CANTORIA MACON 012020 - 26.jpg

Ce dimanche, La Cantoria de Mâcon, le Chœur Crescendo de Bron et l’Orchestre symphonique de Lyon sous la direction de Clément Mépas, ont investi la scène du théâtre de Mâcon pour un concert exceptionnel.

Accompagnés par 4 solistes professionnels, cet ensemble amateur de 120 choristes et 90 musiciens a interprété une œuvre requérant virtuosité et puissance vocale : le Requiem de Verdi.

Le pari était osé, mais il est gagné puisque le spectacle s’est joué à guichets fermés, devant un public bluffé par la prestation d’un niveau quasi professionnel. Le célèbre “Dies irae”, un véritable tube de la musique classique, a produit son petit effet grâce à la puissance du chœur et des cuivres de l’orchestre.

La présidente de La Cantoria, Florence Bassanini, est revenue sur la genèse de ce projet audacieux : « Nous avions déjà chanté cette pièce en 2016 avec nos amis allemands de la Liedertafel. Nous avions mis sur notre site internet que nous avions chanté le Requiem de Verdi ; c’est comme cela que le Chœur Crescendo nous a contactés en nous disant “Vous avez déjà chanté le Requiem de Verdi, on aimerait le faire avec vous”. Comme nous n’avions plus d’orchestre, ils nous ont proposé d’en trouver un, ce qu’ils ont fait en persuadant l’Orchestre Symphonique de Lyon [un orchestre associatif, ndlr] de se joindre à nous. »

Le chef d’orchestre, le Mâconnais Clément Mépas est revenu quant à lui sur la difficulté du défi : « C’est très difficile pour un chœur et un orchestre amateurs parce que c’est une partition complexe. Il a fallu près de deux ans de travail pour arriver à ce résultat ! »

La Cantoria recrute dans tous les pupitres et surtout dans celui des hommes. Les répétitions ont lieu les mardis de 20 h à 22 h au conservatoire de Mâcon. Les personnes intéressées sont attendues dès cette semaine, quand la chorale commence à préparer son concert avec la chorale allemande Lidertafel de Neustadt autour de l’œuvre « La missa latina » de Bobby Fisher. Il s’agit d’un concert qui aura lieu lors de la Pentecôte pour fêter les 50 ans de jumelage entre les deux ensembles.

David Delecroix

 

CANTORIA MACON 012020 - 2.jpg

CANTORIA MACON 012020 - 1.jpg

 

CANTORIA MACON 012020 - 25.jpg

CANTORIA MACON 012020 - 24.jpg

CANTORIA MACON 012020 - 23.jpg

CANTORIA MACON 012020 - 22.jpg

CANTORIA MACON 012020 - 21.jpg

CANTORIA MACON 012020 - 20.jpg

CANTORIA MACON 012020 - 19.jpg

CANTORIA MACON 012020 - 18.jpg

CANTORIA MACON 012020 - 17.jpg

CANTORIA MACON 012020 - 16.jpg

CANTORIA MACON 012020 - 15.jpg

CANTORIA MACON 012020 - 14.jpg

CANTORIA MACON 012020 - 13.jpg

CANTORIA MACON 012020 - 12.jpg

CANTORIA MACON 012020 - 11.jpg

CANTORIA MACON 012020 - 10.jpg

CANTORIA MACON 012020 - 9.jpg

CANTORIA MACON 012020 - 8.jpg

CANTORIA MACON 012020 - 7.jpg

CANTORIA MACON 012020 - 6.jpg

CANTORIA MACON 012020 - 5.jpg

CANTORIA MACON 012020 - 4.jpg

CANTORIA MACON 012020 - 3.jpg