jeudi 4 juin 2020
  • TREMA MACON NOUVELLES REGLES (2).jpg
  • MUSEE URSULINES MACON REOUVERTURE.jpg
  • CREMANTS VIGNERONS IGE MAIJUIN20202 - 1.jpg

MACON municipales JPC 9.JPG

Jean-Patrick Courtois et ses colistiers étaient à la salle du Pavillon mercredi pour la dernière réunion publique de leur liste « Mâcon, la ville aimée ». Devant près de 200 personnes, le maire sortant a dressé avec fierté le bilan des actions réalisées depuis 2001 et présenté son nouveau contrat pour Mâcon.

 

« Ne nous arrêtons pas en si bon chemin… » En quelques mots, Jean-Patrick Courtois assume avec fierté son bilan depuis 2001 et affiche sa volonté de « porter Mâcon encore plus haut et encore plus loin » pour les six prochaines années vers de nouveaux horizons et de nouveaux challenges.

S’il n’a pas réussi dans tous les domaines, il le conçoit lui-même, « tout ce que j’ai fait l’a été avec le cœur, avec détermination et avec amour pour ma ville, pour notre ville ».  Et c’est cette amour de Mâcon et de la circonscription qui a aussi amené le maire Jean-Patrick Courtois et le député Benjamin Dirx à s’unir sur une même liste.

« Plus qu’un mariage, c’est une évidence !, annonce Benjamin Dirx qui a pris le premier la parole lors de cette réunion, après qu’Émilie Clerc a présenté un à un les colistiers. Nous nous sommes très vite retrouvés autour de notre amour de Mâcon, de notre circonscription avec l’envie de faire adhérer le maximum de personnes autour d’un projet pour l’ensemble de Mâcon et pas une partie seulement. »

MACON municipales JPC 1.JPG

Depuis deux ans et demi, nous avons menés nombre de projets menés en commun (la cité judiciaire, la RCEA, la licence professionnelle de la ville et du vin…) et ce travail en commun nous allons le continuer. Nous avons fait le choix d’avancer et de construire ensemble. Mâcon est une ville d’accord, pas de désaccord, une ville d’accolades, pas d’empoignades, une ville unifiée pas divisée.

 

Fort de son bilan depuis 2001 totalement assumé et du chemin parcouru « grâce à une bonne gestion financière (300 millions d’euros d’investissements, baisse de 30 % de l’endettement), un quasi plein emploi sur le bassin de vie avec 6,4 % de taux de chômage, le Mâconnais dispose d’un des plus faible taux de la Saône-et-Loire et de la région), avec plus de 3 700 entreprises privées employant plus de 26 000 personnes et la créations ces derniers mois de 1 000 emplois avec la maroquinerie Thomas, Kineti, Le Bon Coin, Itron qui s’agrandit, Ubi Transport… Et nous sommes en négociation très avancée avec une entreprise du secteur agro-alimentaire qui arriverait avec 150 emplois. Ainsi qu’à une bonne dynamique démographique. », le maire sortant veut aujourd’hui continuer à faire rayonner Mâcon.

Quatre grandes directions, quatre grandes orientations prioritaires sont mises en avant par Mâcon la ville aimée : la qualité du cadre de vie, la proximité et la cohésions sociale, la sécurité et la tranquillité, le développement économique, l’emploi et l’attractivité.

Sur la qualité du cadre de vie, outre le plan de végétalisation de la ville, la création d’un centre de collecte et de valorisation, l’installation de parc de production d’électricité photovoltaïque à la Grisière, un schéma de déplacements doux en lien avec les associations, le dossier phare présenté par la liste est la conversion à l’hydrogène du parcs roulant (véhicules de collecte des ordures ménagères, véhicules légers, transport en commun, véhicules d’entreprise) avec la station de production d’hydrogène.

En ce qui concerne la proximité et la cohésion sociale, outre le nouvel éclairage public, de déploiement su réseau de chauffage urbain avec de nouvelles connexions, les aides aux associations qui ne baisseront pas, la création d’une maison médicale à l’îlot des Minimes, l’accessibilité de la gare de Mâcon est un des gros dossiers, « un dossier sur lequel je me bats et bientôt nous aurons une nouvelle réunion avec le directeur régional pour faire avancer ce dossier. Aujourd’hui, deux solutions s’offrent à nous : une passerelle ou des ascenseurs dans les couloirs d’accès aux quais. La SCNCF veut une passerelle, moi je veux surtout qu’elle s’engage le plus vite possible on ne peut pas attendre 2024 pour que l’étude soit faite.

MACON municipales JPC 7.JPG

Si on rentre demain dans le pôle métropolitain lyonnais, on aura plus de poids dans ce domaine des transports. Il ne s’agit pas de perdre notre identité comme j’ai pu l’entendre, mais de participer à un pôle qui a un poids considérable.

 

La sécurité et la tranquillité vont passer par le déploiement de la vidéosurveillance à toutes les écoles, les points de collecte des ordures ménagères, le renforcement des effectifs de la police municipale, l’extension du commissariat de police. « Il faut savoir que grâce à la vidéosurveillance, certaines incivilités sont punies. Après les week-end de mariage et les comportements dangereux qui découlent des manifestations, les gens sont verbalisés dès le lundi matin, et les procès-verbaux sont transmis au procureur de la République. »

Sur le développement économique, l’emploi et l’attractivité, Jean-Patrick Courtois est revenu sur le projet Saône digitale, l’autoroute ferroviaire et la plateforme multimodale, la revitalisation du centre ville et l’opération Cœur de vie, cœur de ville avec des implantations de commerces, des projets culturels et la restauration de l’habitat.

Après avoir présenté ces grandes orientations, et tout comme l’avait fait Benjamin Dirx dans sa prise de parole, Jean-Patrick Courtois a appelé au vote pour ces échéances municipales. Nous avons besoin de la plus complète mobilisation. Il faut voter car toute abstention favorise nos adversaires et notamment l’extrême gauche. Nous devons continuer la route que nous avons ouverte.

D. C.

 

MACON municipales JPC 2.JPG

MACON municipales JPC 6.JPG

MACON municipales JPC 3.JPG

MACON municipales JPC 4.JPG

MACON municipales JPC 8.JPG

MACON municipales JPC 11.JPG

MACON municipales JPC 12.JPG

MACON municipales JPC 14.JPG

MACON municipales JPC 16.JPG

MACON municipales JPC 17.JPG

André Accary : "Confions aux Départements la gestion unique et entière des Ehpad, et supprimons les ARS"

ACCARY ANDRE ARS.jpg
Le Président du conseil départemental de Saône-et-Loire s'exprime dans une tribune à l'occasion du Ségur de la Santé.

POLITIQUE : Jérôme Durain pose au Gouvernement la question de la responsabilité des élus locaux

Le Sénateur de Saône-et-Loire estime que « L'Etat qui décide de tout ne peut pas reporter sa responsabilité sur les élus locaux »

EXPRESSION POLITIQUE : « Les masques, où est la vérité ? » demande instamment Marie Mercier

La sénatrice de Saône-et-Loire fait part de la consternation, voire du dégoût des professions médicales et para-médicales...

Covid-19 : Les nouveaux élus de gauche au Conseil municipal de Mâcon veulent être impliqués

Dans une lettre adressée au maire, ils formulent quelques propositions et demande un effot de transparence.

Le sénateur Jérôme Durain demande au gouvernement des consignes claires concernant la gestion des masques

Lors de la séance de questions au gouvernement ce mercredi, le sénateur PS de Saône-et-Loire et conseiller régional de Bourgogne-Franche-Comté a évoqué la réquisition par l'Etat des masques commandés par la Région.

EXPRESSION POLITIQUE : L’URDC demande plus d'«ambition» pour sauvegarder les entreprises

Présidant le groupe d'opposition URDC au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, François Sauvadet salue les mesures d’urgence prises par la majorité face à la crise sanitaire, tout en proposant d'ajouter des aides directes pour sauvegarder les entreprises et les emplois.

EXPRESSION POLITIQUE : Julien Odoul regrette « un rendez-vous en catimini »...

et appelle à l'union régionale autour des soignants et de la Bourgogne Franche-Comté. Le président du groupe Rassemblement national au conseil régional s'exprime dans un long communiqué avant l'assemblée de ce vendredi.

Toni Spinazze (CAPEB 71) : "La vie d’un artisan ou d’un ouvrier du BTP vaudrait-elle moins que celle de n’importe quel autre citoyen ?"

Il n'y pas que les médecins et le personnel soignant qui soient scandalisés par les manquements du Gouvernement... Après celle de Pierre Bost, patron de Alpes Bourgogne Constructions, la charge du président de la CAPEB 71 contre Muriel Pénicaud dans une lettre ouverte.