mardi 3 août 2021

MBA CRC DEC20202.jpg

Jeudi soir, Jean-Patrick Courtois a présidé un conseil communautaire qui devait être « gravé dans les mémoires » a-t’il dit dans son propos liminaire. En effet, après un hommage à Samuel Paty, c’est le rapport de la Chambre régionale des comptes qui a fait l'objet d'une communication en ouverture. À lire aussi, les déclarations de deux élus.es de l'opposition.

Ce rapport est l’aboutissement de « plus d’une année de travail dans un esprit constructif. (…) Il contient en effet 8 recommandations auxquelles nous avons obligation d’apporter une réponse dans un délai d’un an à compter de la présentation du rapport au conseil. »

« Si le rapport ne contient pas d’observations très critiques » a enchainé Jean-Patrick Courtois, « les remarques formulées vont être l’occasion d’améliorer l’action et la gestion de MBA. En effet, selon moi, une collectivité ne subit pas un contrôle mais bénéficie de l’expertise des Chambres. Ce travail doit donc être et sera l’occasion de nous améliorer. » Sur une une structuration plus grande des services, notamment en internalisant une partie des prestations dites intellectuelles (limiter le recours aux prestataires pour l’élaboration de sa stratégie). 

La mutualisation doit aussi être travaillée et fait d’or et déjà l’objet d’une proposition, celle du transfert de la contribution SDIS.

« Le précédent schéma de mutualisation 2015-2020 n’a pas été suffisamment mis en oeuvre. MBA pourrait donc proposer la construction d’un schéma de mutualisation 2021-2026, avec une montée en charge progressive. » Le président a annoncé une conférence des maires spécifiquement sur ce sujet le 21 janvier, pour « recenser les besoins et poser un diagnostic partagé ».    

Autre chantier qui devra être conduit, celui d’un pacte financier et fiscal pour le reversement de la taxe d’aménagement et la fixation des attributions de compensation pour la compétence Petite enfance. « Si les modalités de la fixation de l’AC pour la Pattite enfance sont critiquées car étant non conformes au texte en l’absence de délibérations annuelles, l’esprit du dispositif est justifié selon le rapport de la CRC » a précisé le président. « MBA et les communes membres pourront donner satisfaction en délibérant chaque année sur le montant de ces AC dans l’attente de la mise en place d’un pacte financier et fiscal. » 

La structuration de la commande publique doit se poursuivrait, avec un contrôle externe qui doit être mis en place. 

La réforme relative au temps de travail des agents sera achevées également dans les délais. La recommandation pose la date du 1er janvier 2021. « Or la loi TFP dispose que les collectivités ont un délai d’un an à compter du renouvellement de leurs assemblées délibérantes pour définir (…) les règles relatives au temps de travail demeures agents. Ces règles entrent en application au plus tard le 1er janvier de l’année suivant leur définition. Ainsi, MBA a jusqu’au 15 juillet 2021 pour définir un nouveau régime du temps de travail et jusqu’au 1er janvier 2022 pour l’appliquer. Le dialogue social a été engagé et la mise en oeuvre ne connaîtra pas de retard à MBA » a garanti Jean-Patrick Courtois. 

« La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences a déjà fait l’objet d’une attention soutenue, avec une stratégie pluriannuelle de pilotage des ressources humaines. »

« Plusieurs points de satisfaction sont relevés dans le rapport » a-t’il poursuivi. « L’instruction des demandes de subventions et leur suivi, la fiabilité des comptes, le régime indemnitaire régulier et instauré dans des délais satisfaisants. »

« Il faut noter évidemment que l’analyse financière a été réalisée avant la crise sanitaire n’apparaît plus d’actualité compte tenu des pertes enregistrées à ce jour par MBA. L’impact financier de la crise est évalué à ce jour à 2,2 millions d’€, dont 500 000 pour les seules pertes de recettes du centre aquatique. (…) Le faible endettement constaté dans le rapport en 2018 n’est plus vrai aujourd’hui en raison des contrats de prêt transférés qui ont conduit à un doublement de la dette. (…) Au 31 décembre 2020, MBA est partie à 75 contrats de prêt pour un capital restant dû de 20,6 millions d’€. »

Le rapport pointe aussi une « trésorerie pléthorique »… le président a répondu que le niveau de trésorerie « permet d’affronter la crise et est indispensable pour affronter tout nouvel imprévu. Il permet aussi de payer les fournisseurs dans des délais satisfaisants et réglementaires. » (17,35 jours en octobre 2020, quand le délai réglementaire est de 20 jours pour l’ordonnateur).   

L’absentéisme fait aussi l’objet d’une observation de la CRC, appelant à une politique de prévention « davantage formalisée et plus aboutie ». « Malgré cette observation, la CRC reconnait toutefois quelle taux d’absentéisme de MBA est inférieur à la moyenne. »

En conclusion, Jean-Patrick Courtois a souligné les constats de la CRC d’une gestion rigoureuse et prudente des finances dans un contexte de montée en puissance de l’Agglomération.

« cela n'a pas empêché de lourdes dépenses d'équipements pour les équipements culturels et sportifs. MBA a par ailleurs financé pour des montants substantiels des actions et des organismes n'ayant pas été définis comme d'intérêt communautaire.

La Chambre régionale des comptes demande que cette montée en puissance se concrétise parla prise de l’ensemble des compétences qui doivent relever de son champ d’intervention et par la mise en place de stratégies d’achats, de mutualisation et de ressources humaines. MBA est déjà positionnée sur ce dernier point en conduisant la rédaction de lignes directrices de gestion. Une nouvelle étape dans la mutualisation pourrait permettre à la collectivité de rendre un meilleur service aux habitants de chaque commune et d’enrayer la baisse des dotations. »

   


 

La déclaration de Dominique Jobart

pour le groupe d'opposition « Pour un Mâconnais - Beaujolais Solidaire »

En conférence des maires vous avez évoqué ce rapport d’observation de la chambre régionale des comptes en disant qu'il était assez anodin.

Permettez-moi au contraire de dire qu'il remet un certain nombre de choses en place.

Ce rapport comporte 8 recommandations auxquelles vous avez commencé à répondre le 6 octobre 2020. Et encore toutes les demandes de rectifications émises dans ce rapport n'ont pas été formalisées dans ces recommandations. 

Tout d’abord, nous avons le plaisir de constater que la chambre des comptes a de bonnes lectures. Par exemple lors du conseil communautaire du 27 février 2019, nous avons accordé 80 000 € à l'accélérateur de start-up Inobyz pour qu’il soutienne 5 projets de startup sur notre territoire. Maurice Plassard vous avait demandé la part que représentait cette subvention dans le budget global de l’opération et si les fonds pourraient être récupérés si finalement moins de 5 projets étaient soutenus.

Le rapport de la chambre régionale des comptes note à la page 27 qu’ « aucune réponse n’a été apportée à ces questions ».

Mais heureusement la chambre des comptes s’est reportée à notre bulletin d’information pour savoir qu’il avait été répondu qu’on n’était pas habilités à connaître le budget d'Inobyz ni si il y avait d'autres financeurs.

Cela nous réjouit bien sûr et nous conforte dans notre travail mais je ne ferai pas ce soir de triomphalisme. Permettez-moi quand même de vous dire que nous savourons le fait de retrouver la plupart de nos luttes et de nos interventions du mandat précédent et de ce début de mandat reprises dans ce rapport.

Quand c'est nous qui vous avons fait des remarques et des propositions vous les avez superbement ignorées. J'espère que quand c'est la Chambre des Comptes qui vous dit à peu près la même chose vous allez en tenir compte.

Je reprendrai 3 exemples :

La petite enfance 

Le rapport de la Chambre des Comptes nous dit à la page 30 : « Les montants des attributions de compensation 2017 à 2019 attribués par MBA aux communes membres prennent notamment en compte une indexation annuelle de la part des attributions de compensation liée au transfert de la compétence petite enfance sur le nombre d'heures effectivement consommées chaque année par les familles de chaque commune. L'article 1609 nonies C du code général des impôts dispose pourtant que l'attribution de compensation versée à chaque commune membre se fait à la date du transfert de compétences et ne peut pas être indexé».

Le 14 décembre 2017 je vous disais à peu près la même chose « à mesure que le service de la petite enfance se développe, le nombre d'heures offertes aux familles et donc consommées augmente. Ainsi les communes continuent à financer les évolutions du service décidées par la communauté. C'est contraire à la fin de l'article 1609 nonies C V.-1°bis du code général des impôts ».

Je proposais au nom du groupe un exemple de calcul d'attributions de compensation qui tout en restant dérogatoire pour répartir la charge sur toutes les communes, était stable dans le temps et prévisible pour les communes. Nous proposions de répartir le coût de la petite enfant tel qu'il était au moment du transfert. Ce coût resterait stable dans le temps comme doivent l'être toutes les attributions de compensation.

Bien que cela ne soit pas repris dans les 8 recommandations de la chambre des comptes et vous n'y avez donc pas répondu, je vous demande de prendre cette remarque en compte et de retravailler avec nous sur les attributions de compensation de la petite enfance.

Nous pouvons repartir de la base nous avions proposée le 14 décembre 2017.

La surestimation des investissements notamment en transports

Le rapport de la Chambre des Comptes nous dit à la page 45 : « Les dépenses d'investissement sont globalement surévaluées...

Après savoir acquis mi-2017 le parc de bus de son ancien délégataire (22 véhicules pour une valeur total de 1M€), MBA a prévu de renouveler ce parc sur la totalité de la durée de la nouvelle DSP ce qui représente au total une dépense de 3,8 millions d'euros.

MBA a pourtant inscrit au budget primitif 2018 du budget annexe Transports 3,6 millions d'euros pour l'acquisition de matériel de transport, ce qui représente la quasi-totalité des investissements prévus sur les 7 années de la DSP ».Suite à ces budgets le rapport note qu’il n’a été dépensé que 124 000€ en 2018 et 817 000 € en 2019.

« La chambre estime que ces pratiques sont de nature à remettre en cause la sincérité des prévisions budgétaires et recommande à MBA d'ajuster davantage ses prévisions budgétaires afin d'en assurer la sincérité. »

Le 12 avril 2018, Maurice Plassard disait à peu près la même chose :  « Le montant de 3 620 000 € en investissement pour le renouvellement de 1 à 3 bus dites-vous est irréaliste. Comme cela a déjà été le cas lors des 2 derniers budgets ce montant correspond de fait aux excédents qu’il faut bien utiliser. Comme cela avait déjà été le cas pour les budgets 2016 et 2017, ce budget est loin d’une expression réaliste des perspectives 2018. »

Devant votre absence de prise en compte de ces remarques, le 1er juin 2018 nous avons écrit au préfet pour solliciter son contrôle de la légalité sur ce budget. Nous argumentions ainsi : « Les dépenses d’investissements ne sont pas évaluées « de façon sincère ». Le renouvellement de « 1 à 3 bus » ne peut représenter un montant de plus de 3 000 000 €. »

Le 30 juillet 2018, le préfet nous a répondu : «  Après analyse du rapport n°36 joint à votre lettre, aucun élément objectif ne permet de mettre en doute la sincérité des sommes indiquées en section d'investissement de ce budget ».

Ce préfet était très gentil avec le président de MBA mais il est intéressant de constater après coup que la chambre régionale des comptes n’est pas du tout de son avis mais partage nos doutes sur la sincérité du budget transports. C’est dommage que le préfet ne l’ai pas consultée avant de nous répondre : Circulez, il n’y a rien à voir.

Tout cela est du passé, je vous demande que pour 2021, on reparte sur des pratiques saines et sincères.

La Trésorerie pléthorique

Le rapport de la Chambre des Comptes nous dit aux pages 3 et 51 : « Après avoir cumulé des résultats excédentaires sur chacun de ses budgets et contracté un emprunt de 6,7 millions d'euros en 2017 en l'absence d'investissement à cette hauteur, MBA dispose au 31 décembre 2018 d'un fonds de roulement et une trésorerie pléthoriques.

Au regard de la situation financière confortable de l'établissement et notamment du niveau d'épargne de gestion, la chambre invite MBA à s'interroger sur le niveau de sa fiscalité sur la politique de tarification de ses équipements. »

Le 12 avril 2018, Maurice Plassard disait à peu près la même chose  :  « Aujourd’hui le résultat comptable de fonctionnement est de 1 950 744 €, il incorpore 820 000 € d’augmentation de la Taxe d’Habitation décidée en juin de manière totalement injustifiée. »

Ces constatations sur la trésorerie pléthorique de MBA et sur la sincérité des investissements amènent la chambre des comptes à s’interroger à la page 3 sur « le niveau de la fiscalité de MBA et sur la politique de tarification de ses principaux équipements ».

Au delà de ces 3 exemples précis nous retrouvons de nombreux problèmes que nous avons soulevés.

Plusieurs points sur la gouvernance : La composition irrégulière du conseil de développement. On voit au rapport 17 que vous êtes en train de remédier à l’observation de la chambre des comptes, Dont acte.

Une démarche de mutualisations peu aboutie. La chambre des comptes nous demande d’avancer sur ce point dans la présente mandature.

L’absence de pacte financier et fiscal qui constitue une irrégularité.

La chambre des comptes a relevé plusieurs irrégularités importantes dans la passation des marchés publics ce qui m’a un peu surpris ayant moi-même constaté en commission MAPA la rigueur du travail fait par le service de la commande publique de MBA

La chambre des comptes a aussi relevé le contrôle insuffisant sur l’exécution des contrats de Délégation des Services Publics .

Enfin le rapport dénombre à la page 26, 11 études confiées à des bureaux privés d’audit et de conseil pour un montant de près de 710 000 €. La chambre juge ce recours relativement fréquent et invite MBA à s’appuyer d’avantage sur ses ressources internes.

J’ajouterais que ce montant important d’études est d’autant plus mal valorisé que très souvent ces études sont abandonnées en rase campagne et jamais finalisées comme par exemple le schéma d’organisation de la GEMAPI conduit dans le cadre du contrat de rivières. Leur résultat est souvent très peu partagé. Nous avons du batailler ferme dans le mandat précédent pour obtenir des bribes du rendu des études du schéma touristique et du schéma de l’enseignement musical.

Par ailleurs, il n’est parfois tenu aucun compte du résultat de certaines études comme le relève par exemple le rapport de la chambre des comptes à la page 50. Un audit fiscalité a en effet été confié à un prestataire pour plus de 7000 €. « La restitution de cet audit fait état de pistes de recettes supplémentaires très importantes. Sur la fiscalité des entreprises, 3 M€ récupérables à titre rétroactif et 0,8 million d'euros de recettes supplémentaires pourraient être perçues sur chaque exercice à venir.

Aucune décision de mise en œuvre des préconisations du cabinet n'a été prise à ce jour. »

M. le président, ce soir je ne formulerai qu’une demande : étudions en détail ce rapport, réunissons les commissions au-delà de leur réunion obligatoire avant chaque conseil et mettons sérieusement en œuvre les recommandation et remarques de ce rapport.

Je vous dis solennellement ce soir que nous sommes disponibles pour accomplir ce travail avec vous et vos services.

 


 

La déclaration d'Eve Comtet Sorabella,

conseillère communautaire MBA (groupe d'opposition)

Le code des juridictionsfinancières nous invite à débattre après avoir pris connaissance du rapport d’observation de la CRC... Je vais vous paraître sévère... mais la lecture de tant d’observations que j’ai pu faire ... que d’autres conseillers dit «de l’opposition» ont pu exprimer durant 6 ans pousse à la critique. Ce rapport d’observation de la CRC est à charge sur votre conduite de notre agglomération ; il entache ce conseil car les recommandations sont faites sur des points fondamentaux :

- Assurer la sincérité des documents budgétaires,

- assurer un contrôle effectif des services faisant l’objet d’un contrat de délégation,

- avoir un conseil de développement qui fonctionne réellement,

- élaborer un pacte financier et fiscal,

- donner des perspectives en matière de ressources humaineset mieux gérer le temps de travail...

Pour ne citer que 5 d’entre eux... Alors, je commencerai par reprendre une de mes interventions faite à l’occasion de la présentation du compte administratif du BP en 2017 :

- 50% seulement de réalisation des dépenses d’investissement,

- 6M€ d’emprunt réalisés trop tôt,

- Une incapacité de revoir les politiques dans de nombreux domaines avec des délégations de services publics verrouillées pour 3, 5 ou même 7 ans.....

- Un excédent dans le budget des transports sans que le travail ait été mené sur un véritable schéma de déplacement

- Un projet de pôle multimodal qui se réduit à l’amélioration de l’accès au site et au développement de l’offre de stationnement le rapport dit cela...

C’est ainsi que comme nous avons pu vous en faire la remarque tout au long du mandat précédent, il n’y a aucun motif sérieux pour augmenter les tarifs des services aux usagers qui ont pourtant progressé de 2% par an depuis 2013, soit 17.16% d’augmentation en 8 ans... nous nous y sommes opposés chaque année... en avril 2019, nous pouvions constater que le budget prévisionnel 2019 s’appuyait sur des projets qui allaient bien au delà du terme de la mandature. Le ratio de désendettement de 3 ans n’était pas bon, signe d’un sous investissement. Ces deux éléments mis en relation vous permettaient de justifier d’une part la mobilisation d’un emprunt permettant ainsi de faire remonter le ratio de désendettement, d’autre part le maintien de la fiscalité au même niveau qu’en 2018 et l’augmentation des tarifs.

Tout cela est très artificiel... finalement peu compréhensible par les habitants de l’agglomération.

Le budget prévisionnel 2020 a été présenté avec le maintien des taux pour une exécution faible. Donc en 2020, vous vous obstinez dans les mêmes écueils que durant le mandat précédant. D’un impôt utile à un service public à la hauteur des besoins, vous le transformez en charge inutile et incomprise par les contribuables carvous l’utilisez comme outil de financement d’investissementsque l’on ne voit pas se concrétiser. Cette gestion «en bon père de famille» comme vous le répétez chaque année, est qualifiée par la CRC d’insincère... c’est une gestion inefficace du quotidien pour d’hypothétiques investissements dont les bénéficiaires ne sont pas les administrés d’aujourd’hui et peut-être même pas leurs enfants.

Les DSP... leur nombre pléthorique, lui aussi... et donc une difficulté extrêmepour notre collectivité de les suivre avec sérieux, c'est-à-dire de vérifier que ce qui est fait est bien conforme aux termes des contrats. La DSP transport et ses avenants successifs. Je rappellerai simplement une partie de mon intervention faite au conseil d’avril 2017 à l’occasion du vote pour le renouvellement de la DSP pour la gestion des transports urbains «...j’ai proposé au comité du SITUM la prolongation de la DSP carpostalafin que notre assemblée décide du meilleur mode de gestion pour ce service public et que l’agglomération se prépare dans les meilleures conditions à une reprise en régiepublique du service de transport urbain si elle le choisissait.

Comme à l’accoutumée, le mode de gestion en régie est toujours décrit comme étant le pire alors qu’aucune comparaison chiffrée ne permet de le vérifier. Aussi, donc, le SITUM a décidé du modede gestion et la nouvelle assemblée doit s’y conformer.../...notre décision porte sur le choix d’un délégataire et d’une convention de délégation de service public mais en aucun cas de l’offre de transport à venir.

En effet, aucune précision n’est donnée surles règlements de transport. Les annexes au projet de convention sont vides d’éléments. La comparaison avec la convention de la DSP en cours est très difficile ... La DSP Carpostal a fait l’objet de 13 avenants en 8 ans, celle sur laquelle nous nous apprêtons à nous prononcer va sans doute battre ce record...» Fin de citation... Record bientôt battu puisque nous avons acté l’avenant 10 au mois de juillet 2020 soit 3 ans après la signature de la convention de DSP. Ces avenants sont en effet le reflet de la rigidité de la convention mais également d’une offre théorique qui s’adapte au fils du temps en fonction des besoins exprimés mais de toute façon, toujours avec un temps de retard et donc en opposition avec un projet de mobilité qui se veut prospectif.

Le conseil de développement (NDLR : Il s'ouvre aux socio-pros pour répondre justement au rapport de la CRC. Cliquez ici pour lire notre article)... je vous ai sollicité à plusieurs reprises au court de la mandature précédente et encore récemment... pour quelle réponse « le Conseil de Développement n’a pas été réuni. » Avec, de plus, tout le mépris et le dédain que vous réservez habituellement à toute contradiction et de plus en plus fortement au fil du temps...

Le pacte financier et fiscal... quand est-ce prévu pour ? et oui, il est question d’une élaboration dès 2020 – plus que 20 jours - mais les conseillers n’ont pas été invités à y travailler ; celui-cipermettrait d’élever notre collectivité au statut d’agglomération porteuse de projets collectifsen faveur de l’intérêt général... en totale rupture avec l’idée que vous nous imposez : une collection de projets individuels conduits par chaque commune qui le peut encore compte tenu du peu de moyens des villages qui la composent pourtant pour 85%.

Alors à présent, qui peut encore croire à vos qualités de gestion ? Et quels engagements allez-vous prendre devant les administrés pour corriger les manquements pointés par la CRC ?

 

 

MBA CRC - 1.jpg

Hommage du conseil à Samule Paty

« Hier était la date anniversaire de la promulgation de la loi du 09 décembre 1905 relative à la séparation de l'Église et de l'État, consacrant la laïcité de notre République. Notre responsabilité est de toujours défendre cette liberté d'expression et de conscience et de ne pas accepter qu'il y soit porté atteinte. Pourtant, une fois de plus, une fois de trop, le 16 octobre dernier, un homme qui avait le choix d'enseigner et d'apprendre à ses élèves à devneir citoyen, qui avait décidé d'apprendre à chacun ses devoirs pour les remplir et ses libertés pour les exercer, a été pour ces raisons assassiné... Aussi, je vous invite, au nom de notre République et en hommage à Monsieur Samule Paty, professeur d'histoire-géographie, à respecter une minute de silence. »

 

MBA CRC - 3.jpg

MBA CRC2 - 2.jpg

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS-AGGLOMÉRATION : Un succès massif pour l’aide à l’acquisition de vélo

L’enveloppe de 50 000 € consacrée à cette opération est épuisée depuis fin mars…

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMÉRATION : Saône digitale et adhésion au Pôle métropolitain lyonnais, c'est pour bientôt

Dans son propos liminaire jeudi soir en conseil d'Agglomération, Jean-Patrick Courtois a évoqué deux grands projets au service du développement économique de la communauté : Saône digitale et l'adhésion au Pôle métropolitain lyonnais. Les choses se précisent.

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMERATION : Budget primitif 2021 adopté

Le conseil s'est tenu à La Chapelle de Guinchay jeudi soir. Le détail des grandes orientations. À souligner également, la non-augmentation des impôts.

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMÉRATION : C'est parti pour la semaine du compostage

Pour la 5e année consécutive, Mâconnais-Beaujolais Agglomération participe à la quinzaine nationale du compostage « Tous au compost » du 27 mars au 10 avril. La commune de Sancé a initié l'opération ce lundi au 3 rue Le Pré des Mares.

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMÉRATION : Une classe CHAMV à l'école annexe de Mâcon dès la rentrée !

ChamV120321 (10).JPG
Dans le cadre de son projet d’établissement, Mâconnais-Beaujolais Aggloméra­tion (MBA) a souhaité que le Conservatoire communautaire participe plus activement à l’insertion des apprentissages artistiques dans les processus éducatifs.

MÂCONNAIS BEAUJOLAIS AGGLOMÉRATION : Le réseau Tréma lance le Vacci' Service

VacciService260221 (7).JPG
Mâconnais-Beaujolais Agglomération (MBA) met à disposition, sur les 39 communes du territoire, ses véhicules de Transport de Personnes à Mobilité Réduite aux personnes bénéficiant d’un rendez-vous, pour les conduire sur le lieu de vaccination.

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMÉRATION : Une nouvelle station d'épuration à La Roche-Vineuse

EpurationRVineuse240221.jpg
Mâconnais Beaujolais Agglomération poursuit son programme d’amélioration de la qualité de l’eau et des milieux aquatiques du territoire en rendant l’unité de traitement de La Roche Vineuse plus capacitaire et plus vertueuse.

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMÉRATION - Budget : Le président compte sur les entreprises qui se développent et celles qui arriveront

AGGLO MBA FEV20215 - 1.jpg
À l'ordre du jour du conseil communataire ce jeudi soir, le ROB, rapport d'orientation budgétaire et débat. Le conseiller communautaire-député a défendu l’Etat, la leader de l'opposition a critiqué une politique qu'elle juge à « contre-courant ».

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMÉRATION : 1ers pas vers les bus à hydrogène

HYDROGENE BUS MBA FEV2021 - 1.jpg
Un appel à projet est actuellement lancé par l’ADEME, visant à subventionner les dépenses d’investissements des collectivités qui se lancent dans la création d’un écosystème à hydrogène sur leur territoire. C’est pour y candidater que MBA formalise aujourd’hui son engagement dans le projet de station hydrogène.

MÂCONNAIS BEAUJOLAIS AGGLOMÉRATION : Le Conseil de développement est installé

MBA Conseil de développement.jpg
Ils sont vingt-et-un. Des femmes et des hommes issus de milieux professionnels et d’horizons différents, des viticulteurs, avocats, chefs d’entreprise, présidents d’association, retraites de l’Éducation nationale, de l’immobilier, de la santé… Et tous forment le nouveau Conseil de développement de MBA.

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMERATION : Un chèque de 4 000 € pour la Ligue contre le cancer !

MBA chèque Ligue cancer (38).JPG
Michelle Jugnet, vice-présidente de MBA, a remis ce lundi aux représentants de l’association le don annuel qui fait suite à la collecte de verre dans les bacs de tri sur le territoire de l’agglomération.

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMÉRATION : C'est parti pour la collecte des sapins de Noël !

Charnaysapin2021.jpg
Depuis le 2 et jusqu'au 25 janvier, Mâconnais Beaujolais Agglomération met en place une collecte des sapins de Noël sur Mâcon et Charnay.

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMÉRATION : Quelques recommandations dans le rapport de la Chambre régionale des Comptes

MBA CRC DEC20202.jpg
Jeudi soir, Jean-Patrick Courtois a présidé un conseil communautaire qui devait être « gravé dans les mémoires » a-t’il dit dans son propos liminaire. En effet, après un hommage à Samuel Paty, c’est le rapport de la Chambre régionale des comptes qui a fait l'objet d'une communication en ouverture. À lire aussi, les déclarations de deux élus.es de l'opposition.

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMERATION : Le Conseil de développement s’ouvre aux socio-pros

ROGER MOREAU 2 CONSEIL DEVELOPPEMENT MBA - 1.jpg
C’est une belle avancée dans ce qui est appelée aujourd’hui la démocratie participative. Roger Moreau, ancien maire de Sancé, en assurera la présidence.

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMÉRATION : Les déchèteries sont ouvertes

DECHETERIE_MACON_COVID_-_11.jpg
Rappel pour les autres services de l'Agglomération : navette gratuite de Mâcon, agence Tréma et centre aquatique.

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS-AGGLOMÉRATION : Le fonctionnent des différentes structures lors du confinement…

DECHETERIE_MACON_COVID_-_11.jpg
Les services Petite Enfance ouverts, les déchetteries aussi. Le réseau de transport continue son activité. Le centre aquatique et le Conservatoire fermés sauf exceptions…

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMÉRATION : Un Conseil communautaire et son président vigilants

CCommunautaire1510 (5).JPG
Le nouveau Conseil communautaire élu en juillet dernier s'est réuni jeudi soir à la salle de la Verchère à Charnay. Il a abordé également la question du pacte de gouvernance.

MACONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMERATION : Réouverture lundi de la déchèterie de Charnay ; le 12 octobre pour St-Martin-Belle-Roche

C'est la phase finale des travaux de mise aux normes environnementales et de réhabilitation des locaux de gardiennage des déchèteries du territoire de MBA.

MÂCON - Conservatoire Edgar Varèse : Une rentrée rassurante pour les élèves et leurs professeurs

rentrée conservatoire Mâcon 2020.jpg
Eric Geneste, directeur, Christine Rullière, directrice adjointe, et Laure Verraest, vice-présidente de l'Agglomération MBA, ont présenté ce mardi, au cours d'un point presse, cette rentrée particulière, entre nouveautés, reports et protocole sanitaire. A noter, les inscriptions sont possibles jusqu'à la fin du mois.

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMÉRATION : La fréquentation à la piscine plonge en juin et juillet, ça remonte en août

piscine été 2020 Mâcon.jpg
Depuis leur réouverture le 10 juin dernier, la fréquentation dans les piscines de Mâcon et Azé a pris de plein fouet la crise sanitaire. Mais la situation évolue très positivement. macon-infos vous donne le détail des chiffres

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMERATION : « On a vu ce soir un monde qu’on n’a pas envie de voir ! » a attaqué Patrick Monin

Le maire d’Azé, élu de gauche, en avait gros sur le coeur hier soir. Il a exprimé, en toute fin de conseil, sa déception avec des propos sans détour. « Je suis un progressiste, je n’ai pas de leçon à recevoir de vous » a répondu Jean-Patrick Courtois. La passe d’armes en détail.

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMÉRATION : Jean-Patrick Courtois réélu à la présidence de l'Agglomération

JEAN PATRICK COURTOIS PRESIDENT MBA2020 - 1.jpg
Le conseil a procédé ce soir à l'élection du président et des vice-présidents, au Spot. A voir : les noms et les attributions des 15 vice-présidents et vice-présidentes.

MACONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMERATION : Des changements dans les transports à partir du 02 juin

Suites aux mesures annoncées hier par le Premier ministre, de nombreux changements vont s’opérer dès le 2 juin 2020, notamment pour les transports.

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMÉRATION : Les déchèteries qui ré-ouvrent le 18 mai

DECHETERIE VINZELLE COVID - 26.jpg
À voir, le planning d'ouverture. Retour à la normal pour Mâcon et Vinzelles.