mardi 2 mars 2021
  • VACCISERVICE MBA - 1.jpg
  • JPO Lamartine 2021 MACON_280x410.jpg
  • EPINOCHES MACON SENIORS - 1.jpg

L’Union Syndicale des Retraités CGT de Saône et Loire s'est fendue d'une lettre ouverte envoyée au Préfet, député.e.s, sénateurs et sénatrices pour les interpeller sur une situation qui n'irait qu'en s'aggravant selon le syndicat. Pouvoir d'achat, 5ème branche, forfait patients urgences, taxe sur les mutuelles, covid-19, PLFSS, tout y est abordé. 

 

Monsieur le Préfet, mesdames et messieurs les député.e.s, sénatrices et sénateurs,

Nous voulons vous faire part du mécontentement des retraité.e.s et personnes âgées qui sont les premières victimes de la crise du COVID 19.
Cette pandémie s’ajoute aux difficultés rencontrées par les retraité.e.s dans leur vie quotidienne. Cela se traduit notamment par la diminution de leur niveau de vie par rapport à celui des actifs avec le décrochage rapide et important de leurs pensions comme cela a été relevé dans le dernier rapport du COR.
La crise sanitaire se poursuit sans décisions cohérentes du gouvernement par exemple en poursuivant les fermetures de lits, obligeant à transférer des malades vers d’autres hôpitaux. Et cette crise sanitaire s’accompagne d’une crise économique et sociale qui s’amplifie avec le chômage, les suppressions d’emplois, la pauvreté qui augmente… Mais la bourse est euphorique… Cherchez l’erreur !

Alors, la stigmatisation à l’égard des retraités - qualifiés de privilégiés - est intolérable. Elle se traduit notamment par des formules du genre « la baisse des pensions serait une mesure de salubrité publique ». Lorsque que l’on sait que beaucoup de pensions sont en dessous du Salaire minimum, que de nombreuses veuves ne reçoivent qu’environ 900 euros par mois pour vivre, de tels discours disqualifient ceux qui les prononcent !

Oui les revendications des retraités concernant leur pouvoir d’achat sont amplement justifiées. Oui il faut porter les retraites et pensions au niveau du SMIC avec dans l’immédiat une augmentation de 100 euros.

Voici quelques éléments que nous portons à votre réflexion...

Le pouvoir d’achat des retraité.e.s :

Depuis la réforme BALLADUR de 1993, avec le calcul sur les 25 meilleures années au lieu des 10 meilleures, il n’a cessé de régresser. La perte s’est encore accentuée avec un quasi-blocage de l’évolution des pensions entre 2013 et 2017, l’augmentation de la CSG de 1,7 % en janvier 2018 et l’instauration d’une évolution différenciée au 1er janvier 2020 (0,3 % pour tous et 1 % pour les pensions inférieures à 2000 €). Tout cela sans compter le déficit permanent entre l’évolution du salaire moyen et l’évolution des prix qui sert à la revalorisation.

Ces différents éléments amènent au constat suivant : entre janvier 2008 et décembre 2019, les prix ont augmentés de 12,93 %, le SMIC a augmenté de 20,05 %, mais les pensions nettes versées par la CNAV n’ont augmenté que de 8,6 %, les complémentaires de l’ARCCO de 8,37 % et celles de l’AGIRC de 6,26 %.

Le forfait patients urgences :

Inscrit dans l’article 28 du projet de loi de financement, de la Sécurité Sociale PLFSS 2021, ce forfait doit remplacer dès le 1er Janvier - s’il est voté par le parlement - le ticket modérateur pour les passages aux urgences non suivis d’une hospitalisation. Son montant devrait être fixé à 18 Euros.
Cette mesure va dissuader les patients, en situation de précarité qui ne peuvent pas avancer les frais médicaux, à pousser la porte de l’hôpital. Par contre on omet de parler des pressions exercées sur ces patients par certains médecins libéraux par refus d’appliquer le tiers payant généralisé et ainsi éviter d’accueillir tous ces « indigents » dans leurs cabinets. Cette mesure va à l’encontre du code de santé publique qui impose l’égal accès aux soins pour toutes et tous et contredit ainsi « la charte de la personne hospitalisée ».

La Taxe additionnelle sur les mutuelle en 2020 et 2021 :

Le parlement a voté la taxe additionnelle à hauteur de 2,6% pour 2020 et 1,3% pour 2021.
Cette taxe va s’ajouter aux mesures fiscales diverses qui frappent le plus grand nombre et plus spécialement les retraités particulièrement touchés par la crise Covid. D’autant plus qu’ils doivent plus que d’autres faire appel aux services de santé.

La création de la 5ème branche autonomie :

Cette 5ème branche s’ajoute à celles déjà existantes que sont la Famille, la maladie, les accidents du travail et la retraite.
Pour la ministre Brigitte Bourguignon, la création de cette nouvelle branche constitue la première pierre d’une grande réforme du grand âge et de l’autonomie. Cependant cette 5ème branche ne sera pas dans la Sécurité Sociale : sa gestion sera confiée à la CNSA, dont la « gouvernance » ne repose en rien sur la démocratie sociale qui fonde la gestion de la Sécurité sociale. Les financements proposés ne sont pas à la hauteur des besoins : de 30 milliards d’euros par an (dont 6 milliards reposant sur les ménages), les dépenses liées au grand âge pourraient augmenter de plus de 9 milliards d’ici 2030.

Si l’on peut se féliciter qu’enfin l’aide à l’autonomie soit prise en compte, son financement par la CSG va grever un peu plus les ménages, notamment les plus modestes, mais aussi les retraités, car il est question d’augmenter la CSG des retraités (8,3 %) au même niveau que celle des actifs (9,2 %).
Pour la CGT, c’est un 5ème risque « autonomie de la naissance à la mort » dans la branche maladie de la Sécurité Sociale qu’il aurait fallu créer, avec un financement à 100% par les cotisations sociales.

Le PLFSS 2021 :

Le Ségur de la santé, qui occupe une part importante de ce PLFSS, n'a répondu ni aux attentes des retraités et des salariés ni aux besoins de la population. Si le gouvernement a été obligé de lâcher une augmentation de 183 € nets par mois, il n’en reste pas moins que cela ne répond qu’en partie aux revendications des hospitaliers en particulier en termes d’embauche massive de personnels. Aucun plan de recrutement ni de formation n’est prévu alors que 100 000 embauches sont nécessaires dans l’hôpital, 200 000 dans les EHPAD et 100 000 dans l’aide à domicile. Mais dans le même moment on constate sur le terrain que la réduction des moyens se poursuit.

Pour 2021, de nouveaux financements ont été anticipés pour l’achat de vaccins ou encore de tests et de masques. L’estimation de l’ONDAM pour 2021 a été fixée à +3,5 % par rapport à l’ONDAM 2020 rectifié, le portant à 224,6 milliards d’euros. Cela sera nettement insuffisant pour faire face au coût de la crise sanitaire. Cela entraînera inéluctablement de nouvelles fermetures de lits à cause du manque de personnels.
Ce PLFSS introduit ce que nous avons dénoncé plus haut : le forfait patient urgences et la 6ème branche autonomie. Cela confirme nos craintes déjà exprimées. Les moyens dégagés ne sont pas à la mesure de ce qu’exige la situation et surtout beaucoup plus faibles que ceux qui ont été votés pour soutenir l’économie.
Pour la CGT, la vie, la santé, le bien-être ne sont pas des dettes. La protection sociale non plus, c’est juste ce qui nous permet une vie juste et solidaire, pour retrouver ensemble nos jours heureux.
Il faut en finir avec les lois de financement et autres conventions de gestion qui étranglent notre Sécurité Sociale. Les exonérations de cotisations sociales patronales (559 milliards d’euros depuis 1992) doivent cesser, de même que toutes les mesures visant à faire financer la Sécurité Sociale par l’impôt, pénalisant très souvent les retraités.

Les effet de la pandémie de COVID 19 :

Il y aurait aussi beaucoup à commenter sur la gestion de la pandémie de Covid 19 au cours de cette année 2020 : le manque de masques que la ministre justifie par le fait que ce n’est pas nécessaire d’être masqué, le manque criant de matériel dans les hôpitaux, pas de lits et de respirateurs en nombre suffisant, pas assez de sur-blouses et de gants au grand dam des personnels soignants victimes de la maladie et décédés pour certains et certaines d’entre eux. Puis, c’est le confinement avec ses aberrations « pas dangereux la journée pour le travail mais dangereux le soir » un virus noctambule ? Puis les vacances libres avec le retour de la pandémie qui devait s’éteindre avec la chaleur…

En septembre, c’est la rentrée des classes en primaire et secondaire. Prétexte : le danger de déscolarisation pour les élèves mais véritable raison : surtout libérer les parents pour qu’ils et elles puissent aller travailler ou travailler à domicile sans la contrainte des enfants. Mais alors si ce n’est pas dangereux d’être scolarisé, pourquoi fermer les universités ? Gestion chaotique au coup par coup et dangereuse.

Aujourd’hui, c’est la perspective d’une vaccination en masse de la population qui domine et alimente l’actualité. Mais en-a-t-on les moyens, alors que d’ores et déjà apparaissent les premiers signes d’un déficit en approvisionnement ?

 

Voilà, Monsieur le Préfet, mesdames et messieurs les député.e.s, sénatrices et sénateurs, tout ce qui nous interpelle en ce début d’année 2021.

Les retraité-e-s et personnes âgées, comme nous l’avons déjà dit, n’accepteront pas d’être les boucs émissaires de la crise actuelle, ni celles et ceux qui selon le gouvernement pourraient contribuer financièrement à la charge de la crise. Nous serons très vigilants.

 

CONSEIL MUNICIPAL DE MÂCON : Les 12 grandes orientations inscrites au budget principal 2021

MACON CMMARS2021.jpg
Le conseil municipal réuni hier soir avait pour ordre du jour le rapport d'orientation budgétaire 2020 et la présentation des grandes oriantations 2021. Sécurité, empploi, animation, cadre de vie, développement durable, fiscalité... Revue de détails.

SAÔNE-ET-LOIRE : Le Conseil départemental donne un gros coup de pouce à l'emploi des jeunes

ANDRE_ACCARY_2711_CHARNAY-2.jpg
Avant l’assemblée départementale de ce jeudi et dans un contexte sanitaire particulier, André Accary a présenté ce lundi les principaux points qui seront à l’ordre du jour. Parmi ces sujets, l'annonce d'un vaste plan de soutien aux jeunes et à l’attractivité du territoire.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : Le nombre de décès quotidiens est en forte baisse montre l'INSEE

MORTALITE BFC INSEE JANV2021 - 1.jpg
Et se situe désormais au même niveau que lors de l’épidémie de grippe de 2019. L'occasion d'évoquer aussi la mortalité de la grippe de 2017, qui fit bondir le nombre de morts. Le covid n'existait pas, l'état d'urgence sanitaire non plus...

SAÔNE-ET-LOIRE : 8 lauréats « Prodiges de la Républiques »

L’initiative nationale « Prodiges de la République » met à l'honneur des citoyens de moins de 30 ans qui s’engagent remarquablement au service d’une cause ou de personnes. Deux jeunes femmes, de Mâcon et Jalogny, sont parmi les lauréats.es.

MÂCON - Affaire Laronze : Olivier Bosson cherche des hommes pour La Chanson de Jérôme !

Olivier Bosson La Chanson de Jérôme Mâcon 2702 (1).jpg
Le célèbre réalisateur lyonnais était samedi après-midi à la Maison des jeunes et de la culture (MJC) de l’Héritan, à l’occasion d’une rencontre avec les personnes volontaires pour prendre part à son film en hommage à Jérôme Laronze.

MÂCON : Sur la pelouse comme au parc... vive le printemps malgré l'hiver !

Parc Mâcon 2802 (60).jpg
Ce dimanche, rassemblements improvisés et spontanés sur les espaces et parcs aménagés en bord de Saône... Temps des tribus (cf. Michel Maffesoli), désir de fête ou tendance éphémère ? Une certitude : le printemps refleurira !

MÂCON : Manifestation d'urgence culturelle... au son des teufeurs et de la techno !

MANIF TEUFEURS MACON FEV2021 - 1.jpg
Le besoin de se réunir pour faire la fête s'est exprimé cet après-midi à Mâcon dans les rues du centre-ville.

CHARNAY : Charnay événement réinvente le Salon des Vins de France en Mâconnais !

CharnayEvt270221.JPG
L'association Charnay Événement organise le Salon des vins de France en Mâconnais depuis 20 ans cette année.

MÂCON - Françoise Riss (présidente de la MJC Héritan) : « Notre premier objectif est de réintégrer la directrice »

AG_MJC_Héritan_08022020_0002.jpg
Après la tenue du conseil d'administration ce samedi, Françoise Riss est revenue sur la situation difficile que vit la MJC depuis le début du mois. Actualisé - Hervé Reynaud : « La MJC est souveraine dans ses choix. » ACTUALISÉ ce samedi 27 février : La directrice Nathalie Canard a été réintégrée.

COVID-19 EN BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : La vitesse de diffusion du variant britannique inquiète l'ARS

Capture d’écran 2019-05-17 à 22.59.02.png
Elle alerte sur « l'amorce d'un rebond épidémique » dans le communiqué du jour.

MÂCONNAIS BEAUJOLAIS AGGLOMÉRATION : Le réseau Tréma lance le Vacci' Service

VacciService260221 (7).JPG
Mâconnais-Beaujolais Agglomération (MBA) met à disposition, sur les 39 communes du territoire, ses véhicules de Transport de Personnes à Mobilité Réduite aux personnes bénéficiant d’un rendez-vous, pour les conduire sur le lieu de vaccination.

COVID-19 - Vaccination en Saône-et-Loire : Plus de 28 000 personnes vaccinées au 24 février

Tous les chiffres de la vaccination en Saône-et-Loire. ACTUALISÉ

SAÔNE-ET-LOIRE : Planning de rendez-vous complet jusqu'au 26 mars dans les centres de vaccination covid

11 282 rendez-vous dans les centres de vaccination de Saône-et-Loire ont été pris pour le mois de mars.

HÔPITAL DE MÂCON - Covid-19 : Entre tension en réanimation et adaptation au quotidien

HOPITAL_MACON_CONF_COVID_2409_-_1.jpg
Un quotidien marqué par un nombre très important de passages aux urgences.

MÂCON - Lycée Dumaine : Un car à la renverse pour sensibiliser au port de la ceinture de sécurité

CAR RENVERSE LYCEE DUMAINE FEV2021 - 1.jpg
Mercredi, les élèves du lycée Dumaine ont assisté à une simulation pédagogique unique en Europe : le renversement d'un car sur le flanc avec sortie par la trappe du dessus. L’objectif : faire passer ce message « En car comme en voiture, je boucle ma ceinture ! »

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMÉRATION : Une nouvelle station d'épuration à La Roche-Vineuse

EpurationRVineuse240221.jpg
Mâconnais Beaujolais Agglomération poursuit son programme d’amélioration de la qualité de l’eau et des milieux aquatiques du territoire en rendant l’unité de traitement de La Roche Vineuse plus capacitaire et plus vertueuse.

MÂCON : Une maison de santé va s'implanter au nord de la ville

OSANTE MACON FEV2021.png
Le projet est porté par la société lyonnaise O Santé, fondée par des professionnels de santé et basée à Lyon.

SAÔNE-ET-LOIRE : Ouverture de la téléprocédure calamités agricoles pour sécheresse

Capture d’écran 2019-12-08 à 02.15.42.png
Suite à la nouvelle sécheresse de 2020, la totalité de la Saône-et-Loire a fait l’objet d’une reconnaissance de calamités agricoles pour perte de récoltes sur fourrages le 18 février 2020 par le comité national de gestion des risques en agriculture (CNGRA).

CLIN D'OEIL : Une sacrée prise pour Maurice, 84 ans !

Actualisé : La photo a choqué, nous la retirons.