REM MATH CBBS.jpg

Le match vue par le speaker - la chronique de Rémy Mathuriau, à dévorer d'un bloc !

 

Le second des trois (de Gibraltar)

Bonjour za toutes zé ta tous. Eh bien, nous y voilà. Avec ce trio (de Janeiro) de match à domicile, ce soir nous attaquons le deuxième des trois, ou bien l’avant-dernier des trois, ou encore celui du milieu. Bref, vous avez compris. Il y eut un match précédent, le match du jour, et il y aura le match suivant. On a rarement vu trois rencontres de suite à domicile et dans le premier mois de l’année. Pensez fortement aux trois frères, aux trois mousquetaires, aux trois petits cochons ou aux trois suisses. Et vous y serez pareil.

Quelques news de l’effectif

Toutes les joueuses sont présentes. Gabby toujours blessée. Romane ne jouera pas, mais revient doucement en forme. Mikaela Ruef, la dernière recrue du club, et qui nous arrive du pays des kangourous. Non pas ‘’des Kangoo roux’’. Non, je parle de l’animal qui saute sur la queue, boxe, et dont la femelle a toujours le contrôle sur ses marsupiaux de gosses, en se les mettant facilement dans la poche. Les Pinkies ont répondu présentes pour affronter... réponse dans le chapitre suivant.

Basket Lattes Montpellier Association

Club des Gazelles planant sur la Ligue Féminine depuis quelques années, avec deux titres de Championnes de France, cinq Coupes de France, un trophée des Nations, et une place de finaliste en Eurocup. Bref, pas de la pacotille, ni du pipi de chat, mais pour qui ce début de saison en LFB est délicat avec un résultat mitigé de 4 victoires pour 4 défaites.

Équipe également que le Cbbs avait fait douter lors du match de la saison dernière, un dimanche après-midi à domicile. Je tiens à préciser que cette rencontre compte pour la troisième journée reportée du championnat 2020-2021.

À l'attaque

Coucou avant aux parrains du match. Dubois Isolation, qui malheureusement ne peut rien pour l’isolement des personnes atteintes de la Covid. Ainsi que le domaine Condemine de Cercié, et Gueugnon-Rémond de Charnay-lès-Mâcon. J’ai une grande pensée pour tous ces partenaires que nous espérons tous revoir rapidement.

Il est 20 heures, le Cosec s’éveille et les Panthères rencontrent les Gazelles.

7 secondes de jeu, et l’internationale Diandra Tchatchouang marque à 3 points. Ça refroidit d’entrée le Cosec toujours vide et recroquevillé sur lui-même. Vionise répond avant que l’héraultaise Cheyenne Parker (sœur de Tony ?) marque, et que notre Mikaela Ruef égalise avec un 3 points (5-5). Puis (7-7) avant qu’Olivia Epoupa ne fasse fléchir le score du coté charnaysien (9-7).

Cheyenne Parker en profite pour décocher une flèche à 3 points qui donne de l’air à Montpellier. + Deux paniers. (9-13). Mais la triplette charnaysienne (Meighane, Olivia et Promise), se met en route et enquille trois paniers successifs (ammoniacal) et hop (15-13). Myisha Hines-Allen rééquilibre le score, avant que la jolie brune aux beaux yeux Ana Dabovic ne propulse un 3 points dans le filet charnaysien. Je précise pour les amateurs qu’Ana Dabovic est Serbe, et comme on dit dans le milieu de la cocotte, Serbe c’est bien.

Mais les Pinkies Coralie Chabrier, puis Sixtine Macquet avec 5 points consécutifs passent le score à (21-18). A une minute, Cheyenne Parker ne tremble pas pour ses deux lancers-francs, et ce seront les deux derniers points de ce premier ¼ temps (21-20). Le coach adverse n’a pas le sourire. Mais bon, il reste trente minutes pour se refaire.

Second ¼ temps de la première mi-temps

D’entrée, Vionise met 2 points. Puis Mikaela 4, et Olivia 2. Les Lattaises ne trouvent plus le chemin du panier pendant 3’30. En moins de temps qu’il n’en faut à un employé des pompes funèbres pour faire une période d’essai, le score charnaysien passe à (29-20). Très bien. Mais la sœur présumée de Tony Parker marque par deux fois, et entretient le suspense (à linge). Meighane balance un 3 points dans le filet adverse. Elle est suivie de près par Sixtine et Olivia (40-26).

Les Panthères roses ont les crocs, alors que les Gazelles tapent du sabot par terre. (42-28) puis (44-29) puis (44-31). Diandra Tchatchouang marque ou rate un lancer-franc sur 2, et le buzze buzze sur le score de (44-32). +12 points. Un vrai régal que cette première mi-temps.

Le coach adverse est encore plus blême que tout à l’heure. Les Pinkies seraient-elles en train de mettre un coup de latte à Montpellier ?? Encore vingt minutes de jeu.

Pendant les quinze minutes de repos règlementaires et obligatoires

Les rares personnes présentes s’accordent à dire qu’on assiste à du beau basket comme on l’aime. Il n’y a que le coach de Montpellier qui a forcément un autre avis, et qui ne se cache pas pour en discuter calmement avec ses joueuses dans le vestiaire.

Parlant la langue de Shakespeare uniquement sous la torture, je n’ai pas tout compris mais en gros, ça signifiait : If you don't play better, I'll show you what wood I'm heating up from and that it's going to shit in the ventilator. Ou quelque chose comme ça. Enfin, c’est l’esprit qui compte.

Seconde mi-temps

Ces mots d’amour ont dû ragaillardir les joueuses occitanes, car elles passent un 7-0 aux Pinkies qui voient d’un mauvais œil l’écart se resserrant. Olivia tient la barre, mais Diandra Tchatchouang, puis Romane Bernies marquent fastoche, et le score passe à (46-43). Meighane met 2 points, avant qu’il y ait un moment de flottement de près de quatre minutes du coté Pinkies.

Les Montpelliéraines ne se privent pas pour grimper au score, et c’est Ana Dabovic qui enfonce le clou aussi facilement qu’un couvreur dans de la volige (48-49) puis (48-51). La réussite change de camp...

BLMA retrouve des ailes et s’envole au loin (48-54). Prescillia réduit l’écart avec un deux points salvateur (Adamo). Ana Dabovic, (t’as de beaux œufs tu sais) la cocotte serbe met ses deux lancers-francs, et clôt le dossier troisième ¼ temps (51-56). Le score de ce ¼ temps est de 7-24.

Le coach adverse retrouve quelques couleurs, mais se dit qu’il va falloir se méfier de ces Pinkies qui ne lâchent pas grand-chose.

Ultime ¼ temps  sur les quatre prévus au départ

L’Héraultaise Marie-Michelle Mylapie enquille 4 points de suite. Promise fait plaisir à tous en propulsant un missile à 3 points. Mais les Gazelles Dabovic et Parker (comme les stylos) l’imitent en rallongeant le score de 6 points, en moins de temps qu’il n’en faut pour qu’une couguar sur le guépard prenne sa pipe en terre, sa Jaguar, et habillée en Puma pour aller à Lyon. (56-66).

Les Panthères roses affamées s’accrochent aux cornes des Gazelles et passent un 5-0 aux protégées de Thibaut Petit. Vionise réduit le score (63-67) alors qu’il reste plus de trois minutes à jouer. Tout reste possible.

Mais Ana Dabovic ne s’en laisse pas conter (comme le fromage) et rajoute quatre points dans l’escarcelle lattaise. Diandra Tchatchouang balance un 3 points digne de ce nom, et le score passe à +11 (63-74) pour les occitanes. Cheyenne Parker, pour qui un sioux est un sioux, va tourner l’apache de ce match, avec 2 fois 1 point. Vionise + 2, et Promise + 3 points font tout pour tenir la baraque (68-76).

Il reste quarante secondes au chrono, et les secondes s’égrènent (de sésame) lentement, et le coup de sifflet, autant arbitral que final, retentit sur deux lancers-francs (70-77) de l’ex-australienne Mikaela (et non Mikoala comme on pourrait le penser).

Bravo les filles, vous nous avez fait rêver. Se battre les yeux dans les yeux contre l’équipe vice-championne de France était un réel défi, que vous avez su relever. J’ai hâte d’être à samedi prochain.

 

Duel des scoreuses : Meighane 12, Vionise 10, Promise 18, Mikaela 10, Olivia 10, Sixtine 7, Prescillia 2 Coralie 1, puis Jessica, Sarah et Marianne pour le Cbbs.

Hines-Allen 3, Touré 3, Milapie 11, Dabovic 19, Parker 21, Bernies 8, Tchatchouang 11, puis Farcy et Fofana.

Les Pinkies recevront Roche Vendée samedi prochain.

Rémy MATHURIAU

Photo : Rémy Mathuriau en 2019 ©Jordan Ravinet

BASKET CBBS montpellier 2021 25.JPG