LAURENT LETOURNEAU MEDEF71 ITW - 1.jpg

Le président du MEDEF 71 a fait le point de la situation pour macon-infos.

Les aides de l'Etat et la mobilisation générale

« 55 milliards d'euros de prêts garantis par l'Etat ont été demandés en France, 21,9 milliards ont été accordés pour le moment, et des pré-accords ont été donnés pour 32,7 milliards. l'Etat a plutôt bien réagi, tout comme les collectivités locales. La mobilisation générale est un fait, depuis le début de la crise.

Le PGE moyen accordé est de 140 000€. Les premiers chiffres montrent que ce sont les TPE et les PME qui en bénéficient le plus. La proportion est de l'ordre de 44% aux TPE, 46% au PME et 9 à 10% aux grandes entreprises.

Il faut environ 1 mois pour voir les fonds débloqués.

Pour les entreprises qui étaient déjà en difficulté avant la covid, l'accès est certes un peu plus difficile. Mais n'oublions pas que beaucoup d'entreprises ont été mises en difficultés avant le Covid par les Gilets jaunes, ensuite par le mouvement social contre la réforme des retraites. Les temps sont très durs pour les commerçants. En conséquence, les choses doivent être regardées avec plus de finesse et cela peut prendre un peu de temps.

Mais il faut être clair, toutes les entreprises ne survivront pas. »

Des pertes brutales et colossales, des millions d'heures de chômage partiel

« Il faut aussi avoir en tête que cette crise est particulièrement dure, bien plus que celle de 2008, car extrêmement brutale. A l'époque, les pertes, de l'ordre de 30 à 40% en moyenne, étaient enregistrées sur plusieurs mois. En 2020, on atteint 90% en 8 jours ! En 2008, le chômage partiel avait permis de limiter la casse. Cette fois, c'est du chômage partiel massif. Rien qu'en Saône-et-Loire, la semaine dernière, on a enregistré 22 millions d'heures. C'est du jamais vu ! »

La sécurité, une responsabilité de tous

« Sur la sécurité lors du dé-confinement, c'est l'affaire de tous, dirigeants comme salariés. Nous serons sur une responsabilité partagée. Nous, dirigeants, mettons tout en place pour que la sécurité de nos salariés soit assurée. Il y a des référentiels sécurité qui sont construits dans toutes les branches, les documents uniques sont retravaillés. Les gens devront aussi conserver les bonnes habitudes des gestes barrières. »

La CGT et sa position

« La CGT fait de la politique, ça devient désagréable. Nous ne sommes pas sur la même longueur d'onde. L'entreprise, ce n'est pas qu'un patron, c'est une communauté de personnes qui a but commun. En matière de sécurité des salariés, le risque zéro n'existe pas. Il faudra un temps pour reprendre, un temps pour se roder.

Quoi qu'il en soit, un patron ne se lève pas le matin en se demandant si il va mettre des personnes dehors, au contraire... »

Le monde d'après

« C'est trop tôt pour dire à quoi devra ressembler le monde d'après. Nous sommes dans une période intense d'accompagnement et de préparation de la reprise.

Le constat qu'on peut faire, c'est que nous étions sur une mondialisation qui paraissait intéressante, qui faisait reculer la pauvreté contrairement à ce qu'on entend beaucoup. Elle n'a jamais été aussi faible.

Ceci étant dit, l'entreprise s'adapte au marché et à ses clients, elle répond à la demande. Il y a eu la RSE, la responsabilité sociale des entreprises, et le bio qui, au départ, répondent à une demande. L'entreprise s'adaptera à ce que souhaitera et demandera la population. »

Le MEDEF 71 et la région de Mâcon

« Historiquement, le MEDEF est basé à Chalon, mais l'agglomération de Mâcon est un territoire en développement sur lequel nous avons des adhérents, que nous ne négligeons pas. Notre action n'est pas toujours visible mais nous sommes évidemment attachés à ce secteur géographique du département. Nous avons recruté un chargé de relations pour développer ce secteur, entre autres. »

Recueillis par Rodolphe Bretin