vendredi 5 juin 2020
  • TREMA MACON NOUVELLES REGLES (2).jpg
  • MUSEE URSULINES MACON REOUVERTURE.jpg
  • CREMANTS VIGNERONS IGE MAIJUIN20202 - 1.jpg

COVID ECONOMIE BFC.jpg

« Il faudra sans doute plus encore pour la relance, qu'il faut d'ores et déjà prévoir » indiquait Marie-Guite Dufay, présidente de Région, hier soir en visio-conférence de presse. Revue de détail des programmées.

Une conférence de presse qui se déroulait en visio et en présence de Michel Neugnot, 1er vice-président, Bernard Streit, président de l'association Place financière Bourgogne-Franche-Comté, et Charles-Edouard Baltoglu, directeur régional de la Banque Publique d'investissement (BPI).

 

Les 68 millions seront répartis en 21 millions en fonctionnement, et 47 millions en investissements, qui iront donc directement dans le soutien aux entreprises et associations. Pour ces dernières, la présidente a indiqué un plan à trois étages qui se décomposera ainsi : les subventions maintenues ; un financement des outils économiques, par l'intermédiaire de France active notamment ; et un fond de secours élaboré en partenariat avec la Banque des Territoires.

Marie-Guite Dufay a salué « la solidarité qui se manifeste partout » et insisté pour que les entreprises « changent de paradigme », à savoir qu'« elles doivent trouver un soutien de leur banque comme jamais. »

« C'est une crise qui va bien au-delà de celle de 2008 » ont indiqué Bernard Streit et Charles-Edouard Baltoglu, tout en saluant la rapidité des décisions qui ont déjà été prises. « Le prêt rebond a déjà été mis en place et nous avons déjà les premières demandes, qui représentent 6 millions d'€. »

Un « fond territorial » de 10 millions d'€ devrait également voir le jour, abondé par la Région et les EPCI (métropole, communauté d'agglomération...), et pour lequel consultation et concertation vont être conduites par la présidente dès la semaine prochaine. Ce fond territorial s'adresserait aux entreprises qui n'ont pas de salariés, hors micro-entrepreneurs.

A noter que si des artisans employant uniquement un apprenti se retrouvaient exclus du fonds national, ils seraient alors pris en charge par le fond territorial.

Concernant l'agriculture, rien n'est prévu à ce jour, « mais on y travaille » a assuré la présidente. « La filière lait commence à être destructurée. Sachez que de nombreuses plates-formes numériques vont être mises en place pour la vente des productions locales. »

Bien que du ressort de l'Etat, le report des charges a été évoqué par la présidente, qui a appelé de ses vœux une annulation pure et simple. « La question va évidemment se poser pour beaucoup d'entreprises, de commerçants, d'artisans qui ont dû tout simplement fermer le rideau. Il faudra que l'Etat réponde présent. »

Marie-Guite Dufay a conclu en rappelant qu'au delà de l'aide d'urgence, « il faudra aussi aider les entreprises au moment de la reprise », espérant une fin de confinement et une reprise d'activité vers le 15 mai.

D'ici là, la prochaine assemblée plénière est fixée au 24 avril, lors de laquelle la présidente fera un compte-rendu de son action et fera voter les aides aux entreprises. Si le confinement n'est pas levé, la session aura lieu en visio-conférence. Les services de la Région travaillent à une solution technique permettant d'accueillir les connexions de plus de cent personnes.

Rodolphe Bretin

 


 

Covid-19

1ères mesures régionales d’urgence

pour faire face à l’épidémie

 
Participation au fonds de solidarité national à destination des entreprises

Ce fonds de solidarité nationale vise à apporter des ressources aux très petites entreprises, indépendants  et micro-entrepreneurs dès lors qu’ils ont été obligés de cesser leur activité ou qu’ils ont subi une lourde perte de chiffre d’affaires à cause du confinement (plus de 50% de perte). La Région Bourgogne-Franche-Comté a décidé de s’associer à ce fonds : sa contribution s’élève à 8,5 millions d’euros.
Un fonds de solidarité territorial apportera 1. 500 euros aux entreprises non bénéficiaires du fonds  de solidarité national ayant perdu au moins 50% de leur chiffre d’affaires et qui ne sont pas soutenues par leur banque. Un budget de 10 millions d’euros est réservé.

Création d’un fonds de solidarité territorial

Un fonds de solidarité territorial est également créé pour soutenir les entrepreneurs et indépendants qui ne sont pas éligibles au fonds de solidarité nationale. Ce fonds de solidarité territorial apporterait 1.500 euros aux entreprises non bénéficiaires du fonds de solidarité nationale, ayant perdu au moins 50 % de leur chiffre d’affaires et qui ne sont pas soutenues par leur banque.

Création d’un fonds d’urgence pour les professionnel du tourisme et de l’événementiel

Prenant en compte la spécificité de ces secteurs économiques, liée à leur fragilité et à leur dépendance au contexte et à la saisonnalité, la Région a créé un fonds d’urgence permettant, en  plus des dispositifs déjà mis en place par l’État, Bpifrance et la Région, d’apporter une aide  complémentaire :
• aide aux entreprises de l’évènementiel : 2,5 millions d’euros
• aide aux hébergements touristiques : 2,5 millions d’euros.
Ce fonds permettra aussi de soutenir la trésorerie des entreprises du tourisme par une aide forfaitaire de 5.000 euros.

Un «prêt Rebond» pour soutenir les entreprises

En partenariat avec Bpifrance, la Région lance un prêt de soutien à la trésorerie pour les PME et TPE ayant plus d'un an d'activité. D'un montant de 10.000 à 20.000 euros (plafonné par les fonds propres de l'entreprise), il s'agit d'un prêt à taux zéro d'une durée de sept ans avec un différé de remboursement de deux ans. Il est accordé sans prise de garantie sur les actifs de l'entreprise ou le patrimoine du dirigeant.
La dotation de la Région de 4,5 millions d’euros permettra d’injecter directement et durablement  23,85 millions d’euros dans la trésorerie des entreprises. La Région prend également en charge les frais bancaires.
Cette mesure pourra être abondée avec des fonds FEDER pour 10 millions d’euros si la possibilité  en est confirmée par la Commission européenne, démultipliant ainsi l’effet levier induit, pour conduire à plus de 75 millions d’euros de prêts sans intérêts.
Ce dispositif mis en place conjointement par la Région et Bpifrance est une mesure complémentaire aux Prêts Garantie par l’Etat (PGE) accordés par les banques.

Création d’une «task force» État-Région

Une «force d'intervention» réunissant la Région, les services de l’État ainsi que les principaux acteurs économiques régionaux (Direccte, BpiFrance, CCIR, URSAFF, CMAR...) s’est créée  afin d’organiser le dialogue et de mettre en œuvre conjointement les mesures nécessaires à la réponse aux impacts économiques du covid-19.

Mise en place d'un suivi régional pour la filière agricole

En Bourgogne-Franche-Comté, des cellules départementales de suivi de la crise au plan agricole ont été rapidement mises en place à l’initiative de l’Etat. Celles-ci font remonter les informations utiles à une cellule régionale qui associe la profession, la Région et les services de l’Etat concernés. Cette instance a été installée le 26 mars dernier. Un diagnostic filière par filière a été fait conjointement  avec la DRAAF et la chambre régionale d’agriculture.

Plan de soutien aux associations

Deux mesures de soutien aux acteurs associatifs sont également mises en place dans ce contexte de  crise sanitaire, pour une enveloppe de 5,6 millions d’euros. Ces mesures viennent s’ajouter aux  aides économiques et au maintien des aides en fonctionnement aux structures, notamment aux structures culturelles et sportives.
Ces aides sont à la fois d’ordre économiques (contrat d’apport associatif et fonds de garantie), pour  2,8 millions d’euros, et spécifiques avec la mise en place d’un fonds d’urgence, pour 2,8 millions d’euros également.
Par ailleurs, la Région met en place des mesures de sécurisation de la subvention pour tous les bénéficiaires des politiques régionales, avec :
- la simplification des demandes de solde pour les subventions déjà accordées,
- le maintien intégral des aides au fonctionnement prévues en 2020,
-  le maintien de l’attribution de subventions pour les manifestations qui seront reportées au second semestre 2020.

Aides exceptionnelles versées aux élèves infirmiers, kinésithérapeutes, aides-soignants et ambulanciers en stage

Soucieuse de revaloriser leurs indemnités de stage, la Région a décidé de leur attribuer une aide exceptionnelle allant jusqu’à 1.200 euros par mois complet de stage, et à 300 euros par semaine, soit 35 heures de travail, si la durée du stage est inférieure à un mois.
Ce sont près de 3.580 étudiants et élèves qui pourraient potentiellement bénéficier de cette aide  exceptionnelle, qui sera valable pour l’ensemble de la période d’urgence sanitaire.

Trois millions d’euros pour l’achat de masques

Afin de contribuer à la lutte contre la propagation du covid-19, la Région a commandé quatre millions de masques, destinés en premier lieu à la protection des soignants. Ils doivent venir en complément de ceux alloués par l’Agence régionale de santé.

Fonds européens : 20 millions d’euros d’aide d’urgence  

La Région mobilise une enveloppe globale de 20 millions d’euros de fonds européens dont 10 millions d’euros sur les infrastructures, équipements et investissements dans les systèmes de santé pour faire face à la crise sanitaire et 10 millions d’euros sur le soutien aux besoins en fonds de roulement des PME, fortement impactées.

 


MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMERATION : Trois nouveaux dispositifs d'aide aux commerçants et artisans, et un appel à la consommation

COURTOIS ROBIN MBA - 2.jpg
Jean-Patrick Courtois, président de MBA, et Christine Robin, vice-présidente en charge de l'Economie, ont présenté ce matin en conférence de presse les trois nouveaux dispositifs d'aide financière en cours de création à destination des commerçants de centres villes et de centres bourgs.

Déconfinement : l’enquête CPME auprès de 3000 entreprises fait clairement apparaitre les difficultés de la reprise d’activité

Dans une entreprise sur deux (52%), l’ensemble des salariés a réintégré physiquement l’entreprise tandis que 41% maintiennent encore une partie, ou la totalité, de leurs effectifs en chômage partiel.

AUTOMOBILE - Marie-Guite Dufay : « Un plan de relance qui concilie compétitivité, transition écologique et souveraineté industrielle de la filière »

Le site de Sochaux est directement concerné, la Région Bourgogne - Franche-Comté y a investi plus de 7 millions d'€.

MÂCON-CHARNAY : L'Entretien surmonte la crise en investissant

LENTRETIEN CHARNAY 1905 - 7.jpg
Voilà une entreprise qui intervient dans un domaine incontournable : la propreté.

DÉCONFINEMENT : Le MEDEF, la CFDT et la CFTC main dans la main pour la reprise

Les trois organisations ont signé une déclaration commune

MÂCON - Marché de la place Gardon : Le charcutier se porte bien, c'est plus dur pour les autres

MARCHE PLACE GARDON 2304 - 3.jpg
Comme ailleurs dans le Mâconnais, excepté à Cluny, les marchés ont été ré-ouverts ces quinze derniers jours. Ce matin place Gardon, trois artisans-commerçants étaient présents.

ECONOMIE : "Réfléchir dès à présent aux possibilités de proroger les aides" souhaite la CPME71

L'organisation patronale régit à l'allocuation du président de la République hier soir.

SAÔNE-ET-LOIRE : + de 4 700 dossiers d’activité partielle déposés par des entreprises

71 ECO.png
Des demandes qui représentent 18 millions d'heures d'indemnisation, soit l'équivalent de 18 années d'indemnisation « habituelle » en Saône-et-Loire ! indique ce soir un communiqué de la préfecture.

ECONOMIE - Michel Suchaut : «Il va falloir aider au redémarrage, notamment des commerces»

SUCHAU CCI71 ITW COVID.jpg
Commerces, bâtiment, CGT, avenir du siège de la CCI de Mâcon, le président de la CCI 71 revient sur la crise du covid-19 dans une lognue interview.

MÂCON : Ubitransport maintient 50 postes à recruter en 2020

Capture d’écran 2019-11-10 à 15.11.56.png
L'entreprise Mâconnaise, spécialiste de la billettique numérique, ne connait pas la crise. Pas de chômage partiel ; elle vient de de créer un département Ressources humaines...

BOURGOGNE – FRANCHE-COMTÉ : 68 millions d'€ d'aide d'urgence de la Région pour l'économie

COVID ECONOMIE BFC.jpg
« Il faudra sans doute plus encore pour la relance, qu'il faut d'ores et déjà prévoir » indiquait Marie-Guite Dufay, présidente de Région, hier soir en visio-conférence de presse. Revue de détail des programmées.

ECONOMIE : « Fond de solidarité, le Gouvernement a entendu nos demandes ! »

L’accès au fond de solidarité est possible dès 50% de perte de chiffre d'affaires.

BÂTIMENT : Vers une reprise rapide de l'activité ?

CHANTIER BATIMENT COVID19.jpg
Rien n'est moins sûr. La Fédération nationale des salariés de la construction, du bois et de l'ameublement-CGT a émis des réserves quant au guide de reprise rédigé par l'organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics (OPPBTP). A lire aussi, les points de vue d'un salarié d'OXXO, représentant syndical, et d'un chef d'entreprise à Mâcon.

ECONOMIE : La CPME Bourgogne-Franche-Comté enquête sur l'impact du Covid-19 sur les entreprises

L'organisation patronale vous propose de répondre à quelques questions.

SAÔNE-ET-LOIRE : Le président André Accary acte deux mesures en faveur des entrepreneurs du bâtiment

Alerté par la Fédération française du bâtiment et des travaux publics (FRTP) et le syndicat patronal de l’artisanat du bâtiment (CAPEB) quant à leurs inquiétudes relatives aux conditions de travail des salariés sur les chantiers et les impacts de l’épidémie de Coronavirus Covid-19, le président du Département prend deux mesures ce jour.

EXPRESSION POLITIQUE - Covid-19 : le chômage partiel sans coût résiduel, un impératif déclare la CPME 71

L'organisation patronale redoute une désorganisation du fonctionnement des entreprises

ECONOMIE : Oxxo (Cluny) investit 4 millions d'€ pour la production de menuiseries en aluminium

OXXO CLUNY 2020 MENUISERIES PVC ALU ACCUEIL2 - 1.jpg
Le fleuron du bâtiment en Saône-et-Loire va également bénéficier du soutien du Département avec l'aménagement d'une déviation. Les détails de ces investissements exceptionnels avec macon-infos.

VINZELLES – Cave des Grands Crus Blancs : Une prochaine certification Haute valeur environnementale, et un 1er cru Poully-Fuissé

CAVE GRANDS CRUS BLANCS AG2020 - 4.jpg
Sur le champ des batailles actuelles (zones de non traitement, taxes américaines, dérèglement climatique), il est encore quelques bonnes nouvelles qui donnent du baume aux cœur aux viticulteurs coopérateurs. C'est le cas pour les vignerons de la Cave des Grands Crus Blancs, à Vinzelles, qui tenait son assemblée générale mardi dernier.