jeudi 22 avril 2021

 

La section du Mâconnais du PCF communique :

 

En dix ans l’entreprise pharmaceutique Sanofi a supprimé 2 482 postes de chercheurs et s’apprête à en supprimer encore 400. Depuis des années, elle bénéficie de nombreuses subventions publiques (100 millions d’euros par an). En vingt ans, elle a multiplié par 11,5 les dividendes à ses actionnaires alors même que les profits n’étaient multipliés que par trois. Pour pouvoir s’assurer un maximum de profits, seule la branche cancer de la recherche a été développée car les nouveaux traitements rapportent gros.

Résultat de cette politique à courte vue : Sanofi a perdu la course au vaccin et ne sera pas en mesure d’en proposer un avant 2022.

Aujourd’hui Sanofi dispose d’importantes unités de production et l’Etat est en mesure d’exiger qu’il produise en nombre les vaccins de ses concurrents. Avec l’état d’urgence, il est possible de « prendre toute mesure permettant la mise à disposition des patients de médicaments appropriés pour l’éradication de la catastrophe sanitaire » en procédant « à la réquisition des biens et des services ». La France peut prendre une licence d’office qui fait sauter les brevets et elle peut réquisitionner les infrastructures de Sanofi.

Il faut savoir que M. Serge Weinberg, Président du conseil d’administration de Sanofi est un ami personnel du Président Macron. Il y a quelques années, M. Weinberg lui a ouvert les portes de la banque Rothschild. Puis, pour la campagne présidentielle de 2017, il lui a ouvert son carnet d’adresses et son carnet de chèques. Mais comme l’a dit M. Macron, nous sommes en guerre contre ce virus. Alors un peu de courage vis à vis de Big Pharma, M. le Président, il en va de la vie de nos concitoyens.

 

Les annonces d’Emmanuel Macron sur la sécurité, «un plan de communication destiné à cacher un échec sans précédent»

Membre de l'Avenir Français et colistier de Julien Odoul (Rassemblement National), Olivier Damien, ancien commissaire divisionnaire de police, analyse les annonces d'effectifs supplémentaires de police en Bourgogne-Franche-Comté faites par le président de la République.

MÂCON : La Coordination StopLoiSécuritéGlobale alerte encore et toujours sur la loi, qui vient d'être votée

Les représentants des organisations membres de la Coordination Mâconnaise StopLoiSécuritéGlobale ont tenu une conférence de presse ce mardi après-midi au kiosque de l'Esplanade Lamartine. Ils dénoncent de potentielles dérives autoritaires. 

AGRICULTURE : Marie-Guite Dufay défend «une PAC ambitieuse et vertueuse»

« La Bourgogne-Franche-Comté est la région la plus rurale de France. Nous avons des zones en grandes difficultés qui n’ont jamais été prises en considération. Cet état de fait doit changer, pour que la PAC puisse répondre aux grands défis agricoles », déclare la présidente du Conseil régional.

SAÔNE-ET-LOIRE - Politique : Olivier Damien, coordonateur départemental de l'Avenir Français

AVENIR FRANCAIS 71.jpg
Aujourd'hui à Paris, en présence de Marine Le Pen, il est procédé au lancement d'un nouveau parti gaulliste « L'Avenir Français ». Il rassemble des dissidents de Debout la France et entend être présent aux prochaines élections régionales et départementales.

LIBRE EXPRESSION : « Faut-il sauver Pierre & Vacances ? » s’interroge EcologicAction 71

Le groupe est le porteur de projet du Center Parc du Rousset.

CONSEIL MUNICIPAL DE MÂCON - Budget : « Alors, Mâcon la ville aimée ?... les Mâconnais ont besoin de preuves »

Eve Comtet-Sorabella, cheffe de file du groupe Mâcon citoyens, a largement critiqué les orientations budgétaires lundi soir après la présentation du rapport d'orientation budgétaire. « Quand les villes socialistes et communistes font ce que nous faisons, c'est bien, pas quand c'est une ville de droite... » a répondu le Maire.