vendredi 23 avril 2021

S’il est d’usage pour tous les candidats de s’exprimer après l’annonce des résultats d’un scrutin, un temps de réserve s’est naturellement imposé à nous.

Un temps de réserve et de pudeur au regard des conséquences sanitaires engendrées par l’épidémie.

Nous pensons d’ailleurs au dévouement sans faille des personnels soignants et nous leur adressons notre plus profond respect. Nous pensons également à ceux qui souffrent de la maladie et à leurs proches. À ceux qui sont seuls, isolés dans cette épreuve.

À l’issue de cette crise sans précédent, il nous faudra imaginer ensemble et à l’échelle de notre commune, des solutions à apporter face à de tels évènements pour ne laisser personne au bord du chemin.

En attendant, face à cette crise inédite, les conséquences électorales sont encore floues et il n’est pas question d’alimenter les rumeurs et les fausses informations qui n’ont cesse de circuler à propos du second tour.

Pour l’heure, les électeurs de Charnay nous ont largement placés en tête et nous les remercions de leur confiance, mais aussi de leur courage à remplir leur devoir civique. Mais le contexte était alors différent, puisque nous ne parlions pas encore de confinement. Nous voyons dans ce vote l’expression de la volonté des charnaysiens de se tourner vers l’avenir. De confier leur commune à une équipe municipale renouvelée, expérimentée, dynamique, à l’écoute, et avant tout profondément attachée à Charnay.

Pour autant, nous sommes soulagés des mesures prises par le gouvernement pour la sécurité de tous et nous nous refusons à faire campagne durant toute la durée du confinement.

En temps voulu, lorsque nous aurons vaincu cette crise sanitaire, lorsque nous serons tous en sécurité, nous saurons nous montrer à la hauteur. Nous ne décevrons pas nos concitoyens qui croient en notre projet et qui nous font confiance.

Tout est affaire de priorité. Et celle d’aujourd’hui n’est plus à démontrer. Soyons disciplinés, responsables et solidaires.

Il y a le temps de la campagne, et il y a le temps de l’union nationale.

Christine Robin

Tous pour Charnay

POLITIQUE : Stéphane Guiguet (PS) démissionne de son mandat de vice-président du Conseil régional

Mâcon Infos - Le Web Journal du Mâconnais - LYCÉES : Stéphane Guiguet  annonce « plus d'isolation thermique et plus de photovoltaïque »
Le Mâconnais, actuel vice-président en charge des lycées et de l'apprentissage, claque la porte, dénonçant « des pratiques d'un autre âge » quant à l'élaboration de la liste conduite par Marie-Guite Dufay. Un véritable pavé dans la marre...

RÉGIONALES EN BOURGOGNE-FRANCHE COMTÉ : 3 noms dévoilés sur la liste conduite par Julien Odoul (RN)

Julien Odoul a présenté ce matin en conférence de presse, à Mâcon, les 3 premiers noms qui figurent sur sa liste. 

Les annonces d’Emmanuel Macron sur la sécurité, «un plan de communication destiné à cacher un échec sans précédent»

Membre de l'Avenir Français et colistier de Julien Odoul (Rassemblement National), Olivier Damien, ancien commissaire divisionnaire de police, analyse les annonces d'effectifs supplémentaires de police en Bourgogne-Franche-Comté faites par le président de la République.

MÂCON : La Coordination StopLoiSécuritéGlobale alerte encore et toujours sur la loi, qui vient d'être votée

Les représentants des organisations membres de la Coordination Mâconnaise StopLoiSécuritéGlobale ont tenu une conférence de presse ce mardi après-midi au kiosque de l'Esplanade Lamartine. Ils dénoncent de potentielles dérives autoritaires. 

AGRICULTURE : Marie-Guite Dufay défend «une PAC ambitieuse et vertueuse»

« La Bourgogne-Franche-Comté est la région la plus rurale de France. Nous avons des zones en grandes difficultés qui n’ont jamais été prises en considération. Cet état de fait doit changer, pour que la PAC puisse répondre aux grands défis agricoles », déclare la présidente du Conseil régional.

SAÔNE-ET-LOIRE - Politique : Olivier Damien, coordonateur départemental de l'Avenir Français

AVENIR FRANCAIS 71.jpg
Aujourd'hui à Paris, en présence de Marine Le Pen, il est procédé au lancement d'un nouveau parti gaulliste « L'Avenir Français ». Il rassemble des dissidents de Debout la France et entend être présent aux prochaines élections régionales et départementales.