dimanche 24 janvier 2021
  • VO PEUGEOT NOMBLOT MACON JAN2021 - 1.jpg
  • MACON HABITAT LOCAUX COMMERCIAUX 20NOV2020.jpg
  • ARMEE TERRE CIRFA MACON DEC2020 - 1.jpg

Mobilisés pour renforcer les équipes hospitalières dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de COVID-19, les étudiants de l’IFSI de Mâcon dénoncent les conditions de leur mobilisation et les conséquences sur leur formation.

 

Communiqué

La crise sanitaire que nous vivons est exceptionnelle, mais après ces derniers mois difficiles, nous pensons qu’il est temps de faire le point sur la situation des étudiants infirmiers de Mâcon. L'ensemble des promotions de l’institut a déjà participé à l’effort commun de la gestion de la crise de la COVID en se mobilisant sur la période du 16 mars au 31 mai 2020. Nous sommes fiers d'avoir fait notre devoir en cette période délicate malgré les conséquences sur notre formation d’infirmier. Nous avons fait cela sans recevoir, pour certains, ni rémunération, ni prime. Il y a eu des différences de traitement flagrantes entre les IFSI de la région et nous n’avons pas reçu d’explication pour cela.

Aujourd’hui, nous, les étudiants de l’IFSI [Institut de formation en soins infirmiers] de Mâcon, sommes en colère. L’organisation qui nous est imposée est injustifiée et cela sur beaucoup de points. Après vérifications auprès des organismes, nous manquons d’informations fiables et de cohérence entre les renseignements donnés par le Ministère des Solidarités et de la Santé, par l’ARS et par l’IFSI.

Nous sommes envoyés en période de stage avec un statut de stagiaire pour effectuer ce renfort, et cela en lieu et place de nos cours théoriques. Pour rappel, afin de répondre aux besoins des services lors de la première vague, le Plan Blanc a été déclenché. Dans le cadre de ce plan, il est donc fait appel au renfort des étudiants mais pas seulement, les salariés ne peuvent pas prendre leurs congés, les nouveaux retraités sont également rappelés…

Or, à notre connaissance, ce plan blanc n’a pas été déclenché pour cette deuxième vague. D’ailleurs, dans les services où nous intervenons ce jour, certains cadres profitent de notre présence afin de permettre au personnel de prendre ses congés. Ce phénomène est une aubaine pour les établissements qui fonctionnent à moindre coût. Nous sommes loin des promesses faites et du vadémécum édité le 23 octobre dernier par le Ministère des Solidarités et de la Santé, visant à encadrer la mobilisation et à protéger les étudiants en santé en évitant tout abus. Nous déplorons que ce document ne soit pas utilisé pour prendre ces décisions organisationnelles.

Très concrètement, nous effectuons un stage de renfort aide-soignant, statut que nous avons validé dès la fin de notre première année de formation. Cela est incohérent et n’est pas compatible avec l’avancée de notre progression dans notre formation. Nous sacrifions nos heures de formations et donc d’apports théoriques pour pallier l’absentéisme.

Sous ce couvert de stage, la rémunération s’élève à 1,40€ de l’heure. Malgré nos dernières informations et l’annonce de la reconduction du budget de 2M€ alloué lors de la première vague, nous restons inquiets quant aux modalités employées. Précédemment, les taux horaires n’ont pas été respectés, et tout a été propice à minimiser l’acquisition et la valeur de cette prime.

A contrario de nos renforts de la première vague, nous sommes de nombreux étudiants à remonter que notre présence dans les services n’est pas nécessaire, en tout cas pas plus qu’en dehors des situations de crise. Certains cadres seraient même prêts à nous renvoyer car ils n’ont pas besoin de nous. Pourtant, un cadre supérieur de l’hôpital aurait transmis un mail à plusieurs cadres les enjoignant à ne pas dire que notre présence n’était pas nécessaire. « Profitez-en » aurait-il ajouté en parlant de nous !

Nous ne souhaitons pas, à n’importe quel prix, sacrifier notre formation et faire office de tampons pour pallier les dysfonctionnements des différents services. Nous voulons reprendre les cours le plus rapidement possible. Nous sommes conscients de la difficulté de la gestion d’une telle crise. Nous souhaitons rester disponibles pour renforcer les services qui en ont réellement besoin.

Nous sommes prêts à apporter notre aide sur nos temps personnels, jours fériés, week-ends et vacances scolaires pour éviter tout manquement à notre formation. Les étudiants d’aujourd’hui sont les professionnels de demain, et toute atteinte à la qualité de notre formation affectera nos compétences et aptitudes dans la prise de nos fonctions.

Les étudiants infirmiers de l’IFSI de Mâcon

 

COVID-19 - Vaccination : Ça bloque à Paris et dans les ARS, et ça met en colère André Accary

ANDRE ACCARY 2711 CHARNAY - 1.jpg
Le président du Département de Saône-et-Loire s'est fendu d'une lettre au président de la République pour rappeler que le Département est prêt depuis un moment, contrairement à l'ARS... A lire ici.

COVID-19 - Pr Luc Montagnier : « Il y a eu aussi, en partie, fabrication du virus »

DR MONTAGNER - 1.jpg
Mais « sans mauvaise intention », précise-t'il... VIH, covid-19, science, vaccin, prévention et thérapie, autisme, Fourtillan, Bill Gates... le professeur Luc Montagner, prix Nobel de médecine, a affirmé ses positions sur France Soir il y a trois jours. Étonnant, détonant et très éclairant !

FORMATION : À Mâcon, Roxana Maracineanu évoque la création d'un Bac Pro des métiers du sport

ROXANA MARACINEAU MACON 17DEC2020 BACPRO - 1.jpg
La ministre l'a présenté comme « une révolution pour la filière ».

EXPRESSION CITOYENNE - Auto-confinement des élèves : « Nouvelle préconisation, nouveau mépris pour le personnel » estime la CGT Educ'action

Le syndicat signale quatre classes fermées pour covid dans le département, plusieurs enseignants positifs et une vie scolaire impactée.

EDITO : Nucléaire, covid-19, la question est...

Pourquoi Emmanuel Macron écoute un expert de très haut niveau en matière d'énergie nucléaire et pas un autre en matière de santé ?

POLITIQUE : Fabien Genet défend l'enseignement agricole au sénat

« Votre budget n’est pas à la hauteur de l’ambition agricole qui devrait être celle de notre pays ! » a-t'il lancé à la tribune.

SANTÉ - 31 millions d'€ pour la région BFC : « Une belle enveloppe qui ne règle pas tout »

Le 14 novembre, le ministre de la Santé annonçait une enveloppe de 31 millions d'euros pour la Bourgogne-Franche-Comté attribuée dans le cadre du Ségur de la Santé. Michel Maillet, membre du collectif Santé protection sociale de l’Union Départementale CGT de Saône et Loire, a réagi à cette annonce.

Général Electric : « C’en est trop » s'indigne Marie-Guite Dufay

Après l’annonce de nouvelles suppressions de postes dans le cadre de la réorganisation de GE Steam Power, Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, réagit avec force...

CRISE SANITAIRE ET POUVOIR D'ACHAT : Les retraités de la CGT demandent 100€ tout de suite

L’Union syndicale des Retraités CGT de Saône et Loire invite toutes les retraitées et tous les retraités à signer une pétition en ligne

EXPRESSION POLITIQUE : « De quoi ont besoin les quartiers populaires de Mâcon ? »

La réaction du PCF cu Mâconnais suite aux violences urbaines du week end à Mâcon.