vendredi 6 août 2021

rassemblement professionnels événimentiel (11).JPG

Plusieurs membres de l’Union des professionnels solidaires de l’événementiel étaient ce mardi matin devant la préfecture de Mâcon pour attirer l’attention sur les effets destructeurs des restrictions sanitaires sur leur activité.

Ils accusent tous le coup porté à leur activité par les restrictions imposées aux mariages et autres événements comme les réceptions et séminaires d’entreprise, la réduction des jauges pour les salles de spectacle, la fermeture des salles municipales, l’annulation des foires, salons, fêtes de village et animations de rues. 

Gérald fait de la location de matériel. Il dit avoir perdu plus de 72% de chiffre d’affaires en 7 mois !... « On est en train de tous mourir dans l’événementiel : traiteurs, fleuristes, disc-jockeys, photographes, créateurs de robes de mariées, loueurs de matériel, loueurs de salles de réception. Tous peuvent crever, les décideurs ne font rien ! Les interdictions et restrictions ne sont pas valables pour tout le monde... vous avez-vu le monde qu’il y avait pour miss Bourgogne à Chalon, ou dans le métro à Paris ? Il y a des manifestations qui ont droit d’avoir lieu et d’autres non. Ce n’est pas juste. »

Manon travaille pour un traiteur à Mâcon et fait le même constat accusateur : « On n’a plus de mariages, plus d’événements. Tout s’annule. Ils auraient dû annuler des événements comme miss Bourgogne ! Ce n’était pas vital. » ; Nelly, fleuriste, était présente par solidarité avec les organisateurs de mariages : « S’il n’y a plus d’événements, je ne suis plus légitime non-plus. »

 

rassemblement professionnels événimentiel (6).JPG

Le créateur de mode Laurent Crépeau exprimait lui aussi son inquiétude : « Les gens repoussent ou annulent leurs mariages, ils ne sortent plus, ils font au plus vite pour leurs achats. En tant que créateur de robes de mariée, je suis lésé. Cette année, j’ai fait un dixième de mon chiffre d’affaires habituel ! Et je crains que l’année prochaine les gens changent leur mode de consommation. Ils risquent de faire chez eux, sans traiteur, sans DJ, sans sonorisation professionnelle. »

 

rassemblement professionnels événimentiel (5).JPG

« Sur 27 mariages prévus, j’en ai fait 7, et mon dernier mariage prévu pour le mois de novembre a été repoussé à l’année prochaine. Ma saison de mariage est terminée pour 2020 » explique Nathalie, disc-jockey dans l’Ain.

 

rassemblement professionnels événimentiel (16).JPG

Anna, est auto-entrepreneure réceptionniste : « 233 000 mariages ont été annulés cette année en France. Vous imaginez l’impact économique pour les traiteurs et de nombreux autres professionnels !? Les autorités ne se rendent pas compte de cet impact. Nous demandons de l’aide. Quand ils ont annoncé la limitation de 30 personnes pour un mariage alors que d’autres rassemblements peuvent avoir lieu avec plus de personnes, cela nous révolte, on ne comprend pas. Nous avons mis en place un protocole sanitaire et nous souhaitons qu’on nous laisse travailler ! Nous n’avons pas le droit au chômage et nous devons faire nos revenus nos salaires, payer les impôts et les charges. »

Thierry, serveur en auto-entreprise, partage cette détresse : « Samedi j’ai un mariage et au lieu d’être 240, ils seront 67. En tant que maître d’hôtel, je vais prendre moins de serveurs. Il y a des professionnels et des entreprises qui ne vivent que des mariages. Comment ils font pour survivre ? Nous ne demandons pas l’aide de l’état, juste de pouvoir faire notre métier ! »

 

rassemblement professionnels événimentiel (10).JPG

Les participants ont sollicité au préalable un rendez-vous à la préfecture de Saône-et-Loire pour discuter des éventuelles solutions. Au final, ils ont simplement envoyé une lettre au préfet Julien Charles.

Dans cette lettre, l’Union des professionnels solidaires de l’événementiel propose un protocole sanitaire strict pour encadrer les mariages comme alternative à leur interdiction : « Stigmatiser les mariages met des dizaines de milliers d’emplois en jeu. Après un confinement qui a fait perdre au secteur de l’évènementiel de 50% à 75% des mariages et plus de 90% des séminaires, les nouvelles restrictions sonnent le glas de l’année 2020 pour l’ensemble des professionnels. Face à cette catastrophe, les auto-entrepreneurs, toutes petites entreprises ou PME, ne peuvent plus tenir. »

Les manifestants demandent également le prolongement du fonds de solidarité pour tous les prestataires en événementiel. Beaucoup ne bénéficient pas de cette aide accordée à cause d'un simple code d'activité qui, parfois, ne reflète pas le métier réel.

Concernant les aides territoriales, l'Union demande l’harmonisation des critères d’obtention et l’obligation pour les collectivités de les mettre en place de la même manière partout.  

Cristian Todea

rassemblement professionnels événimentiel (1).JPG

rassemblement professionnels événimentiel (14).JPG

rassemblement professionnels événimentiel (13).JPG

ENTREPRISE : Ekks-Granini France à Mâcon, un après crise entre ambition et innovation

Vendredi dernier, Florence Frappa, directrice générale d’Ekks-Granini France, a réuni l’ensemble des salariés du site de Mâcon pour évoquer la situation de l’entreprise. Une première depuis dix-huit mois et le début de la crise sanitaire.

ECONOMIE : «Les entreprises prises au piège du prix des matières premières» alerte la CPME 71

L'organisation patronale observe une augmentation moyenne sur un an de 25,2 % des matières premières importées, et des hausses qui crèvent parfois les plafonds...

PRISSÉ : Une crise sanitaire bien amortie pour les Vignerons des Terres secrètes

Ils étaient rassemblés en assemblée générale vendredi.

ENTREPRISE : Lamberet recrute pour son site de Saint-Cyr-sur-Menthon

Lamberet_Saint-Cyr-Sur-Menthon_Usine_005.jpg
50 postes sont à pourvoir immédiatement !

HOTELLERIE FRANÇAISE : -59% de baisse d'activité en France, -88% à Paris !

UMIH LAISSEZ NOUS TRAVAILLER 2611.jpg
« (...) Cette réalité est niée par le Gouvernement. La situation devient intolérable quand nous voyons à l’inverse d'impétueux groupes nationaux et/ou mondiaux sans vergogne, s'enrichir de notre misère », déplore le président de l'UMIH Hôtellerie.

MACON : Ubitransport lauréate des Trophées RSE Bourgogne-Franche-Comté

2021 02 04 Trophée RSE BFC - Laurence Medioni Directrice RSE et Transformation Ubitransport.jpg
L’entreprise mâconnaise, spécialisée dans les systèmes de transports intelligents, a été récompensée pour son engagement au services des communautés et du développement local.

Assurance chômage : « Mieux concilier accompagnement et incitation au retour à l’emploi » défend la CPME

L'organisation patronale a été reçue par la ministre du Travail ce lundi matin. Elle s'oppose également à la taxation des CDDU.

AUTOMOBILE - Voitures d'occasion : Objectif plus d’un million de ventes et transactions d’ici fin 2021 pour Peugeot

Le Groupe PSA a lancé « SPOTICAR », son nouveau label multimarques de véhicules d’occasion. À découvrir à la concession Peugeot Nomblot de Mâcon. Portes ouvertes ce dimanche jusqu'à 18h.

MÂCON - Transport de marchandises : Le port de commerce de la CCI et le groupe Alainé développent le ferroutage

APROPORT MACON FERROUTAGE ALAINE 0801 - 14.jpg
On l’appelle le paquet mobilité européen. Le principe est de conduire Aproport (les ports de commerce de Mâcon et Chalon gérés par la CCI de Saône-et-Loire) vers une logistique à neutralité carbone pour avoir des « ports verts ». Le nouveau préfet de région Fabien Sudry est venu se rendre compte sur place ce vendredi.

COUVRE-FEU A 18H : Les commerçants.es du centre-ville de Mâcon entre compréhension et inquiétude

Commerçants_Mâcon_Couvre_feu18hcollage_DD_02012021_0001.jpg
Comment la mise en place, dès ce samedi 2 janvier, d’un couvre-feu à partir de 18 heures en Saône-et-Loire et dans 14 autres départements est-elle accueillie par les commerçants du centre-ville de Mâcon ? Pour le savoir, macon-infos est allé à leur rencontre ce samedi matin.

Chantal Tristan (Magasin Mag Déco) : « Chez nous, tout est lié à la fête ! Ce couvre-feu la gâche quelque peu »

L'équipe Mag Déco Varennes-les-Macon 3112.jpg
Malgré la situation qui n'est pas vraiment propice à la fête, Chantal Tristan, directrice de MAG DECO, a bien voulu répondre à nos questions... Merci à elle !