samedi 16 janvier 2021
  • VO PEUGEOT NOMBLOT MACON JAN2021 - 1.jpg
  • MACON HABITAT LOCAUX COMMERCIAUX 20NOV2020.jpg
  • ARMEE TERRE CIRFA MACON DEC2020 - 1.jpg

 

Communiqué de l’ordre des sages-femmes de Saône-et-Loire

 

Contraception, comment faire mieux ?

 

A l’occasion de la journée mondiale de la contraception, qui se tient le 26 septembre, le bilan reste mitigé : de trop nombreuses femmes ne bénéficient pas d’un suivi régulier et les difficultés d’accès aux soins restent importantes. Afin de faire mieux, le recours aux sages-femmes doit se généraliser et d’autres pistes doivent être explorées.

 

Le recours aux sages-femmes (24000 SF en activité, dont 7600 installées en libéral)

Habilitées à prescrire tout type de contraception depuis plus de 10 ans, les sages-femmes représentent un important vivier de professionnels qui peut permettre de réduire les inégalités territoriales d’accès aux soins. Ces professionnels médicaux peuvent être consultés en accès direct, c’est-à-dire sans passer par un médecin. Conventionnées avec l’Assurance maladie, les sages-femmes pratiquent peu de dépassements d’honoraires et sont ainsi facilement accessibles en termes de coûts et également de délais de rendez-vous.

Spécialistes de la physiologie, les sages-femmes sont en mesure de dépister les pathologies, travaillant ainsi en complémentarité avec les médecins.

 

1re proposition : Créer une consultation sexuelle longue pour tous les adolescents

Depuis 2017, les jeunes filles de 15 à 18 ans peuvent avoir gratuitement accès à une consultation de contraception et de prévention des infections sexuellement transmissibles (IST). Ce dispositif, encore méconnu, doit s’ouvrir aux garçons du même âge : l’universalité de cette consultation permettra ainsi de mieux protéger les hommes mais également les femmes, mobilisant ainsi tous les adolescents en faveur de leur santé sur le thème de la contraception, de la prévention et du dépistage précoce des IST. La contraception ne doit plus uniquement être à la charge des femmes.

Cette mesure permettrait également de renforcer l’implication des praticiens dans la prévention de la santé sexuelle et reproductive mais également l’égalité de l’accès aux soins des jeunes dans les différents territoires.

 

2ème proposition : Gratuité de la contraception pour les 18-25 ans

Le coût de la contraception constitue un frein à son recours. Depuis 2013, la contraception est gratuite pour les jeunes filles de 15 à 18 ans, une mesure récemment étendue aux moins de 15 ans au regard de son efficacité. Toutefois, au-delà des mineures, la tranche d’âge des 18 à 25 ans est particulièrement touchée par la précarité. A titre d’exemple, une enquête récente 1 révèle que seulement 52 % des étudiantes déclarent avoir consulté un ou une gynécologue dans l’année et 12 % des femmes n’ont aucun suivi gynécologique entre 20 et 23 ans.

Aussi, les jeunes de 18 à 25 ans doivent également pouvoir bénéficier de la gratuité de la contraception.

 

Josiane Bérard, présidente du conseil de l’ordre des sages-femmes

 

COVID-19 - Vaccination : Ça bloque à Paris et dans les ARS, et ça met en colère André Accary

ANDRE ACCARY 2711 CHARNAY - 1.jpg
Le président du Département de Saône-et-Loire s'est fendu d'une lettre au président de la République pour rappeler que le Département est prêt depuis un moment, contrairement à l'ARS... A lire ici.

COVID-19 - Pr Luc Montagnier : « Il y a eu aussi, en partie, fabrication du virus »

DR MONTAGNER - 1.jpg
Mais « sans mauvaise intention », précise-t'il... VIH, covid-19, science, vaccin, prévention et thérapie, autisme, Fourtillan, Bill Gates... le professeur Luc Montagner, prix Nobel de médecine, a affirmé ses positions sur France Soir il y a trois jours. Étonnant, détonant et très éclairant !

FORMATION : À Mâcon, Roxana Maracineanu évoque la création d'un Bac Pro des métiers du sport

ROXANA MARACINEAU MACON 17DEC2020 BACPRO - 1.jpg
La ministre l'a présenté comme « une révolution pour la filière ».

EXPRESSION CITOYENNE - Auto-confinement des élèves : « Nouvelle préconisation, nouveau mépris pour le personnel » estime la CGT Educ'action

Le syndicat signale quatre classes fermées pour covid dans le département, plusieurs enseignants positifs et une vie scolaire impactée.

EDITO : Nucléaire, covid-19, la question est...

Pourquoi Emmanuel Macron écoute un expert de très haut niveau en matière d'énergie nucléaire et pas un autre en matière de santé ?

POLITIQUE : Fabien Genet défend l'enseignement agricole au sénat

« Votre budget n’est pas à la hauteur de l’ambition agricole qui devrait être celle de notre pays ! » a-t'il lancé à la tribune.

SANTÉ - 31 millions d'€ pour la région BFC : « Une belle enveloppe qui ne règle pas tout »

Le 14 novembre, le ministre de la Santé annonçait une enveloppe de 31 millions d'euros pour la Bourgogne-Franche-Comté attribuée dans le cadre du Ségur de la Santé. Michel Maillet, membre du collectif Santé protection sociale de l’Union Départementale CGT de Saône et Loire, a réagi à cette annonce.

Général Electric : « C’en est trop » s'indigne Marie-Guite Dufay

Après l’annonce de nouvelles suppressions de postes dans le cadre de la réorganisation de GE Steam Power, Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, réagit avec force...

CRISE SANITAIRE ET POUVOIR D'ACHAT : Les retraités de la CGT demandent 100€ tout de suite

L’Union syndicale des Retraités CGT de Saône et Loire invite toutes les retraitées et tous les retraités à signer une pétition en ligne

EXPRESSION POLITIQUE : « De quoi ont besoin les quartiers populaires de Mâcon ? »

La réaction du PCF cu Mâconnais suite aux violences urbaines du week end à Mâcon.