EREA CLAUDE BROSSE 2705  - 1.jpg

Forcément, ça fait réagir. Les collègues d'Alain Cornu, le professeur en question, se sont mobilisés pour tenter d'empêcher ça. A lire aussi, les explications du principal intéressé ainsi que celles de Fabien Ben, IEN-DASEN (directeur académique des services de l'Education nationale). 

 

« Après 29 ans bons et loyaux services, on lui demande de quitter l’EREA pour faire sa dernière année avant sa retraite en tant que coordonateur PIAL (pôles inclusifs d’accompagnement localisés). Il ne veut pas de se poste et souhaite achever le travail commencé avec la classe de CAP qu’il a entamé cette année. Il suit une classe sur deux ans. Les élèves en difficulté ont besoin d’un cadre stable, encore plus après cette crise qui a boulversé beaucoup de choses. Alain Cornu incarne ce cadre, cette stabilité. On souhaite qu’il fasse sa dernière année à l’EREA. » Tel fut le message qu’ont adressé ses collègues, une trentaine, ce jeudi à l’administration de l’Education nationale en manifestant leur incompréhension et leur désaccord vis à vis d’une décision qu’il juge scandaleuse, car incohérente et irrespectueuse, tant pour lui que pour les élèves.

Un désaccord qui a été signifié clairement ce jeudi par une manifestation devant l’inspection académique. Les collègues se sont relayés, par petits groupe de huit, pour éviter de s’attrouper et respecter ainsi les règles sanitaires en vigueur. 

Deux collègues ont été reçus par l’Inspecteur d’académie et l’inspecteur en charge des AESH.

Résultat à la sortie, « ils nous ont entendu et ont dit réfléchir à une solution qu’ils nous indiqueront avant la fin de l’année. Pas de décision prise dans l’instant. »

Alain Cornu, joint au téléphone, a indiqué à macon-infos être très touché par la mobilisation de ses collègues. Il a retracé rapidement les échanges avec l’Inspecteur, qui avaient commencé au mois de février : « le DASEN m’a invité dans son bureau en février pour me faire savoir qu’un poste de coordonateur PIAL était créé et pourrait m’intéresser. Il m’a demandé ce que j’en pensais. J’ai répondu que je voulais rester sur mon poste. Il devait me faire une proposition dans les semaines à venir. Et puis rien. J’ai donc écrit fin avril. Pas de réponse.

Les collègues ont aussi sollicité le DASEN, sans que je leur demande quoi que ce soit, pour demander mon maintien. Pas de réponse.

Fabien Ben m’a appelé hier car il savait qu’une manifestation était prévue… »

Et de poursuivre sur le sujet de son travail à l’EREA : « Sachez que nous avons réussi, en cette période de crise, à éviter le décrochage des 17 élèves que je suis. Je veux finir ma carrière sur quelque chose d’abouti et ne pas avoir à planter mes élèves l’année prochaine. »

Fabien Ben, contacté également par téléphone, a expliqué le sens de cette proposition de poste de coordonateur PIAL : « Il faut dissocier le support et la personne. Le coordonateur PIAL est un poste nouvellement créé par les rectorats, qui répond à un redéploiement, une réorganisation des moyens, comme le sont les directeurs ou directrices de SEGPA. Il faut savoir que les enseignants-éducateurs sont des postes qui n'existent plus.

Le poste de M. Cornu à l’EREA est en plus un poste pourvu à titre provisoire. Depuis 29 ans certes, mais M. Cornu n’a jamais passé de concours pour obtenir un certificat et stabiliser sa situation. Je lui ai annoncé avant la crise du covid cette création d’un poste de coordonateur. Je ne me souviens pas qu’il est, d’emblée, refusé.

Ceci étant dit, nous allons regarder la situation de plus près et une proposition sera faite qui tienne compte des expressions de chacun. Quoi qu’il en soit, nous allons continuer à travailler avec lui. Et c’est évidemment la situation des élèves qui primera pour la décision finale. »

À suivre.

Rodolphe Bretin

 

EREA CLAUDE BROSSE 2705  - 3.jpg

EREA CLAUDE BROSSE 2705  - 2.jpg