mardi 22 septembre 2020
  • TICKET SMS TREMA MACON.jpg
  • JEPMACON SEPT2020 - 1.jpg

Communiqué

Le gouvernement veut vous faire peur ! Le système de retraites ne serait pas suffisamment robuste. La vérité est que les déficits envisagés par le Conseil d’orientation des retraites sont que la conséquence des politiques de l’actuel gouvernement. Le gouvernement d’Edouard Philippe refuse de compenser les exonérations de cotisations faites aux entreprises, ce qui est une première depuis Simone Veil !

Pour ces raisons, nous refusons tout financement qui reposerait sur un nouvel allongement de la durée de cotisation et toute mesure d’économie sur le dos des retraités :

  • Pas d’âge pivot, ni de mesures d’âge, ni maintenant ni plus tard. Nous refusons d‘avoir à choisir entre travailler plus ou gagner moins.
  • Maintien du départ à 60 ans pour les carrières longues.
  • Pas de « règle d’or » qui organiserait un système où les retraites baissent automatiquement, où l’âge d’équilibre reculerait pour équilibrer le système. La règle d'or doit, en revanche, garantir le montant des pensions.

Une autre réforme est possible, fondée sur les principes de justice, d’équité, de dignité et de prévention.

Une réforme juste sur la base d’un financement équitable

Il faut trouver de nouvelles sources de financement :

Le prolongement de la Caisse d’amortissement de la dette sociale. En 2024, les futurs gouvernants disposeront d’une opportunité historique. La dette sociale, le fameux « trou de la Sécu », sera alors intégralement remboursée. Les 24 milliards qui y sont consacrés, seront rendus disponibles chaque année, pour une très large part, pour financer nos retraites, nos Ehpad et nos hôpitaux. Et cela sans prélèvement obligatoire supplémentaire.

Le maintien de la cotisation à 28,1 % jusqu’à 27 000 € de revenus par mois, en augmentant la part dite « non contributive », c’est-à-dire celle contribuant à la solidarité nationale.

La contribution des revenus financiers qui échappent aujourd’hui à toute contribution sur les retraites alors même qu’ils sont tirés du travail. S’ils cotisaient à l’assurance vieillesse à un taux égal à celui des employeurs du secteur privé, ce seraient 30 milliards de recettes à la clé.

Une réelle prise en compte de la pénibilité

Un régime de retraite doit être équitable ! Comment traiter à l’identique des populations qui ont une espérance de vie qui diffère de 13 à 17 ans ? Traiter à l’identique l’ouvrier et le cadre supérieur cela revient à faire payer la retraite du plus riche par le plus pauvre. Nous proposons d’y remédier :

En permettant aux salariés subissant la charge de travaux usants de partir plus tôt et réinstaurer les 4 critères de pénibilité supprimés par la loi Pénicaud (du nom de la Ministre du Travail actuellement en poste) : le port de charges lourdes, les postures pénibles, les vibrations mécaniques et le risque chimique. En pratique, cela bénéficiera à l’essentiel des salariés du BTP, à une bonne partie de ceux de l’industrie, aux caissières et aux manutentionnaires de la logistique et de la distribution.

En proposant un financement spécifique de la pénibilité à travers un mécanisme particulier. Ce système impliquerait les entreprises à travers une cotisation patronale de base et une sur-cotisation au niveau de l’entreprise, modulée en fonction de l’exposition aux risques et des efforts de prévention accomplis. Les partenaires sociaux en arrêteraient les modalités.

L’égalité femme-homme à la retraite, commence par l’égalité dans les carrières et les salaires

Afin de réduire les différences de salaires entre les hommes et les femmes, nous proposons de lier le niveau de cotisations à l’assurance vieillesse des entreprises à des objectifs d’égalité salariale.

Concernant les majorations de pension lorsque l’on a un enfant, nous souhaitons faire évoluer le système vers le versement d’une majoration forfaitaire, et non plus proportionnelle, versée aux femmes afin de compenser l’écart de traitement.

La pension de réversion doit être maintenue à 55 ans. Elle doit continuer de bénéficier aux femmes divorcées (la réforme envisagée par le Gouvernement ne le permet pas). La pension de réversion doit bénéficier également aux couples pacsés.

Compenser les effets de carrières avec des interruptions

Les femmes sont celles qui ont les carrières les plus discontinues, interrompues par des périodes de chômage, nivelées par des temps partiels ou par les congés maternités et les périodes d’éducation des enfants. L'abaissement du nombre des heures travaillées nécessaires à la validation de droits et une bonification de la pension pour les mères de famille dès le premier enfant.

La réforme des retraites ne peut s’envisager sans lien avec celle de l’assurance chômage. En rendant plus restrictif l’accès à l’indemnisation, la réforme de l’assurance chômage du mois d’août 2019 menace les futures pensions de retraite de celles et ceux qui connaissent le chômage. Les chômeurs non indemnisés ne produiront plus de points dans le système envisagé par le gouvernement. Il est impératif de revenir sur cette réforme qui pénalise toutes celles et tous ceux qui connaissent des carrières discontinues avec un passage par le chômage.

Des retraites dignes tout au long de sa retraite

Actuellement, 31 % des retraités touchent moins de 1 000 € de pension. Pour y remédier, nous proposons :

Pour les carrières complètes : un taux de remplacement de 100 % (sous réserve de ne pas de disposer de revenus mobiliers ou immobiliers complémentaires) en allant progressivement vers 75 % à partir de 2,5 fois le SMIC.

Pour les carrières incomplètes : la réforme du minimum vieillesse, dont le montant sera fixé en regard du minimum contributif. Les recours sur successions doivent être limités pour éviter l’important taux de non-recours à ce dispositif.

Un mécanisme pour garantir dans le temps une relative parité de pouvoir d'achat entre les actifs et les inactifs pour les plus bas revenus, par exemple jusqu’à 2,5 SMIC.

Ces propositions que nous mettons en débat ouvrent une autre voie, celle d’une réforme juste, équitable, et solidaire.

Joëlle MARZIO

Secrétaire de la section du Parti Socialiste de Mâcon

 

Loyers commerciaux : « Pour les bailleurs comme pour les preneurs, il est temps de passer aux actes »

Si les pouvoirs publics ont mis en place de nombreux dispositifs d’appui et de soutien aux entreprises, la question du paiement des loyers commerciaux reste « un trou dans la raquette » estime la CPME 71.

SAONE-ET-LOIRE - Sénatoriales : Jean-François Farenc finalement pas candidat

FARENC SENAT.jpg
Actualisé : Le Maire de Blanot ne va pas bouleverser la donne en Saône-et-Loire. Il explique pourquoi

SÉNATORIALES : Éric Michoux dévoile ses colistiers

DSC_7143.jpg
Le maire de Senozan fait partie de l'aventure

EXPRESSION CITOYENNE : « Ne pas faire de ce virus un terroriste » appelle le docteur Olivier de Soyres

Cette tribune très éclairante est parue dans le journal Aujourd'hui en France le 16 août. Elle circule sur les réseaux sociaux. Le propos est d'une teneur qu'il nous semblait impératif de vous le faire partager. Il fait réflechir et appelle, lui aussi, nos gouvernants à la raison et à la mesure.

SÉNATORIALES : Marie Mercier, sénatrice sortante, et Fabien Genet sur la même liste

10575_1_full.jpg
La sénatrice sortante, candidate à un deuxième mandat, vient d'annoncer que le maire de Digoin serait le numéro 2 sur sa liste…

CONSEIL MUNICIPAL DE CHARNAY : Serge Gaulias démissionne

Il s'en est expliqué ce soir au téléphone à macon-infos.

MUNICIPALES À ST-LAURENT - Jacques Doussot : « Nos adversaires animent une ambiance délétère en avançant des propos erronés »

AIMER STLAURENT 24JUIN  - 1.jpg
Jacques Doussot, qui conduit la liste « Aimer St-Laurent », fait usage de son droit de réponse suite à l’article « Saint-Laurent Autrement » une nouvelle dynamique paru sur macon-infos le 23 juin.