mercredi 1 avril 2020
  • COVID 19 MBA vous informe MI_Plan de travail 1 (1).jpg

20200130©Michel S Pelletier - Collège Condorcet002.jpg

Après le collège Saint-Exupéry de Mâcon jeudi dernier, le collège Condorcet à La Chapelle-de-Guinchay prend le relais face à la réforme des retraites et aux malaises de l’Education nationale.

Dans un premier temps, une réunion parents-professeurs était prévue au collège Condorcet, mais la réunion a été refusée dans l’enceinte du collège par le chef d’établissement car elle ne correspondait pas aux critères de fonctionnement interne. La réunion s’est donc tenue dans un lieu privé au centre-ville de La Chapelle-de-Guinchay.

Et ce n’est qu’une étape : le collège Pierre-Paul Prud’hon de Cluny et le collège Bréart de Mâcon se préparent en effet aux mêmes opérations dans les semaines à venir. Les professeurs ont passé la nuit dans les locaux du collège comme l'ont fait les professeurs de St-Ex la semaine dernière. Le chauffage a été coupé... comme il se doit !

Tout cela afin d’alerter, d’informer les parents d’élèves sur la réforme des retraites, retraites pour les enseignants certes, mais aussi retraites pour certains parents d’élèves et, dans un avenir lointain certes, retraites des élèves d’aujourd’hui, travailleurs de demain : « La retraite par répartition va complétement disparaitre pour une retraite qui ne sera plus solidaire, qui sera par point. La volonté est aussi de dépasser la fonction enseignante en voulant aborder le situation des personnels de santé, des personnels techniques et administratifs. »

 

« Les parents doivent défendre l’avenir de leurs enfants »

 

Le collège Condorcet n’est pas trop mal loti, il n’a pas perdu de classe, il en a même gagné une même si les classes sont dans l’ensemble surchargées. Chanceux ce collège ? Oui, par rapport à d'autres où des classes sont supprimées, mais, vu l’effectif global de Condorcet, les professeurs estiment qu'une classe supplémentaire devrait être créée. L’établissement tourne en moyenne entre 28 à 30 élèves par classe.

L’équipe éducative tient à expliquer aux parents d’élèves le pourquoi des journées de grève (cinq jours pour certains professeurs, depuis maintenant plus d’un mois) afin d’éviter que ceux-ci n’interprètent pas mal ces actions à répétition et les comprennent, même si elles leur apportent des difficultés.

« Il faut faire ainsi prendre conscience aux parents qu’ils peuvent et doivent défendre l’avenir de leurs enfants et les amener à prendre part aux actions actuelles. Avec cette réforme, il y aura indéniablement une baisse des retraites très conséquentes dans la fonction publique, mais aussi dans le privé. Lorsque le gouvernement a fait l’annonce d’augmenter les salaires des professeurs, ce sera pour eux plus un réaménagement des temps de travail qu’une augmentation calculée sur quelque 20 € par mois ! »

 

Dans l’académie de Dijon, il y a une perte de 111 postes de professeurs alors qu’il y a une augmentation des effectifs des élèves, collèges et lycées confondus. Le malaise de l’éducation est général, les lycées ont beaucoup de soucis liés à la réforme du baccalauréat, à l’orientation post-bac avec le Parcoursup.

Tous les niveaux d’enseignement, primaire, secondaire sont donc mobilisés. Des actions les réunissent de plus en plus comme l’a été celle de mercredi dernier avec la course relais de trois enseignants représentants le primaire, les collèges et les lycées qui les a emmenés de Mâcon à La Chapelle. Les écoles maternelles de La Chapelle, celles de Crèches aussi sont aujourd'hui très mobilisées.

 

« Le combat n’est pas fini, il y a un espoir »

 

« Les actions vont continuer même si ce sont les minorités déterminées qui mènent actuellement le combat. Si certains professeurs semblent être désabusés, se disent que le combat est perdu, nous sommes là pour leur montrer que non, qu’on doit continuer et que le combat n’est pas fini, d’autant plus que le Conseil d’Etat a tout de même retoqué le projet, laissant ainsi une lumière dans la nuit, un espoir qui est loin d’être mince. Depuis que le Conseil d'Etat a rendu, ce samedi 25 janvier, un avis consultatif très critique à l'encontre du projet de loi de réforme des retraites, ministres et secrétaires d'Etat tentent d’ignorer ou de minimiser la portée de la gifle reçue par le gouvernement. »

 

20200130©Michel S Pelletier - Collège Condorcet003.jpg

Devant le portail fermé du collège 

20200130©Michel S Pelletier - Collège Condorcet006.jpg

Les professeurs de Condorcet avec des collègues de Saint-Exupéry de Mâcon, 

en attendant les parents d'élèves 

 

CORONAVIRUS : 232 décès en Bourgogne-Franche-Comté, 229 personnes en réanimation

CORONAVIRUS ARS BFC2 - 1.jpg
12 morts de plus ces dernières 24h. 1,2 millions de masques ont été donnés aux hopitaux de la région.

CORONAVIRUS À L'HÔPITAL DE MÂCON – Alain Boissau : « La fermeture des frontières est un frein à l'approvisionnement »

ALAIN BOISSAU HOPITAL MACON COVID - 1.jpg
Le directeur par intérim de l'hôpital a fait le point sur la situation pour macon-infos. Les lits de réa vont augmenter dès jeudi. Les entrerpises continuent d'aider. Entretien.

TRIBUNAL DE MÂCON : La barbarie d'une mère sur sa fillette de moins de 2 ans...

TGI Mâcon.JPG
On aurait pu s'attendre à un procès aux Assises. Mais non, les juges en ont décidé autrement. Pourquoi ? « Car il y a eu un basculement... » explique maître Dominique Many, avocat du père, joint au téléphone. « La fillette était vue régulièrement par un médecin avant que sa mère ne s'acharne à la violenter à la suite d'un conflit conjugal. »

SAÔNE-ET-LOIRE - Covid-19 : La laboratoire d'analyse départemental Agrivalys capable de sortir des résultats en 4h !

Agrivalys 71 (30).JPG
André Accary, président du Conseil départemental, et Frédéric Brochot, vice-président en charge de l'Agriculture, président du laboratoire départemental, l'ont fait savoir ce jour par courrier à Olivier Veran, ministre de la Santé. Le laboratoire est capable d'effectuer 2000 analyses par jour.

TRIBUNAL DE MÂCON : De la violence conjugale au proxénétisme...

TGI Mâcon.JPG
L'affaire a été jugée ce lundi par le tribunal correctionnel de Mâcon. Elle mettait en cause deux prévenus, deux hommes de 34 et 60 ans. La victime avait d'abord porté plainte pour violences conjugales.

VIOLENCES INTRA-FAMILIALES : Les Femmes solidaires rappellent les gestes barrières

CPViolenceslesgestesbarrieres(1) (1).jpg
Face aux violences, mettons en place ce geste barrière...

SAÔNE-ET-LOIRE : L'UMIH 71 alerte élus et préfet pour « enrayer un désastre économique »

Le président Patrick Revoyre s'est adressé ce jour par mail aux parlementaires, conseillers départementaux, préfet et sous-préfets. En voici l'intégralité.

Coronavirus - Covid-19 : 43 décès en Saône-et-Loire ; 167 personnes sorties d'hospitalisation

7 personnes sont décédées en 24h dans les hôpitaux de Saône-et-Loire

HÔPITAL DE MÂCON - Covid-19 : Comment ça se passe pour les soignants.es ? Ce que rapporte Force Ouvrière

« Ce 27 mars 2020 se tenait une réunion d’étape entre la direction et les organisations syndicales représentatives au Centre Hospitalier de Mâcon », indique le syndicat FO, qui précise que « plus de 50 agents ont été contaminés, avec 2 hospitalisations ».

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ - Covid -19 : Des entreprises artisanales contribuent à la solidarité nationale

La Chambre des métiers et de l'artisnat recense les artisans en capacité de produire du matériel sanitaire

CORONAVIRUS À L'HÔPITAL DE MÂCON - Roland De Varax : « Nous assurons au mieux, avec de la débrouille »

ROLAND DEVARAX HOPITAL MACON - 1.jpg
Praticien hospitalier en réanimation médicale, chef du service de réanimation et président de la Commission Médicale d'Etablissement à l'hôpital de Mâcon, Roland De Varax a répondu à nos questions cet après-midi, au téléphone, sur la gestion de crise covid-19. Il exprime également sa colère vis-à-vis de l'Etat. Interview.

CORONAVIRUS : Une salve de remerciements de la part du comité A.M.i.71

AMI 71 collage.jpg
L'Association de défense des droits des Malades, Invalides et handicapés exprime, dans un communiqué, sa reconnaissance envers les professionnels.les qui travaillent en cette période historique d’épidémie.

MACON : Les Restos du cœur rouvrent leurs portes

restos du coeur Mâcon covid 19 (1).jpg
Rappelons qu'ils ont été cambriolés le 17 mars, au tout début du confinement.

CORONAVIRUS : La vague de l'épidémie progresse en Saône-et-Loire

28 personnes sont décédées en milieu hospitalier des suites du covid-19 ; 42 personnes sont sorties d'hospitalisation. L'hôpital de Mâcon est l'établissement qui accueille le plus de malade du coronavirus.

SAÔNE-ET-LOIRE : Les policiers municipaux peuvent aussi verbaliser

Des dérogations pour les marchés alimentaires sont accordées par le préfet. Azé, Igé, Leynes etc. sont concernés.

TRAVAUX PUBLICS EN BFC - Vincent Martin : « Je persiste à dire que les chantiers doivent rester strictement à l’arrêt »

TRAVAUX PUBLICS BFC.jpg
Le président de la FRTP Bourgogne Franche-Comté s'exprime sur les conditions de la reprise d'activité dans un communiqué.

EXPRESSION CITOYENNE - Sans-abris et coronavirus : « Pour ne pas les oublier, NON ! »

Plusieurs associations mâconnaises s'alarment des conditions de vie des personnes à la rue, Migrants et SDF. Elles lancent un cri d'alerte.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : La Région met en place la gratuité des TER pour les soignants...

et suspend les prélèvements pour tous les abonnés TER annuels.

CORONAVIRUS - Covid-19 : Les attestations de déplacements dérogatoires évoluent

NOUVELLES ATTESTATIONS.jpg
Elles entrent en vigueur dès aujourd'hui. Le document intègre la participation à une mission d'intérêt général et la convocation judiciaire ou administrative.