Après deux conseils d’installation, le premier conseil municipal d’exécution a eu lieu ce lundi soir à La Verchère. Il a permis à Christine Robin, maire, et à son équipe de réorienter le budget voté en juin par la précédente majorité. Et les premières décisions concernent un des engagements forts du programme, la responsabilité environnementale. L’achat de vélos électriques pour les agents et la réfection totale de l’éclairage public ont ainsi été adoptés.

 

La ville va équiper les agents de la ville de huit vélos électriques dès cette année, six autres l’année prochaine. Coût total de l’opération : 39 000 € dont 24 000 € cette année. Ces vélos serviront aux patrouilles des policiers municipaux, mais aussi aux déplacements inter services des autres agents. Ils seront ainsi accessibles à la mairie, aux services techniques, dans les écoles.

« Avec cet achat, on donne une impulsion forte dès le départ, souligne Christine Robin. L’idée est d’inciter les services, de leur proposer des vélos et des les encourager à les utiliser. »

 

Réduire la consommation énergétique…

 

Autre dossier environnemental : la réfection de l’éclairage public. Une étude réalisée en 2016 avait montré l’obsolescence de pratiquement l’ensemble du réseau charnaysien. La nouvelle majorité va s’appuyer sur ce rapport et le réactualiser pour rénover l’ensemble du réseau. Avec deux objectifs : réduire la consommation énergétique et la pollution lumineuse. « Nous allons utiliser des technologies Led qui pourraient permettre 50 000 € d’économie de coût de fonctionnement par an, rien que sur la consommation énergétique, poursuit la maire. Ce projet fit appel à des moyens modernes de détection de présence. Aujourd’hui, dans certains hameaux de Charnay, il n’y a pratiquement plus d’éclairage ce qui pose le problème de la sécurité des personnes. C’est de notre responsabilité également de trouver une solution. »

 

… et les incivilités

 

La mise en place de la vidéo protection a également été adoptée avec un budget de 180 000 € sur trois ans, en partie financé par un fonds de concours de MBA. Ces caméras (une trentaine sur le programme) seront installées sur les points d’apport de déchets où des incivilités sont régulièrement constatées. Il s’agira là de caméras de visionnage, MBA ayant le projet de créer un centre de stockage et de visionnage des images, dès lors les villes n’auront pas besoin de caméras enregistreuses, mais juste de visionnage. « L’idée est également d’aller sur des caméras mobiles pour les axes de circulation, elles permettront la répression d’incivilités comme le stationnement abusif, les déjections canines, les jets de masques sur la voie publique… La loi engagement et proximité renforce aujourd’hui les pouvoirs de police du maire, notamment les pouvoirs de verbaliser ce genre d’infractions, mais encore faut-il en avoir la preuve et la caméra sera un moyen de lutter contre ces incivilités. »

La création d’un poste de collaborateur de cabinet a également été adoptée, non sans débat.

D. C.