jeudi 6 mai 2021

SENAT marie mercier rapporteur.jpg

 

Communiqué de presse du sénateur Marie Mercier sur la proposition de loi vissant à protéger les jeunes mineurs des crimes sexuels adoptée ce jour au Sénat :


Ce jeudi 21 janvier après-midi, le Sénat a adopté en première lecture, par 343 voix pour et 0 voix contre, la proposition de loi d’Annick Billon et de nombreux sénateurs visant à protéger les jeunes mineurs des crimes sexuels, dont le sénateur Marie Mercier était rapporteur.


Ce débat intervenait après plusieurs travaux présidés par Marie Mercier et son rapport en 2018 dans la cadre du projet de loi visant à renforcer la lutte contre les violences sexuelles et sexistes, alors défendu par la ministre Marlène Schiappa.

Le texte voté aujourd’hui franchit une autre étape : il pose un interdit sociétal plus clair en criminalisant tout acte de pénétration sexuelle entre un majeur et un mineur de 13 ans. À la différence du viol ou de l’agression sexuelle, il ne serait donc pas nécessaire d’établir un élément de contrainte, violence, menace ou surprise pour caractériser l’infraction, ce qui devrait faciliter les poursuites.

L’éventuelle inconstitutionnalité d’une telle mesure est contournée par la création d’une infraction autonome. Le crime sexuel sur mineur viendrait ainsi renforcer la protection des jeunes de moins de 13 ans. Avec un seuil à 13 ans, l’écart d’âge avec un jeune majeur devient plus significatif, ce qui rend beaucoup plus improbable qu’un jeune majeur puisse entretenir une relation consentie avec un mineur à peine sorti de l’enfance.


Marie Mercier, personnellement très soucieuse d’éviter que la fixation d’un seuil d’âge à 13 ans sous-entende qu’un jeune de 13 ans et 1 jour soit consentant et que le texte adopté entraîne alors un affaiblissement de la protection que nous devons aux jeunes de 13 à 15 ans, a introduit un article additionnel afin d’indiquer dans le code pénal que la contrainte ou la surprise, éléments constitutifs de l’agression sexuelle et du viol, peuvent résulter du jeune âge du mineur de moins de 15 ans qui ne disposait pas de la maturité sexuelle suffisante.

Marie Mercier et ses collègues ont apporté d’autres améliorations au texte pour :
- accroître le nombre d’inscriptions automatiques au Fijaisv (Fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes) pour les infractions sur mineurs quelle que soit la peine encourue, de façon à encourager l’interdiction d’exercer une activité professionnelle ou sociale au contact de mineurs dans le but de mieux prévenir la récidive,

- inclure comme crime sexuel le rapport bucco-génital commis par une personne majeure sur un mineur de 13 ans, et compléter la définition du viol en mentionnant explicitement les rapports bucco-génitaux,

- préciser la notion de contrainte résultant d’un état d’autorité sur la victime,

- renforcer les peines encourues pour les atteintes sexuelles incestueuses,

- allonger les délais de prescription appliqués aux personnes coupables de non-dénonciation d’infractions sur mineurs, à dix ans à compter de la majorité de la victime,

- interrompre les délais de prescription lorsque l’auteur d’un crime commis sur un mineur commet le même crime sur un autre mineur.

Au-delà de ces modifications législatives, le sénateur Marie Mercier est convaincue que c’est une mobilisation de la société toute entière qui est nécessaire pour faire reculer les violences sexuelles sur mineurs et l’omerta qui les entoure trop souvent. L’actualité rappelle qu’aucun milieu social n’est épargné et que les agressions se produisent majoritairement dans le cadre familial. L’adoption de cette proposition de loi constitue une étape supplémentaire dans l’indispensable prise de conscience qui est la clé d’une lutte efficace contre ces violences inacceptables que sont les crimes contre l’enfance.

 

HÔPITAL DE MÂCON - Covid-19 : Une lueur d’espoir mais…

Si le nombre de patients atteints Covid admis dans les services de l’hôpital et de l’ensemble du GHT a diminué ces quinze derniers jours et si la vaccination montre ses premiers effets, la situation reste tendue en réanimation…

ÉDUCATION NATIONALE : 21 240 autotests distribués dans le département

` Suite à la tenue du Conseil Départemental de l’Éducation Nationale (CDEN), Fabien Ben, inspecteur d’académie, est revenu ce mardi sur la préparation de la rentrée scolaire 2021 dans le département, ainsi que sur la gestion de la crise sanitaire dans le premier et le second degrés.

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ - Confinement du printemps 2020 : les plus modestes plus fragilisés

En Bourgogne-Franche-Comté, près de 20 % des personnes de plus de 15 ans estiment que leurs finances se sont dégradées lors du premier confinement du printemps 2020 mis en place pour juguler l’épidémie de Covid-19. L'analyse de l'INSEE en détail.

MÂCON : La laïcité exposée aux élèves de l'école Marcel Pagnol

Une oeuvre d'éducation populaire réalisée par le président de l'Union départementale des MJC.

SAÔNE-ET-LOIRE : Le comité départemental de la Ligue contre le cancer change de présidence

Christiane Dubois quitte la présidence après trente ans de services…

MÂCON : Un trafic de drogue démantelé en plein centre-ville

Le vendeur présumé était domicilié rue de Strasbourg, soit la rue de la préfecture de police...

SAINT-AMOUR : C'est parti pour le marché des producteurs locaux

C'était le 1er samedi du marché de la place des Marcs ce matin à Saint-Amour. Zoom sur le Jardin d'Augustin. A voir aussi, notre clin d'oeil à Laure Botton, vendeuse de fraises pour le CSBM.

WebTV 71 Agriculturez-vous : L’agriculture, solution aux changements climatiques

Initiative de la Chambre d'agriculture, produit par le journal L'Exploitant agricole de Saône-et-Loire, le deuxième plateau venait compléter le premier en déclinant sur le thème d’Agriculture et Environnement. À voir et à revoir sur macon-infos.

COVID-19 EN BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE : Une décroissance lente de l’épidémie, mais toujours de fortes de tensions hospitalières

Capture d’écran 2019-05-17 à 22.59.02.png
La vaccination s’ouvre dès ce week-end aux + de 18 ans présentant au moins une comorbidité, notamment une obésité. NDLR : Rappelons que 1,8% (1,9% la semaine dernière) des personnes positives au covid sont décédées en France depuis le début de l'épidémie ; 2,0% des personnes positives dans le monde (2,12% la semaine dernière). Des chiffres qui replacent les choses dans leur juste mesure. 

SAÔNE-ET-LOIRE : L'UMIH 71 demande la vaccination prioritaire pour les cafetiers et restaurateurs

Une lettre a été adressée en ce sens au préfet, transmise également aux députés.es et sénateurs.trices du département.

HÔPITAL DE MÂCON : 15 jeunes nouveaux praticiens hospitaliers en poste depuis le mois de mars

Ils ont réussi le concours de PH (praticien hospitalier) et ont demandé à exercer à l’hôpital de Mâcon. Nous en avons rencontré deux d’entre eux, Aurélie Montfort-Labast, pédiatre, et Mickaël Gout, chirurgien viscéral et bariatrique. Témoignages.

SOLIDARITÉ : Le Secours populaire à Mâcon, un an après le début de la crise sanitaire

Un an après le début d’une crise sanitaire devenue aussi économique et sociale, macon-infos est allé à la rencontre de cette association caritative pour faire un point sur la précarité et de la pauvreté.

SAÔNE-ET-LOIRE : Nouveau, partager du positif avec la WebTV Agriculturez-vous

C’est sur un ton résolument positif et bon enfant que s’est déroulée la première émission d’Agriculturez-vous.

CLUNISOIS : Plusieurs troupeaux ovins attaqués, une vingtaine de bêtes tuées

Les services de l’État mobilisés, des équipes de veille de la louveterie en place à proximité des troupeaux dès cette nuit…

MÂCON : Le maire de Vesoul veut s'inspirer de la chaufferie bois révolutionnaire

Une délégation de la mairie de Vésoul était à Mâcon ce matin, venue spécialement pour découvrir le chauffage urbain révolutionnaire de Mâcon en vue d'une implantation d'un réseau de chaleur sur leur territoire.