lundi 30 novembre 2020
  • BFC_Macon_Infos_280x410px-2.jpg
  • CONCIERGERIE MACON2111.jpg
  • BVNOVEMBRE.png
  • VO PEUGEOT NOMBLOT NOV2020 - 1.jpg

L’Union Régionale des Professionnels de Santé Médecin Libéral en Bourgogne Franche-Comté rappelle qu'il ne faut pas renoncer au soin quand son état justifie un suivi régulier.

Dans le contexte de l’épidémie COVID-19, les médecins libéraux observent une baisse majeure de leur activité estimée jusqu’à 40% pour les généralistes, 70% pour les spécialistes concernant notamment les patients dont l’état de santé justifie un suivi régulier : diabète, asthme, affection cardiaque, rénale, neurologique... mais aussi le suivi de grossesse ou le respect du calendrier vaccinal chez l’enfant.

Cette baisse de fréquentation des cabinets semble reposer à la fois sur la crainte de « déranger » des médecins qui seraient débordés et pleinement absorbés par l’épidémie, d’être contaminé en se rendant dans un cabinet médical, ou d’être verbalisé au prétexte d’un motif de consultation jugé « pas assez urgent ».

L’Union Régionale des Professionnels de Santé Médecin Libéral en Bourgogne Franche-Comté, en partenariat avec l’Assurance Maladie, l’Agence Régionale de Santé et France Assos Santé, rappellent la nécessaire vigilance à apporter à sa santé.

Les médecins libéraux ont adapté leur organisation afin de vous protéger au mieux ! En cas de doute, appelez votre médecin, il pourra :

  • Vous proposer une téléconsultation ;
  • Vous recevoir selon des modalités horaires et dans des conditions permettant de réduire au maximum le risque de contamination ;
  • Vous conseiller par téléphone.

 

En cette période d’épidémie, l’ensemble des médecins libéraux se sont organisés pour maintenir une offre de soins dans des conditions de sécurité optimale.


RENONCER, C’EST PRENDRE LE RISQUE D’UN RETARD DE DIAGNOSTIC?ET DE PRISE EN CHARGE
RENONCER C’EST PRENDRE LE RISQUE D’UNE PERTE DE CHANCE
ALORS AU MOINDRE DOUTE, N’HÉSITEZ PAS :
APPELEZ VOS MÉDECINS HABITUELS, ILS SAURONT VOUS CONSEILLER
ET VOUS ACCOMPAGNER !
 
 

ATTRACTIVITÉ : Les villes de Bourgogne-Franche-Comté ont des aires de petite taille et sont peu dynamiques démographiquement

BFC attractivite.jpg
Entre 2007 et 2017, la population est pratiquement stable dans les aires d’attraction des villes de la région comme l'indique l'INSEE. La Bourgogne-Franche-Comté ne comporte pas de très grandes aires urbaines qui sont souvent des moteurs démographiques.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : +12,40% de décès entre le 1er septembre et le 09 novembre

La Saône-et-Loire est le département qui enregistre la plus forte progression des décès par rapport à 2019. L'INSEE précise qu'il s'agit de décès toutes causes confondues et pas seulement liés au covid.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : Olivier Véran annonce 31 millions d'€ pour « le quotidien des soignants »

Les concertations régionales du Ségur de la Santé avaient été lancées le 29 mai à Dijon. Ce samedi 14 novembre, le ministre annonce des enveloppes pour les investissements du quotidien des établissements de santé et la réduction des inégalités de santé en Bourgogne-Franche-Comté.

COVID EN BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : Une indemnité exceptionnelle aux étudiants infirmiers

Les étudiants.es en soins infirmiers mobilisés.es pour faire face à l’épidémie dans le cadre de leurs stages vont recevoir une indemnisation exceptionnelle de l’ARS et du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté. Elle s'élève à 244€/semaine.

COVID-19 EN BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : La deuxième vague continue de toucher très fortement les hôpitaux de la région

Capture d’écran 2019-12-08 à 02.15.42.png
« Le début de ralentissement des contaminations par le virus observé à l’échelle de la région ne se ressent pas encore sur le système hospitalier » indique le communiqué du jour de l'ARS. Dans la région, 130 patients en moyenne par jour sont hospitalisées pour covid.

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ : Marie-Guite Dufay annonce une aide supplémentaire de 7,3 M€ aux TPE et de 2 M€ aux élèves infirmiers

15950_1_full.jpg
Si l’assemblée plénière, initialement prévue ce vendredi 13 novembre, est reportée au lundi 16 novembre (lire ici), la présidente de la Région a tenu à présenter en préambule les différentes mesures pour faire face à la crise ce jeudi matin.

ACADÉMIE DE DIJON : Une grève bien peu suivie

Actualisé : le taux de grévistes en Saône-et-Loire, dans le 1er degré

ACADÉMIE DE DIJON : Le choix du pré-avis de grève à partir du 10 novembre pour le SGEN-CFDT

Le syndicat enseignant demande la suspension immédiate du jour de carence

COVID-19 : Plus de 2 000 décès depuis le début de l'épidémie en Bourgogne - Franche-Comté

Capture d’écran 2019-05-17 à 22.59.02.png
« La deuxième vague touche très fortement les hôpitaux de la région » indique le communiqué de l'ARS. Tous les chiffres de l'agence de Bourgogne-Franche-Comté.

ACADÉMIE DE DIJON : Quelques incidents lors de l'hommage à Samuel Paty

Côté covid, le rectorat a recensé peu de contaminations en milieu scolaire, aussi bien chez les élèves que chez les enseignants. À voir aussi, les chiffres en Saône-et-Loire.

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ : « Les artisans tiendront si vous les soutenez ! »

Tribune des Présidents de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Région Bourgogne Franche-Comté :

COVID-19 - Pierre Pribile, directeur de l’ARS BFC : « Un scénario catastrophe à éviter »

PRIBILLE CLAIR.jpg
Face à une situation sanitaire extrêmement tendue, Pierre Pribile a tenu à tirer le signal d’alarme et lancer un double appel, aux soignants et à l’ensemble de la population. « Tout se joue en ce moment ». Il fait également le point sur les Epadh, les tests antigéniques et la situation à Mâcon avec le Docteur Clair.

COVID-19 EN BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : L’ARS lance un appel aux renforts dans les hôpitaux de la région

15493_1_full.jpg
« À l'heure actuelle, on ne peut pas se priver de la moindre compétence de personne disponible sur notre région », prévient Pierre Pribile, directeur général de l’Agence régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté. « Beaucoup de soignants sont contaminés à Mâcon » a-t'il précisé.