mardi 27 octobre 2020
  • SORTEZ DE CHEZ VOUS_350x550.jpg
  • Effilogis MACON INFOS -280x410-mc.jpg
  • Connectons-nous-2020 MACON VIGNETTE.jpg

 

Communiqué :

La crise sanitaire liée au Covid-19 a fortement impacté l’activité économique de l’Arc jurassien franco-suisse et a particulièrement complexifié les déplacements transfrontaliers. Le nombre de frontaliers français est en effet en forte augmentation (13 000 navetteurs supplémentaires en dix ans), et ce malgré les distances et temps de trajet. La moitié de ces navetteurs pendulaires mettent plus de 42 minutes pour se rendre quotidiennement au travail et exercent à plus de 35 km de leur domicile. Le temps et la distance dépendent aussi des profils socio-professionnels des frontaliers et des spécificités économiques des territoires de coopération de l’Arc jurassien.

Une forte augmentation du trafic routier

En dix ans, le travail frontalier s'est fortement développé faisant passer le nombre de navetteurs de 19 200 à 32 300. La quasi-totalité d'entre eux (97 %) empruntent leur véhicule personnel pour se rendre sur leur lieu de travail. Cette forte croissance du nombre de frontaliers associée à un usage massif de la voiture entraînent un trafic routier important aux heures de pointe, en particulier à proximité de la frontière où plus de 5 000 frontaliers transitent chaque jour sur certains tronçons, à l’image du Col des Roches ou de l’axe Pontarlier-Vallorbe. Les flux les plus importants proviennent ainsi des communes de résidence très bien reliées et situées à moins de 30 km de la frontière et des pôles industriels principaux. Ainsi, Le Locle et La Chaux-de-Fonds accueillent chaque jour la moitié des actifs résidant à Villers-le-Lac et un tiers de ceux de Morteau et des Fins.

 Afin de lutter contre l’augmentation de ces flux, les collectivités de l’Arc jurassien encouragent depuis 2011 la pratique du covoiturage au travers d’un dispositif de promotion en partenariat avec les entreprises.

Des trajets plus longs en temps et en distance

Par ailleurs, la topographie de l’Arc jurassien est une contrainte importante, particulièrement dans la partie haute du massif, où les points de passage sont peu nombreux, tout comme les alternatives à la voiture, entraînant des situations d'engorgement sur les routes. La moitié des 32 300 frontaliers de l'Arc jurassien français parcourent plus de 35 km pour se rendre sur leur lieu de travail (contre moins de 14 km pour les non-frontaliers). La moitié des frontaliers passent également près d'une heure et demie dans les transports chaque jour contre 36 minutes pour les non-frontaliers.

De plus, la relative amélioration des infrastructures routières permet aux frontaliers de résider de plus en plus loin de la frontière suisse. La distance médiane s’est allongée de 3 km depuis 2006 et davantage encore pour les navetteurs « longue distance ».

La distance parcourue dépend également du type d’emploi occupé en Suisse. Les pôles industriels sont proches de la frontière, quand les centres tertiaires sont situés dans les zones de piémont comme Neuchâtel ou Lausanne. Les ouvriers et techniciens parcourent donc les distances les plus courtes, moins de 33 km en moyenne contre 38 ou 41 pour les cadres et employés commerciaux ou de services.

Une mobilité encore complexifiée par le Covid

L'épidémie de Covid-19 a obligé les États français et suisse à adopter des mesures de restriction des déplacements afin d'empêcher les contaminations et ainsi freiner la diffusion du virus. Les dispositifs de confinement décidés de part et d'autre de la frontière ont ainsi fortement réduit le trafic transfrontalier. De plus, le contrôle systématique de tous les véhicules ainsi que la fermeture des postes secondaires ont allongé considérablement les temps de trajet (jusqu’à 45 minutes supplémentaires dans certains cas).

Au plus fort de la crise épidémique, ce sont ainsi les trajets de 9 200 travailleurs frontaliers qui ont pu être impactés par la fermeture de ces postes-frontières. En effet, par la nature de leur profession, de nombreux frontaliers de l'Arc jurassien n'ont pas pu télétravailler (emplois de santé, industriels et horlogers principalement). Les liaisons ferroviaires avaient également été suspendues. Le covoiturage demeurait possible pour effectuer les déplacements professionnels mais avec un seul passager à l'arrière du véhicule et en respectant les gestes barrières recommandés.

 

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ : La pauvreté touche particulièrement les familles avec enfants

Capture d’écran 2019-12-08 à 02.15.42.png
La Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté a lieu le 17 octobre. En Bourgogne-Franche-Comté, le nombre de personnes vivant avec moins de 1.041 euros par mois est inférieur au taux national. Un enfant sur cinq vit dans un ménage pauvre mais les enfants sont les premiers à bénéficier du système de redistribution.

ÉDUCATION NATIONALE : La CGT réclame le respect de la vie personnelle des enseignants.tes

Le corps d'inspection de SVT de l'académie de Dijon sollicitait les enseignants.es dimanche par mail pour une visio-conférence mardi soir à 20h indique le communiqué de la CGT Educ'action.

BIODIVERSITÉ : SNCF Réseau s'associe à la Ligue pour la Protection des Oiseaux

BIODIVERSITE SNCF BFC.jpg
À l'échelle de la Bourgogne-Franche-Comté, SNCF Réseau et la LPO ont signé une convention le 12 octobre afin de mener des actions communes pour protéger la faune proche des voies et préserver des corridors de biodiversité.

CONSEIL RÉGIONAL : Un plan de relance de 435 M€ pour « alimenter la machine économique »

13976_1_full.jpg
L'exécutif du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté soumettra un plan de relance au vote de la session du 9 octobre. Ce jeudi 8 octobre, la présidente a présenté ce plan de 435 M€ pour financer une centaine de mesures.

Lou-Anne Lorphelin Miss Bourgogne : Sandrine et Philippe Lorphelin, des parents fiers et présents

PHILIPPE SYLVIE lou-anne-lorphelin-miss-bourgogne-2020.jpg
Deux filles (Ils ont 3 enfants. Le dernier s'appelle Enzo) qui décrochent le titre de Miss Bourgogne à 7 ans d’intervalle (la 1ère fut Miss France 2013), ce n'est pas très courant. Nous leur avons demandé comment ils vivaient les choses quelques heures après la victoire de Lou-Anne. Réactions.

ATTRACTIVITÉ : La Bourgogne-Franche-Comté peine à retenir les moins de 40 ans

Capture d’écran 2019-11-10 à 15.11.56.png
Selon l'INSEE, la Bourgogne-Franche-Comté voit sa population diminuer malgré une forte propension à attirer des habitants. La région gagne des ménages de petite taille et des retraités. Les jeunes ouvriers renforcent leur présence.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : Une moyenne de 11 hospitalisations par jour pour covid-19 en une semaine

Capture d’écran 2019-05-17 à 22.59.02.png
Plus de 40 000 personnes ont été testées entre le 22 et le 28 septembre une semaine. Le taux de positivité dans la région est passé de 3,33% à 4% de personnes positives dans la région. Le taux de positivité au covid en Saône-et-Loire est à peine plus élevé, à 4,13%.

Projet de loi Finances 2021 : Les AOC de France attendent du parlement une fiscalité équitable pour tenir compte de la crise

1,5 milliards d’euros perdus avec la fermeture des Cafés / Hotels / Restaurants, fort ralentissement de l’export... surtaxes américaines sur les vins français : moins 500 millions d’euros de chiffre d’affaire sur un an.

VINS DE BOURGOGNE : Ils accueillent un nouveau marché dans leur top 5 à l'export

Capture d’écran 2019-11-10 à 15.11.56.png
Qui a dit par ailleurs que le Brexit était néfaste à l'exportation des Bourgogne ?... A lire aussi : Les vins de Bourgogne résistent en dépit du contexte international

LGV Paris-Lyon : des travaux spectaculaires sur la ligne la plus circulée de France

TRAVAUX ligne tgv 24 aout  2.jpg
La Ligne à Grande Vitesse (LGV) Paris-Lyon est la première LGV française inaugurée en 1981 et la plus circulée d’Europe avec un tiers du trafic TGV national.