réunion information accueil familial Département 71.jpg

Une réunion d’information sur l’accueil familial en Saône-et-Loire s'est tenue ce lundi à l’Espace Duhesme de Mâcon. L'accent a été mis sur la nouveauté introduite cet été, à titre expérimental : le statut de salarié pour les accueillants familaux.

L’activité consiste à accueillir et prendre en charge à son domicile des personnes âgées et/ou des adultes handicapés, moyennant rémunération.

Le dispositif, géré par le Département, a été présenté par Eliane Fleurot, conseillère technique en charge de la formation des familles accueillantes avec sa collègue, Sandrine Colombo, gestionnaire administrative, et Stéphanie Gomes, de l’UDAF 71, en charge du suivi des familles accueillantes sur l’est du département. 

Les particuliers qui souhaitent devenir accueillants doivent avoir l’agrément du président du Conseil départemental pour avoir le droit d’accueillir durablement ou temporairement, à domicile et à titre onéreux, de 1 à 3 personnes âgées et/ou adultes handicapées, notamment pendant les périodes hivernales ou après une hospitalisation, dans le cadre de contrats de gré à gré. L’accueillant doit avoir 18 ans et ne doit pas avoir de lien de parenté avec la personne accueillie jusqu’au 4ème degré de parenté inclus.

réunion accueil familial département (6).JPG

« L’agrément et les conditions d’accueil, placés sous le contrôle du président du conseil départemental, garantissent la protection de la santé, la sécurité et le bien-être physique et moral des personnes accueillies » a précisé Sandrine Colombo.

Une des conditions pour avoir l’agrément est de participer à des réunions d’information comme celle de ce lundi.

Une subvention du Département à hauteur de 6 000 euros sur 3 ans par foyer d’accueillants (prise en charge de 80% du montant des travaux) peut être attribuée à l’accueillant pour faciliter l’accessibilité dans la maison d’accueil, adaptations de salle de bain etc.

réunion accueil familial département (9).JPG

Rose-Marie Balmes, directrice de l’autonomie et de l’insertion, et Stéphanie Parriaux Barbier, responsable communication de la Mutualité française de Saône-et-Loire ont présenté le dispositif salarial que la Mutualité expérimente cette année dans le Mâconnais, à la demande du conseil départemental.

« C’est une expérimentation sur une zone de 30 km autour de Mâcon. Pour l’instant, on cherche deux familles d’accueil mais le but est d’en trouver 5 pour 10 personnes accueillies d'ici la fin de l'année. Il s’agit d’accueillir un public en situation de handicap, jeune ou âgé, présentant une déficience intellectuelle avec ou sans troubles associés » soulignait Stéphanie Parriaux Barbier.

« Ce dispositif sera attaché au pôle handicap adultes que nous avons sur Hurigny et Mâcon afin de permettre aux accueillants familiaux salariés d’intégrer l’équipe pluridisciplinaire » a ajouté, à son tour, Rose-Marie Balmes.

L’expérimentation prévoit un accueillant relais pour les périodes de congés ou d’absence des autres familles d’accueil et des indemnités d’attente pour les périodes sans personnes accueillies.

Le test va durer 3 ans dans la région mâconnaise et sera piloté par la Mutualité française de Saône-et-Loire, suite à un appel à projets lancé par le conseil départemental. La collectivité départementale cofinancera les salaires des personnes qui accepteront d’accueillir au sein de leur famille pour des périodes variés.  Si le partenariat avec la Mutualité française 71 donne de bons résultats, il sera renouvelé.

Plus de détails sur ce projet, à lire ici

Plusieurs personnes intéressées par l’accueil familial étaient présentes ce lundi à la réunion d’information.

réunion accueil familial département (1).JPG

Lydia et Christophe, de Juliénas, envisageaient depuis longtemps de s’investir dans l’accueil familial.

« On héberge déjà la maman de mon mari qui a la maladie d’Alzheimer. Ce projet, on l’a depuis longtemps car nous avons une grande maison, des enfants, des petits enfants. Nous pouvons héberger quelqu’un et lui apporter une vie de famille. Je travaille dans une maison de retraite et, même si je ne suis pas infirmière, j’ai l’expérience pour l’approche de la personne » indiquait Lydia.

« Je fais du sport donc porter une personne qui a des problèmes de mobilité ne me fait pas peur. J’ai du temps à disposition, j’aime les gens » ajoutait Christophe.

Actuellement, selon les chiffres fournis par le Conseil départemental, en Saône-et-Loire, 80 accueillants familiaux accueillent 39 personnes âgées et 66 adultes handicapés.

Cristian Todea

réunion accueil familial département (16).JPG

réunion accueil familial département (11).JPG

réunion accueil familial département (17).JPG

réunion accueil familial département (18).JPG