FONDtr2

 

 

ACTUALISÉ : Il était sorti de prison il y a trois semaines.

 

Ces faits de violence et de menace de mort ont été constatés par le police le 05 octobre à Mâcon, sur sa belle-sœur et sa femme.

L'individu est récidiviste et bien connu des services de police pour ce genre d'acte déjà commis sur sa femme. Les violences ont été commises alors que sa femme et sa belle soeur se trouvaient dans le même appartement.  

Elles lui ont valu une incarcération jeudi 15 octobre. Il était présenté au tribunal ce vendredi dans le cadre d'une comparution immédiate.

Actualisé samedi 17 octobre :

C'est au cours d'un repas entre femmes que Serdal K., beau frère de la victime qui avait invité ses belles sœur à prendre un repas chez elle, a déboulé chez elle sans y être invité. Il a d'abord tambouriné dans la porte avant que la résidente des lieux ne lui ouvre et lui demande de partir.

Fou furieux, Serdal K. la projette au sol, la traine et lui assène des coups de poings. Elle parvient à lui échapper et à se réfugier dans sa chambre. Il menace de mort les femmes présentes, jette un vase sur sa femme et repart.

Son épouse porte plainte, ce qui le conduit jusqu'au tribunal ce vendredi 15 octobre pour répondre de ses actes.

La belle sœur victime a bénéficié de 2 jours d'ITT.

A la présentation de la personnalité du prévenu, il s'avère que celui-ci s'est rendu coupable de violence et menace sur sa femme en décembre 2019 et déjà ce mois d'octobre. Son casier impressionne jusqu'à la juge : « 9 pages ! J'ai rarement vu un tel casier » avoue Christelle Gomez... Vols, conduite après retrait de permis, excès de vitesse, violence sur sa femme... les premières condamnations datent de 2015.

Il s'avère également qu'il sort de prison en date du 24 septembre 2020 ! condamné pour des faits de même nature en décembre 2019.

Sa femme, présente à l'audience, se constitue partie civile.

Il a pour lui d'avoir été très malade et d'avoir souffert notamment d'un cancer de la gorge et d'une méningite. Complètement rongé, il a basculé dans la déviance et l'agressivité.

Sans travail et sans domicile déclaré, il a pourtant 3 enfants et est suivi par le service d'insertion et de probation. Mais là encore, « le dernier rapport du SPIP est très négatif » indique la juge, et demande la révocation d'un sursis obtenu lors de la condamnation précédente. « Trouble de la personnalité, instable et intolérant à la frustration » précise le rapport d'expert. Pas de troubles psychiques pour autant.

Tout est dit. Serdal K. est responsable de ses actes et déclaré coupable. Alors qu'il encourait 6 ans pour récidive, le tribunal a prononcé une nouvelle condamnation de 12 mois de prison dont 6 mois avec suris probatoire, interdiction d'entrer en contact avec la victime, obligation de soin, révocation du sursis antérieur et maintien en détention.

R.B.