dimanche 17 novembre 2019
  • MON BEL AMOUR THEATRE MACON.jpg
  • CREATION ENTREPRISE MACON 2019 CCI.jpg
  • AUTISME CD71 20NOV.jpg
  • MARCHE PLAISIRS GOURMANDS 2019 AFF3 - 1.jpg

AGRI NUMERIQUE MACONNAIS SUD BOURGOGNE - 4.jpg

Le PETR avait donné rendez-vous à la ferme de Jalogny ce mardi à tous les acteurs et actrices de la filière agricole pour pour plancher une première fois sur les usages du numériques dans l'agriculture. L'objectif est de déterminer les priorités et les orientations à horizon 2022.

 

Incontournable, vital et révolutionnaire. C'est ce qu'est devenu le numérique aujourd'hui pour tous les professionnels.les du secteur. « A la fin du XIXème siècle, nos aïeux ont connu la révolution de l'électricité, qui a boulevesé le paysage économique mondial. Le numérique est une révolution du même ordre, qui n'est qu'à ses débuts. » Le décor était ainsi planté hier soir, par Christophe Cruz, enseignant-chercheur à l'Université de Bourgogne, spécialiste de la donnée.

 

"Être précurseurs plutôt que suiveurs"

Le challenge pour les agriculteurs.trices est bien sûr de se préparer à cela, « être précurseurs plutôt que suiveurs » lançait Christine Robin, présidente du PETR, en introduction d'une soirée qui débutait à 17h pour se terminer vers 22h. « Cette soirée est faite pour vous donner la parole, que vous nous renseigniez sur vos besoins pour qu'ensuite, les idées et solutions techniques émergent dans les prochains mois, les toutes prochaines années. C'est un laboratoire d'idées que nous ouvrons ce soir avec vous. »

« Nous avons deux impératifs » enchainait Bernard Lacour, président de la Chambre d'Agriculture de Saône-et-Loire : « répondre à la demande des consommateurs et entrer de plein pied dans une modernité saine. Notre capacité d'adaptation est forte, nous l'avons déjà montré. Mais il nous faut aller plus loin, épouser cette révolution. C'est un chantier noble » a conclu le président avant de céder la parole au directeur de la Chambre, David Barthe.

 

De très connectés.es à hyper connectés.es

Celui-ci a démontré toute la puissance et la force de la révolution numérique par un exemple concrêt : « Aujourd'hui, il y a l'application Yuka qui prend de l'ampleur en France et qui change la donne dans les hypermarchés. Cette appli donne des informations sur la qualité des produits achetés sur simple scanne du code barre du produit. C'est instantanné et cela conduit le ou la cliente à reposer un produit jugé de mauvaise qualité immédiatement. C'est une bonne nouvelle pour nous, pour tous les agriculteurs dont les productions sont toutes tracées. 

Dans un futur proche, les gens feront tous leurs courses smartphone à la main. C'est déjà le cas en Chine avec Alizila, du groupe Alibaba. Le principe est celui d'un entrepôt logistique au sein duquel ils ont implanté un magasin. Nos hypermarchés sont construits à l'inverse... Il ne faut pas en avoir peur, simplement le savoir et s'y préparer. Le consommateur sera hyperconnecté très vite, car il a besoin d'être rassuré. Nous devrons être en capacité de donner les réponses. »

 

Et de rappeler que les agriculteurs sont déjà les chefs d'entreprise les plus connectés : « Une raison à cela : ils travaillent sur du vivant et sont donc soumis à des réglementaitons très strictes qui imposent une tracabilité sur toutes les productions, je viens de le dire.

En conséquence, l'amélioration du modèle technico-économique est devenue une préoccupation permanente car le numérique facilite la vie, simplifie le travail. Regardez boviclic... le cheptel est au bout du doigt ! »

 

Quelques chiffres

  • 79 % des agriculteurs utilisent internet pour des motifs personnels ou professionnels

  • + 400 applications mobiles existent pour assister les éleveurs

  • 76 % consultent la météo depuis leur poste fixe tous les jours ou plusieurs fois par semaine

  • 70 % des propriétaires de smartphone installent des applications professionnelle 

 

En Mâconnais Sud Bourgogne, l'agriculture représente 6% de l'emploi total, mais la moitié de la surface du territoire est en exploitations agricoles.

 

(source : Les défis de l’agriculture connectée dans une société numérique – renaissance numérique, nov. 2015)

 

 

AGRI NUMERIQUE MACONNAIS SUD BOURGOGNE - 2.jpg

AGRI NUMERIQUE MACONNAIS SUD BOURGOGNE - 4.jpg

Christine Robin et Bernard Lacour

AGRI NUMERIQUE MACONNAIS SUD BOURGOGNE - 9.jpg

AGRI NUMERIQUE MACONNAIS SUD BOURGOGNE - 14.jpg

AGRI NUMERIQUE MACONNAIS SUD BOURGOGNE - 11.jpg

Pascal Minguet, chargé de mission numérique à la Région Bourgogne-Franche-Comté :

"Les usages du numérique concernent tous les domaines de la vie.

Nous avons défini 9 champs d'action qui englobent ces domaines"

AGRI NUMERIQUE MACONNAIS SUD BOURGOGNE - 10.jpg

AGRI NUMERIQUE MACONNAIS SUD BOURGOGNE - 8.jpg

AGRI NUMERIQUE MACONNAIS SUD BOURGOGNE - 7.jpg

David Barthe devant Alizila projeté en vidéo

AGRI NUMERIQUE MACONNAIS SUD BOURGOGNE - 5.jpg

AGRI NUMERIQUE MACONNAIS SUD BOURGOGNE - 3.jpg

AGRI NUMERIQUE MACONNAIS SUD BOURGOGNE - 12.jpg

Christophe Cruz :

"Le numérique et le digital, c'est pareil.

On parle de dématérialisation, mais il s'agit en fait d'une rematérialisation ailleurs,

car toutes les données sont stockées dans les Data centers,

qui ne sont rien d'autre que des centres de stockage des données.

Ensuite, le développeurs proposent des applications qui se servent des données pour apporter des services."

AGRI NUMERIQUE MACONNAIS SUD BOURGOGNE - 13.jpg