mardi 11 mai 2021

MANIF HOPITAL MACON ATTAC - 1.jpg

 

Réunir quelque 120 personnes sous une pluie battante et une chute de la température de plus de 10 degrés, qui aurait pu croire à la réussite de l'appel du Collectif Alternatives Sociales et Citoyennes ? C'est chose faite et bien faite, volonté et détermination pour défendre l'hôpital public et le personnel soignant, administratif et technique qui, depuis deux mois, s'est battu pour que chaque patient soit pris en charge et que le suivi après hospitalisation soit assuré par des médecins retraités volontaires en télé-consultation quotidienne jusqu'à la guérison.

« Nous respectons scrupuleusement les règles : groupes de moins de 10 personnes, plus d'1 m entre chaque personne; port du masque... » a précisé Philippe Fournier, un des organisateurs de la manifestation, ajoutant qu' « il serait irresponsable de ne pas agir d'urgence pour l'hôpital et les Services publics et de ne pas exiger un autre fonctionnement. La marchandisation du monde nous a amené là. Pandémie, crise climatique, de la biodiversité, explosion des inégalités... On dit stop ou encore ? »

« Au-delà des manques de masques, de gel hydroalcoolique, de blouses de protection, c'est le manque de personnel, de moyens techniques qui sont à dénoncer et qui ont été dénoncés bien avant la crise sanitaire que nous connaissons actuellement lors des manifestations pour la défense de la santé publique, à qui le gouvernement a donné comme seules réponses les gaz lacrymogènes, les coups de matraque et les tirs de LDB. 

Les applaudissements tous les soirs à 20 heures pour remercier les soignants sont les biens venus, mais la politique de la santé doit être modifiée et devenir une priorité. »

M.P.

 

Communiqué du CASC (Collectif Alternatives Sociales et Citoyennes)

­­Ce lundi 11 mai, après presque 2 mois de confinement, nous avons décidé d'occuper l'espace public (tout en respectant les règles de sécurité, groupe de 10, espacement dans le groupe…) autour de l’hôpital pour dire « Plus jamais ça* ».

­ Pendant 2 mois nous avons applaudi les soignant-e-s. Il fallait le faire, mais ça ne suffit pas.

Aujourd’hui, nous sommes donc le jour d’APRES.

­ - Nous sommes là pour EXIGER de l’argent pour la santé, pour l’hôpital et les soignant-e-s et pour l’ensemble des services publics, de l’argent à la hauteur des enjeux sanitaires sociaux et écologiques.

­De l’argent il y en a, les entreprises du CAC 40 viennent de distribuer 36 milliards d’euros à leurs actionnaires (malgré l’invitation du ministre de l’économie et des finances à ne pas distribuer de dividendes !)

­- Nous sommes là aussi pour exiger le retour des libertés individuelles et collectives, et pour un fonctionnement « normal » de la démocratie. Nous ne voulons plus de ces lois d’urgence qui augmentent encore le pouvoir d’un exécutif, qui a montré son incompétence dans la gestion cette crise. Il serait long et fastidieux de rappeler ici les mensonges et les manquements du Président de la République et de son gouvernement, mais il suffit de parler de masques, de tests, du manque de lits… pour que chacun comprenne ce que l’on veut dire. Ils sont démasqués !

­- Nous exigeons enfin un véritable plan de relocalisation, des biens essentiels, agricoles et alimentaires, industriels, pour les produits de santé… Pourtant pendant cette crise l’Union Européenne propose un nouvel accord de libre échange avec le Mexique.

­Le fonctionnement de ce capitalisme néo-libérale vient de démontrer sa nocivité, sa toxicité ! Il ne s ‘agit pas de modifier quelques détails, de supprimer 2 ou 3 lignes de transports aériens, d’annoncer que les entreprises présentes dans les paradis fiscaux ne toucherons pas d’aide de l’État (alors que l’on a sorti de la liste des ces paradis fiscaux, les pays européens où sont réfugiées les multinationales, comme le Luxembourg, l’Irlande ou les Pays Bas !).

Nous ne voulons pas, comme le demande le MEDEF, que l’on abandonne quelques temps la prise en compte des problèmes climatiques, de la biodiversité et de l’écologie pour revenir à l’avant crise et rattraper le « retard ».

­Il faut un changement radical de logique pour ramener l’humanité vers un avenir viable. Et « il ne faut pas compter sur ceux qui ont créé  les problèmes pour les résoudre» !

­

*https://france.attac.org/.../article/petition-plus-jamais-ca-signons-pour-le-jour-d-apres

Le CASC est composé de citoyennes et de citoyens, soutenuEs par des organisations locales  : ATTAC, CGT- CGT retraités - EELV- Ensemble- Femmes Solidaires – France Insoumise - FSU – GRS – Macon Citoyens - PCF – Sud Solidaire

 

MANIF HOPITAL MACON ATTAC - 2.jpg

Photos Michel Pelletier

MANIF HOPITAL MACON ATTAC - 13.jpg

MANIF HOPITAL MACON ATTAC - 16.jpg

MANIF HOPITAL MACON ATTAC - 15.jpg

MANIF HOPITAL MACON ATTAC - 14.jpg

MANIF HOPITAL MACON ATTAC - 12.jpg

MANIF HOPITAL MACON ATTAC - 11.jpg

MANIF HOPITAL MACON ATTAC - 10.jpg

MANIF HOPITAL MACON ATTAC - 9.jpg

MANIF HOPITAL MACON ATTAC - 8.jpg

MANIF HOPITAL MACON ATTAC - 6.jpg

MANIF HOPITAL MACON ATTAC - 4.jpg

MANIF HOPITAL MACON ATTAC - 3.jpg

MOUVEMENT OCCUPONS MÂCON : Quand Natacha (Sea Sheperd) parle du massacre des dauphins

Après un sketch croustillant sur le réchauffement climatique et sa récupération politique par le parti Europe Ecologie Les Verts, devenu le temps d'un après-midi Europe œnologie les verres, ce dimanche fut marqué par l'intervention d'une militante de l'association Sea Sheperd dressant le tableau noir de la pêche industrielle !

COVID-19 EN BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE : L’épidémie recule doucement sans desserrer encore son étau sur l’hôpital

Capture d’écran 2019-05-17 à 22.59.02.png
La vaccination s’ouvre dès lundi aux jeune de 16-17 ans présentant une pathologie à très haut risque de forme grave. NDLR : Rappelons que 1,83% des personnes positives au covid sont décédées en France depuis le début de l'épidémie ; 2,09% des personnes positives dans le monde. Des taux qui ne varient pas et qui replacent les choses dans leur juste mesure. 

VINS BOURGOGNE : Thiébault HUBER, réélu à la tête de Confédération des Appellations et des Vignerons de Bourgogne pour quatre ans

Jérôme Chevalier (Charnay) et Michel Barraud (Prissé) sont respectivement Président adjoint et trésorier.

MÂCON : Un moment Mitterrand à la veille des 40 ans de son élection

Le principal des « festivités » se déroulera au Creusot dimanche. Mais les journaux de l'époque rappellent que c'est bien à Mâcon que la campagne de François Mitterrand a été lancée au début du mois de février 1981, à l'issue des États généraux du cadre de vie organisés par le Parti socialiste au Palais des congrès.

SAÔNE-ET-LOIRE - Attaques de troupeaux : Ce n'est pas le loup selon l'OFB

Le préfet rappelle dans un communiqué que la divagation des animaux domestiques, notamment des chiens, est interdite

SAÔNE-ET-LOIRE : Un nouveau président pour l’UFC-Que Choisir 71

Après deux années à la présidence de l’association, qui compte près de 1 500 adhérents dans le département, Régine Humbert a choisi de passer la main. Gilles Castaing lui succède…

LA CHAPELLE DE GUINCHAY - Covid-19 : Le Vacci'bus tient sa promesse

Le Département a mis en place récemment le « Vacci’bus 71 », un dispositif de vaccination mobile accessible aux personnes de plus de 70 ans à mobilité réduite.

HÔPITAL DE MÂCON - Covid-19 : Une lueur d’espoir mais…

Si le nombre de patients atteints Covid admis dans les services de l’hôpital et de l’ensemble du GHT a diminué ces quinze derniers jours et si la vaccination montre ses premiers effets, la situation reste tendue en réanimation…

ÉDUCATION NATIONALE : 21 240 autotests distribués dans le département

` Suite à la tenue du Conseil Départemental de l’Éducation Nationale (CDEN), Fabien Ben, inspecteur d’académie, est revenu ce mardi sur la préparation de la rentrée scolaire 2021 dans le département, ainsi que sur la gestion de la crise sanitaire dans le premier et le second degrés.

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ - Confinement du printemps 2020 : les plus modestes plus fragilisés

En Bourgogne-Franche-Comté, près de 20 % des personnes de plus de 15 ans estiment que leurs finances se sont dégradées lors du premier confinement du printemps 2020 mis en place pour juguler l’épidémie de Covid-19. L'analyse de l'INSEE en détail.

MÂCON : La laïcité exposée aux élèves de l'école Marcel Pagnol

Une oeuvre d'éducation populaire réalisée par le président de l'Union départementale des MJC.

SAÔNE-ET-LOIRE : Le comité départemental de la Ligue contre le cancer change de présidence

Christiane Dubois quitte la présidence après trente ans de services…

MÂCON : Un trafic de drogue démantelé en plein centre-ville

Le vendeur présumé était domicilié rue de Strasbourg, soit la rue de la préfecture de police...