PETR MACONNAIS SUD BOURGOGNE DECONFINEMENT.jpg

La lettre du PETR

 

DÉCONFINEMENT EN MACONNAIS :

QUELLE ORGANISATION ?

L’épidémie de Covid-19 poursuit sa lente décrue dans notre région et la pression exercée sur le système de santé diminue progressivement. Depuis le 11 mai, la vie sociale reprend son cours et le déconfinement entraine mécaniquement une augmentation des contacts. Il faut donc l’accompagner pour réduire au maximum les risques de contamination.

La stratégie nationale de déconfinement repose sur deux piliers : le respect strict des gestes barrières et des recommandations sanitaires dans le cadre d’une reprise progressive des activités économiques et sociales, et l’instauration d’une stratégie offensive d’identification des cas, de dépistage de leurs contacts et d’isolement des personnes malades.

Cela conduit à organiser le dépistage de toute personne présentant les symptômes du Covid-19 et de toute personne identifiée comme ayant été en contact rapproché avec une personne contaminée ; de mettre en œuvre un dispositif de suivi des personnes dites « contacts » pour identifier le plus rapidement possible les personnes infectées ; et enfin, d'engager le plus précocement possible la prise en charge des cas confirmés et des cas contacts identifiés. Soit : protéger, tester, isoler.

 

PROTÉGER - Le respect des gestes barrières et la distanciation physique : les clés de la lutte contre l’épidémie

Parce que, depuis le lundi 11 mai, les contacts se font de plus en plus fréquents, il est indispensable que nous poursuivions nos efforts en respectant les gestes barrières, la distanciation physique minimale d’un mètre et la réduction maximale du nombre de nos contacts, qui sont les meilleures garanties pour se protéger et protéger les autres de la maladie. Ces mesures doivent devenir des réflexes de notre vie quotidienne !

Cet isolement doit être réalisé au domicile, qui constitue le lieu privilégié de prise en charge. Le médecin traitant évaluera la situation du patient et de ses contacts au sein du foyer. Si, pour diverses raisons, l’isolement à domicile présente des difficultés particulières, le patient pourra alors se voir proposer d’effectuer cet isolement hors du domicile, dans des lieux dédiés. La présence au domicile de personnes fragiles, la taille du logement, peuvent être des cas justifiant un tel isolement. L'ARS est chargée de contacter les personnes isolées pour vérifier l'observance de l'isolement et identifier avec elles leurs éventuels besoins.

Dans certaines situations, le port du masque est un complément utile des gestes barrières et des mesures de distanciation sociale. Il a le double effet de la protection du porteur et de celle de son entourage, puisqu’il contient l’émission des gouttelettes respiratoires potentiellement porteuses du virus. Facultatif mais recommandé dans l'espace public, il est obligatoire dans les transports en communs pour les plus de 11 ans.

Pour les lieux de travail, le respect des consignes sanitaires doit être la règle. Les employeurs publics comme privés ont une obligation de moyens : ils doivent tout mettre en œuvre pour protéger la santé de leurs salariés. Ainsi, les entreprises sont encouragées à maintenir le télétravail partout où il est possible.

Les commerces, sauf les cafés, restaurants, peuvent ouvrir depuis le 11 mai. Les marchés sont également autorisés à ouvrir, par principe, sous réserve de garantir le respect des gestes barrières, conformément aux prescriptions établies par les arrêtés dérogatoires d'ouverture qui encadrent notamment les principes régissant la réouverture de chaque marché, les modalités d’installation des étals, les pratiques de vente et de distribution des denrées, les modalités d’information des clients sur les consignes de sécurité à respecter ainsi que les contrôles à mettre en œuvre.

 

TESTER - Une stratégie de dépistage des malades pour rompre la chaine de transmission du virus

L’ARS a préparé activement la phase de déconfinement, avec la mobilisation des laboratoires de biologie médicale pour réaliser les tests virologiques à grande échelle. Il est plus que jamais utile de se surveiller et contacter son médecin traitant en cas d’apparition de symptômes pouvant évoquer le Covid-19, fièvre et toux en particulier.

En cas de suspicion d’un Covid-19, celui-ci prescrira un test de diagnostic virologique à réaliser en laboratoire d’analyse médicale (remboursé à 100% par l’Assurance maladie). Il prescrira d’emblée, dans l’attente du résultat, les mesures d’isolement dont, éventuellement, un arrêt de travail. Si une personne est testée positive, un travail d’identification de tous ceux qui auront eu un contact rapproché avec elle sera engagé. Ces cas contacts seront testés et invités à s’isoler s’ils sont positifs. Le dispositif de « contact tracing », à savoir de détection des cas contacts, aura un rôle majeur dans la lutte contre la propagation du virus sur notre territoire.

L'identification de ces cas contacts sera assurée par les professionnels de santé et les équipes de l'Assurance maladie qui constitueront des plateformes téléphoniques dans chaque département. Elles seront chargées d’identifier les cas contacts au-delà de la cellule familiale, de les appeler et de les inviter à se faire tester en vue d'un éventuel isolement.

Consulter la liste des laboratoires ouverts au public réalisant des prélèvements

 

ISOLER - Le suivi et l’accompagnement des patients et des cas contacts

La réussite de la stratégie d’isolement des personnes positives et de leurs contacts est essentielle pour casser les chaînes de contamination du Covid-19. Si une personne est testée positive, elle devra respecter un isolement jusqu’à la guérison, c’est-à-dire 2 jours après la fin des symptômes. Les personnes contacts à risque devront, quant à elles, s’isoler pendant 14 jours après la dernière exposition avec le cas confirmé.

Cet isolement doit être réalisé au domicile, qui constitue le lieu privilégié de prise en charge. Le médecin traitant évaluera la situation du patient et de ses contacts au sein du foyer. Si, pour diverses raisons, l’isolement à domicile présente des difficultés particulières, le patient pourra alors se voir proposer d’effectuer cet isolement hors du domicile, dans des lieux dédiés. La présence au domicile de personnes fragiles, la taille du logement, peuvent être des cas justifiant un tel isolement. L'ARS est chargée de contacter les personnes isolées pour vérifier l'observance de l'isolement et identifier avec elles leurs éventuels besoins.