de course…

La Saône-et-Loire accueillera le 130e Congrès national des sapeurs-pompiers de France en septembre 2024

Il aura lieu à Mâcon. Il rassemblera 400 exposants, 5 000 congressistes et 50 000 visiteurs.

MÂCON : L’obligation vaccinale des soignants ne « pass » pas !

Depuis ce mercredi matin 9 h, les abords du siège départemental de l’ARS (Agence Régionale de Santé) de Mâcon sont occupés par des citoyens et des personnels de santé qui fustigent l’obligation de vaccination des soignants en vigueur, entrée en vigueur aujourd’hui minuit.

MÂCON : Un nouveau service DGFiP qui accueille 35 agents volontaires

35 agents volontaires de la Direction générale des Finances publiques, initialement localisés à Paris ou dans les grandes métropoles, sont installés depuis le 1er septembre à la cité administrative à Mâcon, dans les nouveaux locaux du service bancaire de la DGFiP créé suite à la rénovation du bâtiment. Olivier Dussopt, ministre des Comptes publics, a inauguré les lieux ce matin.

MÂCON : Le Repair Café Val de Saône, une boîte à outil et des idées de génie pour réparer et récupérer !

Le Repair Café Val de Saône fondé par Martine Dumas, sa présidente, il y a un an, s'est inscrit dans le cadre du festival des solutions écologiques proposé par la Région Bourgogne Franche-Comté.