mardi 7 avril 2020
  • COVID 19 MBA vous informe MI_Plan de travail 1 (1).jpg

MISS lou ann 2020 3.JPG

La Charnaysienne est la nouvelle Miss Saône-et-Loire. Quelques heures après son élection, la jeune femme a repris son rythme métro, boulot et (un petit peu) dodo, en région parisienne où l’étudiante en management est actuellement en stage. Et après une journée de travail, elle a répondu à Mâcon-infos…

 

Quelle a été votre première pensée à l’annonce de votre élection ?

Directement à ma famille à mes amis qui étaient présents dans la salle. Je me suis dit qu’ils devaient vraiment être contents, ils s’étaient investis dans cette élection, ils m’ont beaucoup soutenue. Beaucoup avaient fait le déplacement à Paray et ils ne l’ont finalement pas fait pour rien. Au delà de ça, j’étais super contente d’avoir représenté mon département. C’est une chose que je voulais vraiment, je n’ai pas pleuré, mais j’avais un les larmes aux yeux. Je me suis vite reprise pour les photos !

 

Qu’est-ce qui vous a le plus impressionnée ?

Je savais qu’il y avait des personnes qui étaient là spécialement pour moi, mais je ne m’attendais pas à autant de soutien dans la salle. Quand je défilais sur scène, j’entendais les applaudissements et mon nom crié par pas mal de monde. J’ai été très surprise et ça m’a fait chaud au cœur. Mille personnes qui vous regardent, on ne s’en rend pas compte, mais c’est énorme ! J’ai fait pas mal de danse et de galas au Théâtre de Mâcon notamment, mais j’avais oublié cette sensation d’être autant regardée quand on est seule sur scène. Je vais devoir m’y habituer parce qu’en tant qu’ambassadrice de mon département, je vais faire quelques événements avec le comité Miss Bourgogne et aller à la rencontre de celles et ceux qui me soutiennent et des partenaires. Je vais devoir être très organisée pour pouvoir gérer la vie parisienne la semaine, et les retours en Bourgogne et en Saône-et-Loire le week-end, mais j’ai hâte de vivre ces moments là.  

 

Depuis samedi, on a plus souvent entendu parler de la petite sœur de Miss France, de la sœur de Marine que de Lou-Anne, comment vivez-vous cela ?

Pour être totalement sincère, c’est plutôt mes proches que ça peut déranger, moi pas du tout ! C’est ma sœur, c’est totalement humain de me comparer à elle. Même moi si je voyais qu’il y avait la petite sœur d’une miss France qui se présentait je dirais aussi « Oh, mais c’est la sœur de… » C’est quelque chose que je ne prends pas mal du tout. Et puis ça reste ma sœur. Si on parle d’elle, si on parle de moi, c’est top. J’ai eu cette peur de la comparaison avant de me présenter peut-être. C’est pour cela que j’hésitais à me présenter, mais à partir du moment où j’ai choisi de le faire, je savais dans quoi je m’engageais. Je me doutais de certains titres accrocheurs, mais j’ai vraiment accepté. Il le fallait avant de participer à cette élection, pour pas que ce soit un problème pour moi et que je le vive mal. Donc je m’y attendais, c’est ce qui se passe et ça ne me dérange pas.

 

Être miss, ce n’était pas un rêve de petite fille et pourtant vous y voilà. La prochaine étape, c’est l’élection de Miss Bourgogne le 3 octobre…

Je ne sais pas ce que ça va donner en octobre, mais je peux vous dire que je vais donner le meilleur de moi-même et c’est le public qui décidera ! Certes être miss, ce n’est pas du tout un rêve, mais ça peut devenir un objectif ! Quand je fais quelque chose, j’essaie toujours de le faire à fond. C’est mon caractère, je suis quelqu’un de très déterminée et de persévérante dans tout ce que j’entreprends.

 

En tant qu’ambassadrice de la Saône-et-Loire, il y a un endroit que vous appréciez particulièrement ?

Je dirais la Roche de Solutré. Quand j’étais plus jeune, j’allais très souvent y faire une petite marche, pour les randonnées en famille c’est super… et ça va faire plaisir à ma maman ! Après la Saône-et-Loire est un très beau département par ses paysages, sa belle culture, sa gastronomie, son espace viticole, sans oublier les gens qui sont très accessibles et j’ai hâte d’aller à leur rencontre.

 

Propos recueillis par Delphine Cresson

 

MISS lou ann 2020 2.JPG

Photos : F. Didden

MISS lou ann 2020 1.JPG

CORONAVIRUS À L'HÔPITAL DE MÂCON - Alain Boissau : « Nous ne sommes pas à l'abri d'un rebond »

HOPITAL MACON COVID 6AVRIL222 - 1.jpg
Cette phrase prononcée en conférence de presse par Alain Boissau, directeur par intérim de l'hôpital, résume toute la mobilisation des soignants, des médecins, des personnels administratifs et de la société civile, des entreprises notamment, mais pas seulement, pour faire face.

Coronavirus - Covid-19 : 65 décès en Saône-et-Loire depuis le 12 mars

CARTE COVID.jpg
Actualisé - C'est 2 de plus en 24h. Le point complet de la jounrée du 05 avril avec le communiqué de l'ARS. A voir aussi, les cartes qui permettent de comparer la situation en Saône-et-Loire par rapport au reste de la France.

CORONAVIRUS - Covid-19 : FO Services publics et de santé porte plainte contre X

Derrière le X, c'est l'Etat qui est visé bien sûr.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : Les 2 millions de masques commandés par la Région n'arriveront pas !

MASQUES BFC 5AVRIL.jpg
Ils ont été réquisitionnés par l'Etat. Un communiqué de la Région est tombé 22h14... Marie-Guite Dufay, sa présidente, demande à l'Etat «une répartition des masques plus équitables» et parle de «confiscation» !... Elle va saisir le ministre de la Santé.

CORONAVIRUS : 18 morts de plus en Bourgogne-Franche-Comté à l'hôpital, 31 personnes de plus sont rentrées chez elles

CORONAVIRUS ARS BFC2 - 1.jpg
Actualisé - L'ARS annonce dans son communiqué du jour 341 décès à l’hôpital depuis le 12 mars et 224 en établissements médico-sociaux depuis le 19 mars. C'est deux morts de moins ces dernières 24h en milieu hospitalier.

CORONAVIRUS - Covid-19 : Les Régions Grand-Est et BFC allient leur force pour commander 4 millions de masques

2 millions de masques devraient être livrés lundi pour la Bourgogne - Franche-Comté.

SAÔNE-ET-LOIRE - Covid-19 : La laboratoire d'analyse départemental Agrivalys capable de sortir des résultats en 4h !

Agrivalys 71 (30).JPG
André Accary, président du Conseil départemental, et Frédéric Brochot, vice-président en charge de l'Agriculture, président du laboratoire départemental, l'ont fait savoir ce jour par courrier à Olivier Veran, ministre de la Santé. Le laboratoire est capable d'effectuer 2000 analyses par jour. ACTUALISÉ : Le ministre a donné son feu vert.

CONCOURS : Écrivez une Nouvelle en ces temps de confinement

Le 17 janvier avait eu lieu le lancement, par le Village du Livre de Cuisery, de la 15ème édition de son concours de Nouvelles sur le thème :

SAÔNE-ET-LOIRE : Grossesse et accouchement, les sages-femmes vous disent comment ça se passe pendant la crise sanitaire

ACCOUCHEMENT.jpg
De nouvelles dispositions entrent en vigueur dans le cadre de l'épidémie de covid 19 par un nouveau décret paru le 31 mars. Le conseil de l'Ordre des sages-femmes de Saône-et-Loire détaille également les recommandations du Collège des gynécologues obstétriciens de France.

CORONAVIRUS À L'HÔPITAL DE MÂCON – Alain Boissau : « La fermeture des frontières est un frein à l'approvisionnement »

ALAIN BOISSAU HOPITAL MACON COVID - 1.jpg
Le directeur par intérim de l'hôpital a fait le point sur la situation pour macon-infos. Les lits de réa vont augmenter dès jeudi. Les entrerpises continuent d'aider. Entretien.

TRIBUNAL DE MÂCON : La barbarie d'une mère sur sa fillette de moins de 2 ans...

TGI Mâcon.JPG
On aurait pu s'attendre à un procès aux Assises. Mais non, les juges en ont décidé autrement. Pourquoi ? « Car il y a eu un basculement... » explique maître Dominique Many, avocat du père, joint au téléphone. « La fillette était vue régulièrement par un médecin avant que sa mère ne s'acharne à la violenter à la suite d'un conflit conjugal. »

TRIBUNAL DE MÂCON : De la violence conjugale au proxénétisme...

TGI Mâcon.JPG
L'affaire a été jugée ce lundi par le tribunal correctionnel de Mâcon. Elle mettait en cause deux prévenus, deux hommes de 34 et 60 ans. La victime avait d'abord porté plainte pour violences conjugales.

VIOLENCES INTRA-FAMILIALES : Les Femmes solidaires rappellent les gestes barrières

CPViolenceslesgestesbarrieres(1) (1).jpg
Face aux violences, mettons en place ce geste barrière...

SAÔNE-ET-LOIRE : L'UMIH 71 alerte élus et préfet pour « enrayer un désastre économique »

Le président Patrick Revoyre s'est adressé ce jour par mail aux parlementaires, conseillers départementaux, préfet et sous-préfets. En voici l'intégralité.

HÔPITAL DE MÂCON - Covid-19 : Comment ça se passe pour les soignants.es ? Ce que rapporte Force Ouvrière

« Ce 27 mars 2020 se tenait une réunion d’étape entre la direction et les organisations syndicales représentatives au Centre Hospitalier de Mâcon », indique le syndicat FO, qui précise que « plus de 50 agents ont été contaminés, avec 2 hospitalisations ».

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ - Covid -19 : Des entreprises artisanales contribuent à la solidarité nationale

La Chambre des métiers et de l'artisnat recense les artisans en capacité de produire du matériel sanitaire